L’au­to­mo­bile : col­lec­tion et spé­cu­la­tion

Les re­cords bat­tus lors des der­nières ventes aux en­chères d’au­to­mo­biles de col­lec­tion confirment la ten­dance : les voi­tures vin­tage passent des mains de pas­sion­nés à celles des spé­cu­la­teurs, qui voient en elles un pla­ce­ment at­trac­tif et sur­tout, dé­fis­ca­li

Apollo Magazine - - Sommaire -

Pla­ce­ments im­mo­bi­liers, in­ves­tis­se­ments en bourse, dé­fis­ca­li­sa­tion à tra­vers le mé­cé­nat, achat d’oeuvres d’art co­tées, il existe mille et une ma­nières de faire fruc­ti­fier son patrimoine et par­fois, de ga­gner de fortes sommes sans ef­forts dé­me­su­rés à condi­tion de faire preuve d’un peu de pa­tience. De­puis quelques an­nées, la ten­dance des in­ves­tis­seurs, c’est de se pen­cher sur un pla­ce­ment qui marche comme sur des rou­lettes : nor­mal, il s’agit d’au­to­mo­bile et pour l’heure, le fisc ne s’y in­té­resse pas trop. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Lors de la der­nière vente Art­cu­rial au sa­lon Re­tro­mo­bile à Pa­ris en fé­vrier der­nier, cinq en­chères ont dé­pas­sé le mil­lion d’eu­ros, dont une Bu­gat­ti 57 Ata­lante à plus de 2 900 000 eu­ros, une Mer­cedes 300 SL à plus d’un mil­lion et de­mi d’eu­ros ou une Fer­ra­ri FXX, plus ré­cente mais ra­ris­sime, qui a trou­vé pre­neur à 2 674 000 eu­ros… Juste sous la barre du mil­lion d’eu­ros, une Porsche 356 de 1951 est par­tie à 894 000 eu­ros, une Fer­ra­ri F40 à plus de 953 000 eu­ros. La ra­re­té, le pe­di­gree et l’his­toire du mo­dèle ven­du, par­fois avec un pal­ma­rès sur cir­cuit ou ayant ap­par­te­nu à une per­son­na­li­té, font flam­ber les prix. Cer­tains mo­dèles, comme la Mer­cedes SL à portes pa­pillons, ont vu leur cote dé­cu­pler en vingt ans ! D’autres, au contraire, ont vu la leur stag­ner, voire bais­ser, comme cer­taines Fer­ra­ri bou­dées, à l’image de la Tes­ta­ros­sa/512tr des an­nées 80-90, que l’on peut trou­ver aux alen­tours de 120 000 à 150 000 eu­ros. Mal­gré tout, nous sommes en­core loin du re­cord mon­dial de 2013. Une Fer­ra­ri 250 GTO a trou­vé pre­neur à 52 mil­lions de Dol­lars ! Mal­heu­reu­se­ment à ce ta­rif, cette Fer­ra­ri est de­ve­nue un bel ob­jet d’art dont il faut prendre grand soin. Ne l’ima­gi­nez plus par­ti­ci­per à des courses tous les week-end ! Pour le vul­gum pe­cus, la Porsche 911 reste un must qu’il est dif­fi­cile d’ap­pro­cher à moins de 25 000 eu­ros, et en­core, il s’agit dans ce cas de la ver­sion la moins pri­sée des ama­teurs, la type 996. Pour les 911 vin­tage, c’est une autre his­toire, la flam­bée des ta­rifs a ren­du dif­fi­ci­le­ment ac­ces­sible les mo­dèles des an­nées 80 qui dé­passent al­lè­gre­ment les 100 000 eu­ros, même en état moyen. Pour­tant, même avec un bud­get res­treint, di­sons à par­tir de 10 000 eu­ros, on peut trou­ver quelques bi­joux au fort po­ten­tiel, no­tam­ment chez les fran­çaises. Par­mi les col­lec­tors, la fa­meuse 2 CV, ses dé­ri­vés Dyane et Me­ha­ri sans ou­blier la DS, qui par­fois s’échange à plus de 45 000 eu­ros mais que l’on peut trou­ver à res­tau­rer pour moins de 6000 eu­ros. Les voi­tures de com­pé­ti­tion, même mo­destes, sont éga­le­ment un bon fi­lon à condi­tion de mettre la main à la pâte. Alors si le cam­bouis ne vous fait pas peur, l’au­to­mo­bile vin­tage reste un ex­cellent moyen de faire fruc­ti­fier votre ar­gent, et ac­ces­soi­re­ment de vous faire plai­sir au vo­lant…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.