La bau­bio­lo­gie, au ser­vice de la san­té de l’ha­bi­tat

Architecture Durable - - Avis De Spécialist­es -

La bau­bio­lo­gie, c’est pour les bo­bos ?

« Le mot al­le­mand « bau » si­gni­fie construc­tion, ha­bi­tat, ar­chi­tec­ture ou en­core ta­nière. L'ob­jec­tif de la bau­bio­lo­gie est de bâ­tir et d'ha­bi­ter dans un en­vi­ron­ne­ment ga­ran­tis­sant le bien ëtre phy­sique et psy­cho­lo­gique. L'ap­proche de la bau­bio­lo­gie est ca­rac­té­ri­sée par l'étude glo­bale des in­ter­re­la­tions plu­ri­dis­ci­pli­naires entre l'homme et son en­vi­ron­ne­ment amé­na­gé (bau), ain­si que sa ré­fé­rence à la na­ture et à la san­té (bio). Le terme « bau­bio­lo­gie » a éga­le­ment été choi­si pour le dif­fé­ren­cier de la géo­bio­lo­gie, pour dis­tin­guer l'ap­proche et le pro­to­cole de me­sure pu­re­ment scien­ti­fiques, plu­ri­dis­ci­pli­naires et re­pro­duc­tibles de la bau­bio­lo­gie, tan­dis que la géo­bio­lo­gie reste ma­jo­ri­tai­re­ment une dé­tec­tion sen­si­tive et pas for­cé­ment re­pro­duc­tible d'un opé­ra­teur à l'autre ».

Bau­bio­lo­gie ? Was ist das ?

« La bau­bio­lo­gie dé­signe le cou­rant de bio­cons­truc­tion ou bio­ha­bi­tat qui s'est dé­ve­lop­pé en Al­le­magne à par­tir des an­nées 60, pa­ral­lè­le­ment à ce que l'on connaît sous le nom d'éco­cons­truc­tion en France. Dès le dé­but et aus­si par le fait que cer­tains mé­de­cins s'in­té­res­saient à la san­té dans l'ha­bi­tat, ce lien entre la san­té et la construc­tion la plus na­tu­relle et saine pos­sible a don­né nais­sance à la fois à la bau­bio­lo­gie et à la mé­de­cine en­vi­ron­ne­men­tale, qui toutes les deux re­ven­diquent une ap­proche glo­bale et ho­lis­tique. Très vite, la bau­bio­lo­gie a pris un es­sor dans la re­cherche tech­nique de nou­veaux ma­té­riaux na­tu­rels et res­pec­tueux de l'homme et de la na­ture. Ses cher­cheurs ont dé­ve­lop­pé de nou­velles mé­thodes de me­sures scien­ti­fiques afin de prendre en compte des nui­sances jus­que­là ja­mais ob­ser­vées, telles que les pro­duits chi­miques de pro­tec­tion du bois ou les champs élec­tro­ma­gné­tiques de basse fré­quence. La bau­bio­lo­gie est de­ve­nue une dis­ci­pline en­sei­gnée en fa­cul­té dans les an­nées 70 ».

Bau­bio­lo­gie ou éco­cons­truc­tion ?

« Dans la com­pré­hen­sion ac­tuelle du terme, l'éco­cons­truc­tion consiste es­sen­tiel­le­ment à réa­li­ser des éco­no­mies d'éner­gie et à uti­li­ser des ma­té­riaux na­tu­rels et re­cy­clables, en se ba­sant sur des prin­cipes en­vi­ron­ne­men­taux. La bau­bio­lo­gie, elle, place avant tout la san­té des oc­cu­pants d'un ha­bi­tat au centre de ses pré­oc­cu­pa­tions : les consi­dé­ra­tions en­vi­ron­ne­men­tales, qui sont sur un cer­tain nombre de points si­mi­laires à celles de l'éco­cons­truc­tion, ne font que dé­cou­ler de ce prin­cipe. Par ailleurs, la bau­bio­lo­gie se base sur des re­cherches scien­ti­fiques ri­gou­reuses, et des mé­thodes d'ana­lyse et de me­sure très spé­ci­fiques, qui dé­passent le cadre de l'éco­cons­truc­tion. Mal­heu­reu­se­ment, le terme d'éco­cons­truc­tion est au­jourd'hui sou­vent mal­me­né pour rendre une ac­ti­vi­té, une en­tre­prise ou un pro­jet plus vert que vert, dans des com­mu­ni­ca­tions de green­wa­shing, sans réel­le­ment pou­voir as­su­rer à un ha­bi­tant, sou­vent cruel­le­ment en manque de connais­sances de base, qu'il se trouve dans un en­vi­ron­ne­ment sain ».

De fa­çon pré­ven­tive ou cu­ra­tive ?

