Dé­cons­truc­tion / re­cons­truc­tion

La mai­son a été conçue en te­nant compte de la du­ra­bi­li­té et offre un bâ­ti­ment beau­coup plus éco­nome en éner­gie que le bun­ga­low dé­mo­dé qui était au­pa­ra­vant sur le site

Architecture Durable - - Sommaire - Jean-Luc Al­pille Pho­tos : Alan Williams

Une nou­velle mai­son, conçue par Pa­trick Mi­chell, Plat­form 5 Ar­chi­tects, Londres (Grande-Bre­tagne) est ve­nue rem­pla­cer un bun­ga­low dé­mo­dé sur un pro­mon­toire, dans une la­gune iso­lée des Nor­folk Broads, un en­semble de ri­vières et de lacs à l'Est de l'An­gle­terre. Elle est agen­cée comme trois mai­sons basses à pi­gnon dont les toits en pente rap­pellent les han­gars à ba­teaux de la ré­gion. Cette mai­son contem­po­raine se com­pose d'une sé­rie d'es­paces de vie simples, orien­tés vers l'eau pour pro­fi­ter des vues sur le pay­sage en­vi­ron­nant. À l'ex­té­rieur, le toit et les murs la­té­raux ont été re­vê­tus de bar­deaux de bois noir­ci pour ex­pri­mer la forme d'un avion plié abs­trait. Aux fa­çades avant et ar­rière, les bar­deaux de bois sont lais­sés non trai­tés pour leur per­mettre de ré­sis­ter aux in­tem­pé­ries et de créer un as­pect tex­tu­ré chaud. Sous le toit, au bord de l'eau, le bois a été uti­li­sé pour créer une es­thé­tique raf­fi­née qui rap­pelle la me­nui­se­rie in­terne. Cha­cune des trois en­ti­tés pré­sente un vo­lume dif­fé­rent et sont orien­tées pour pro­fi­ter de dif­fé­rentes vues à tra­vers le pay­sage des zones hu­mides qui en­tourent la mai­son. L'es­pace de vie voû­té à double hau­teur fait face à des bois et un ré­seau de digues de drai­nage qui abritent une nom­breuse faune tan­dis que la par­tie cen­trale offre une vue pa­no­ra­mique sur le la­gon pri­vé. La chambre pos­sède de plus pe­tites vues en­ca­drées qui donnent sur un ma­rais et la je­tée.

La fa­çade de l'en­trée est une simple ex­pres­sion des trois mai­sons en pente qui ont sub­ti­le­ment été taillées au­tour du pay­sage. Le re­vê­te­ment en bar­deaux de bois contraste avec les ma­té­riaux uti­li­sés pour les mai­sons voi­sines et com­mence à se sta­bi­li­ser pour of­frir une pré­sence sym­pa­thique au mi­lieu du pay­sage. Les trois par­ties de la mai­son s'af­fichent de telle sorte que le ni­veau de la mer de­vient le point es­sen­tiel de la mai­son. La fa­çade d'en­trée est re­la­ti­ve­ment mo­deste mais offre un contre­point re­mar­quable à ses en­vi­rons lors­qu'elle est vue de­puis la la­gune, avec ses pi­gnons presque en­tiè­re­ment vi­trés. Les avant-toits pro­fonds sou­lignent la sil­houette au­da­cieuse de la mai­son et offrent des es­paces de vie ex­té­rieurs abri­tés, uti­li­sables au fil des sai­sons. L'es­pace ex­té­rieur cou­vert fait ré­fé­rence aux vé­ran­das des cha­lets ri­ve­rains édouar­diens voi­sins le long de la ri­vière. A l'ex­té­rieur, des pon­tons per­mettent de dis­po­ser d'un es­pace ex­té­rieur tout en for­mant une tran­si­tion de­puis le ni­veau de l'eau jus­qu'au rez-de-chaus­sée su­ré­le­vé. Le cô­té Ouest du site est plan­té pour re­flé­ter la vé­gé­ta­tion sau­vage de l'autre cô­té des digues de drai­nage, tan­dis qu'à l'Est, la ter­rasse est do­tée d'un quai en bois pour per­mettre l'amar­rage des ba­teaux. A l'in­té­rieur, des portes cou­lis­santes en bois font of­fice de cloi­sons. La par­tie cen­trale contient une grande cui­sine et une salle à man­ger et donne dans l'es­pace de vie double hau­teur ad­ja­cent, qui est chauf­fé par une che­mi­née en acier. Les trois chambres de la mai­son oc­cupent la troi­sième mai­son et sont ré­par­ties sur deux étages, re­liés par un im­pres­sion­nant es­ca­lier en co­li­ma­çon qui s'élève de­puis le hall d'en­trée. Chaque es­pace pos­sède une dis­po­si­tion soi­gneu­se­ment conçue avec des meubles in­té­grés pour mettre en scène la vie de famille. Une pa­lette de ma­té­riaux est uti­li­sée dans tous ces es­paces. Si­tué sur une pé­nin­sule, la construc­tion sur le site n'a pas été une tâche ai­sée mais la concep­tion de la mai­son à par­tir d'élé­ments lé­gers a fa­ci­li­té le trans­port sur une route d'ac­cès étroite. L'ac­cès au bord de l'eau était un dé­fi et, comme le site est su­jet à l'inon­da­tion, le rez-de-chaus­sée de la mai­son de­vait être su­ré­le­vé pour s'adap­ter aux chan­ge­ments du ni­veau de l'eau. Comme la mai­son est construite sur un sol in­stable, les pi­liers de fon­da­tion ont été en­fouis à 10 m dans la couche de roche cal­caire. Les pi­liers sup­portent un as­sem­blage de poutres en acier gal­va­ni­sé, su­ré­le­vé au-des­sus de la ligne su­pé­rieure des eaux, ce qui a li­mi­té l'uti­li­sa­tion du bé­ton et ré­duit le temps re­quis pour la mise en place de la sous-struc­ture et per­met­tant la construc­tion à sec plus ra­pi­de­ment.

Mai­son avant des­truc­tion / re­cons­truc­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.