Top/flop

Apollo Magazine - - Sommaire - Par Ju­lie San­so­net­ti

Dea­ler du shit dans une barre d’im­meuble est à la mode. On a sui­vi les dé­fi­lés, on a vu la ten­dance street-root­sillé­gale dans toute sa splen­deur. Sur les po­diums, ça passe. Dans la vraie vie, por­ter cette be­sace rec­tan­gu­laire et ver­ti­cale, anse en tis­su ser­rée sous les ais­selles à l’ap­pui, ne vous ap­por­te­ra que des pro­blèmes. Pri­mo, on vous confé­re­ra un rôle dans un pe­tit tra­fic de stups. Se­con­do, vous don­ne­rez la nette im­pres­sion à votre en­tou­rage que vous n’avez ja­mais vu le loup/la louve, de sur­croît si vous sor­tez avec une trot­ti­nette pliée sous le coude. Vous al­lez tuer le peu d’amour qu’il reste sur cette pla­nète, et en plus sans vendre de drogue. Choi­sis­sez votre camp, nom d’une pipe. Ma­mie Lu­cette tri­cote. Ma­mie Lu­cette fait des pulls. Ma­mie Lu­cette vous a fait un pull avec un im­pri­mé ver­dâtre + tête de San­ta Claus sous hé­roïne, ver­sion «tiens, il me man­quait un vê­te­ment pour des­cendre les pou­belles». Cette triste fa­shion his­toire est mal­heu­reu­se­ment un fléau, voyant que même Ryan Gos­ling ne sait pas dire non à Ma­mie Lu­cette Gos­ling et s’en­tête à sor­tir ses aillons sur les pho­to­calls. Si notre ré­tine pleure du sang au dé­but de l’hi­ver, en cette fin d’an­née 2017, on a pleu­ré de rire à Al­bi, « Cham­pion­nat du monde du pull moche» sui ge­ne­ris. Alors, si Ma­mie Lu­cette vous pro­pose une nou­velle col­la­bo­ra­tion, dite lui «non, mais oui», seule­ment si elle pousse mé­mé dans les or­gies, comme chez Vol­com qui a rem­pli l’arbre de la na­ti­vi­té de réelles diodes lu­mi­neuses pour si­mu­ler la guir­lande. Pas le mau­vais goût, lar­ge­ment as­su­mé. Es­sai va­li­dé.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.