« Un bau­bio­logue peut in­ter­ve­nir de fa­çon pré­ven­tive ou cu­ra­tive dans la construc­tion neuve ou dans la ré­no­va­tion, soit de ma­nière in­dé­pen­dante en tant que con­cep­teur (is­su d'une for­ma­tion ini­tiale d'ar­chi­tecte ou d'in­gé­nieur), com­mer­çant ou conseiller au­près de par­ti­cu­liers, de pro­fes­sion­nels ou de col­lec­ti­vi­tés, soit en tant qu'em­ployé (is­su d'une for­ma­tion ini­tiale cor­res­pon­dante) d'un com­merce ou d'une en­tre­prise, d'une ad­mi­nis­tra­tion ou d'une ins­ti­tu­tion dans le do­maine du bâ­ti­ment ou de la san­té. Le bau­bio­logue ap­porte du con­seil et de l'as­sis­tance, pro­fes­sion­nels et plu­ri­dis­ci­pli­naires, dans les do­maines de la bio­con­cep­tion, de la bio­cons­truc­tion, du bio­ha­bi­tat, de l'éco­no­mie d'éner­gie, de l'en­vi­ron­ne­ment, du choix des bio­ma­té­riaux et des amé­na­ge­ments, et des in­ter­ac­tions les plus im­por­tantes entre l'ha­bi­tat et la san­té des oc­cu­pants. Il est en me­sure de connaître

les fac­teurs, les élé­ments, les ma­té­riaux et les sys­tèmes de construc­tion sus­cep­tibles de pro­duire des ef­fets sur la san­té des uti­li­sa­teurs des bâ­ti­ments, d'ef­fec­tuer la pres­crip­tion et le sui­vi de la mise en oeuvre en ver­tu des pa­ra­mètres de la bau­bio­lo­gie et de connaître les pa­ra­mètres bio­lo­giques dans le pro­ces­sus de la construc­tion. La bau­bio­lo­gie est or­ga­ni­sée au­tour de 25 règles de base, qui sont re­grou­pées en 5 thèmes : ma­té­riaux de construc­tion et iso­la­tion acous­tique ; cli­mat in­té­rieur ; en­vi­ron­ne­ment, éner­gie et eau ; dé­co­ra­tion in­té­rieure et site de construc­tion. Ces règles per­mettent de tendre vers une construc­tion saine et donnent un cadre de ré­flexion et de concep­tion à un pro­jet ».

Quand je se­rai grand, je se­rai bau­bio­logue

« Pour ac­qué­rir les connais­sances de la bau­bio­lo­gie en France, une for­ma­tion conti­nue est pro­po­sée par l'Ins­ti­tut fran­çais de bau­bio­lo­gie et d'éco­lo­gie. Cette for­ma­tion est or­ga­ni­sée au­tour du cours par correspond­ance de bau­bio­lo­gie qui per­met de bien as­si­mi­ler les bases des as­pects de san­té dans l'ha­bi­tat et de se fa­mi­lia­ri­ser avec l'ap­proche spé­ci­fique de diag­nos­tic dans la bau­bio­lo­gie. Dans un deuxième temps, des cours d'ap­pro­fon­dis­se­ment per­mettent d'al­ler plus loin sur cer­tains su­jets, comme l'uti­li­sa­tion de la paille ou de la terre, l'en­sei­gne­ment, et sur­tout la pra­tique de la me­sure et du diag­nos­tic, pour ceux qui sou­haitent pro­po­ser ces spé­ci­fi­ci­tés dans leur ac­ti­vi­té. La for­ma­tion de bau­bio­lo­gie est ou­verte à tout le monde. Il est néan­moins sou­hai­té d'avoir une pro­fes­sion ini­tiale dans les do­maines de la construc­tion ou de la san­té pour per­mettre une in­té­gra­tion des connais­sances de la bau­bio­lo­gie dans les pra­tiques de cette pro­fes­sion. Il y a aus­si des néo­phytes qui se forment à la bau­bio­lo­gie, juste pour sa­voir com­ment vivre sai­ne­ment en har­mo­nie avec leur en­vi­ron­ne­ment, ou pour pou­voir choi­sir les bons in­ter­ve­nants et ma­té­riaux dans leur propre pro­jet de construc­tion ou de ré­no­va­tion ».

