IL ÉTAIT UNE FOIS L’HO­MO­PHO­BIE

Apollo Magazine - - Discovery - Par Ju­lie San­so­net­ti

Fé­vrier 2018. La marque de cos­tumes néer­lan­daise Suit­sup­ply pré­sente sa nou­velle cam­pagne pu­bli­ci­taire, en bou­tique et sur ses ré­seaux so­ciaux. Deux hommes, au­tour d’une pis­cine, se ca­ressent, s’em­brassent. Moins 1200 abon­nés sur Ins-ta­gram. Plus, des cen­taines de mes­sages in­cen­diaires sur Twit­ter. Si cer­tains pensent que Suit­sup­ply a fait plouf, nous, on y voit sur­tout un gen­til voyage dans la temps, ver­sion chasse aux sor­cières 3.0.

MELTING-POT DE COM­MEN­TAIRES PISSE & LOVE :

@Qua­sar­goon «Cette pro­pa­gande n'est même pas une pu­bli­ci­té pour des cos­tumes. (…) Il y a plus de gens écœu­rés par ça que des per­sonnes qui vont adhé­rer à ce dogme gau-chiste.

@mvan­fraas­sen «Quelle cam­pagne dé­goû­tante! Je n'achè­te­rai plus ja­mais de cos­tumes là-bas #boy­cot­suit­sup­ply» (le mon­sieur ne sait d’ailleurs pas comment écrire le mot « boy­cott » ma­ni­fes­te­ment).

@Lar­ryGo021556 (notre pré­fé­ré) «Il est temps pour ces com­por­te­ments dé­gou­tants de trou­ver une chambre et d’y RES­TER!»

Tout ce­ci ne choque pas le fon­da­teur de la marque, Fokke de Jong, qui ne vou­lait pour­tant pas ci­bler une clien­tèle for­cé­ment gay, seule­ment cé­lé­brer l’amour, tout sim­ple­ment : «Nous pen­sons qu'il y a un po­ten­tiel à ti­rer d'un im­pact né­ga­tif, en par­ti­cu­lier dans les pays où nous avons une pré­sence si­gnifi­ca­tive, connus pour avoir des points de vue contras­tés.» Si tout n’était ques­tion que de contraste... Jo­lie tour­nure de phrase, ma foi. Nous, on au­rait dit to­cards, pour res­ter po­li.

Au-de­là d’une simple pro­blé­ma­tique ho­mo­phobe qui nous dé­passe, force est de consta­ter un nombre ex­po­nen­tiel de per­sonnes qui s’em­merdent. Fi­ni­to la po­li­tesse. De sur­croît, s’em­mer­der étant une chose, y ajou­ter le fait d’em­mer­der les autres, ça pèse un plomb. Et puis vo­mir, c’est plus propre dans une cu­vette en por­ce­laine ! Comme nous avons d’autres chats à fouet­ter, les lâches n’au­ront pas le pro­gres­sisme. Parce que lui ne se cache pas der­rière une adresse I.P., nous sou­te­nons Suit­sup­ply, et on va très vite vi­si­ter ses col­lec-tions aux prix cha­leu­reux et aux coupes se­reines. Un peu d’amour dans ce monde de putes !

Suit­sup­ply, eu.suit­sup­ply.com

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.