Mon ar­chi­tecte est bau

« Se­lon les métiers, il est plus ou moins fa­cile d'in­té­grer la bau­bio­lo­gie dans sa pra­tique pro­fes­sion­nelle. Les concep­teurs d'es­paces, comme les ar­chi­tectes, in­gé­nieurs, ar­chi­tectes d'in­té­rieur, pay­sa­gistes, ur­ba­nistes, de­si­gners… peuvent di­rec­te­ment ap­pli­quer les connais­sances du cours dans leur tra­vail de concep­tion, pour pro­po­ser à leurs clients des ha­bi­ta­tions saines et res­pec­tueuses de l'homme et de la na­ture. Ici, ce sont sur­tout l'em­pla­ce­ment du pro­jet, le choix de ma­té­riaux na­tu­rels et lo­caux, les mé­thodes de mise en oeuvre, mais aus­si le con­tact pri­vi­lé­gié avec le client et son im­pli­ca­tion di­recte dans le pro­jet qui sont im­por­tants. Ain­si on pri­vi­lé­gie entre autres le bois, la terre, la paille, les iso­lants na­tu­rels, le chauf­fage rayon­nant et l'ex­ploi­ta­tion des éner­gies re­nou­ve­lables, et ce tou­jours dans le plus grand res­pect de la san­té de l'ha­bi­tant. Les pro­fes­sion­nels de la san­té trouvent dans la bau­bio­lo­gie des ré­ponses que l'on ap­pelle au­jourd'hui mé­de­cine en­vi­ron­ne­men­tale. En consi­dé­rant le pa­tient de ma­nière glo­bale dans son en­vi­ron­ne­ment di­rect d'ha­bi­ta­tion ou de tra­vail, on peut sou­vent ex­pli­quer et diag­nos­ti­quer une af­fec­tion en lien di­rect avec un ou plu­sieurs per­tur­ba­teurs, tels que les aca­riens, pro­duits chi­miques, ondes élec­tro­ma­gné­tiques, moi­sis­sures ou COV. Par­fois la re­cherche de ces nui­sances cor­res­pond à un vé­ri­table tra­vail de dé­tec­tive, et les mé­de­cins tra­vaillent en étroite col­la­bo­ra­tion avec des col­lègues bau­bio­logues spé­cia­li­sés dans la tech­nique de me­sure en bau­bio­lo­gie, qui éva­luent les nui­sances se­lon le stan­dard de me­sure en bau­bio­lo­gie SBM, qui per­met d'ob­ser­ver des va­leurs in­di­ca­tives pour un cer­tain nombre de nui­sances pour les zones de re­pos dans l'ha­bi­tat ».

Bau­bio­lo­gie ? Yes we can

« Pour in­té­grer la bau­bio­lo­gie dans cer­taines autres pro­fes­sions, il faut faire preuve de créa­ti­vi­té, dont voi­ci quelques exemples : • un chef d'en­tre­prise réa­lise un au­dit bau­bio­lo­gique sur le pro­ces­sus de fa­bri­ca­tion et sur les postes de tra­vail dans son en­tre­prise, pour li­mi­ter les pol­luants et les dé­chets, fa­vo­ri­sant ain­si le bien être au tra­vail de ses col­la­bo­ra­teurs. • un né­go­ciant en ma­té­riaux éco­lo­giques conseille plus fi­ne­ment ses clients sur les pro­duits qu'il pro­pose. • un fa­bri­cant de mai­sons pré­fa­bri­quées en bois a for­mé tous ses conseiller­s à la bau­bio­lo­gie et ils ac­com­pagnent chaque client tout au long de la concep­tion et de la fa­bri­ca­tion de la mai­son. • un bio­lo­giste qui ouvre un la­bo­ra­toire d'ana­lyses en­vi­ron­ne­men­tales pour ana­ly­ser les échan­tillons que d'autres bau­bio­logues lui en­voient et qu'il peut éva­luer avec une grande pré­ci­sion grâce à sa connais­sance. En­fin il faut ci­ter tous ces bau­bio­logues qui ont choi­si une re­con­ver­sion pro­fes­sion­nelle, ou qui pro­posent en free­lance un ac­com­pa­gne­ment aux par­ti­cu­liers, pro­fes­sion­nels et col­lec­ti­vi­tés. Cer­tains bau­bio­logues se spé­cia­lisent, sur­tout dans la me­sure et le diag­nos­tic. Par­mi les pre­miers bau­bio­logues di­plô­més de France, on trouve éga­le­ment des ar­chi­tectes qui in­tègrent leurs connais­sances dans leur dé­marche, des ar­ti­sans en construc­tion bois­paille, des conseiller­s in­dé­pen­dants… »

Où se cachent les bau­bio­logues ?

« À l'ins­tar des deux fé­dé­ra­tions pro­fes­sion­nelles de bau­bio­lo­gie en Al­le­magne, les bau­bio­logues fran­çais sou­haitent se re­grou­per et se ren­con­trer ré­gu­liè­re­ment pour conti­nuer les échanges tech­niques, s'échan­ger du ma­té­riel de me­sure et as­su­rer la conti­nui­té de leur for­ma­tion pour être tou­jours plus per­for­mants. Une pla­te­forme de blog et d'an­nuaire est ac­tuel­le­ment en construc­tion sur le site http:// bio. construc­tion qui per­met­tra éga­le­ment de trou­ver un bau­bio­logue se­lon sa spé­cia­li­té et sa lo­ca­li­sa­tion ».

Mai­son in­di­vi­duelle au­to-construite en struc­ture de bois et iso­la­tion en bottes de paille. Concep­tion paille : An­naïg Ma­dec, www.ter­re­dar­gile.com

Martin Kempf

Martin Kempf, ar­chi­tecte. Ins­ti­tut fran­çais de bau­bio­lo­gie et d’éco­lo­gie www.bau­bio­lo­gie.fr

Une construc­tion nou­velle en pé­ri­phé­rie d'Eichstätt (Al­le­magne). Dans la to­ta­li­té du bâ­ti­ment, seuls des ma­té­riaux na­tu­rels ont été uti­li­sés, entre autres la pierre na­tu­relle du parc na­tu­rel ré­gio­nal « Altmühl­tal ». Les fe­nêtres et les vo­lets sont...

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.