A QUELLES AIDES FI­NAN­CIÈRES AVEZ-VOUS DROIT ? OU PAS !

« Vous vou­lez en­ga­ger des tra­vaux de ré­no­va­tion éner­gé­tique de votre lo­ge­ment ? Quelle que soit votre si­tua­tion, il y a for­cé­ment une aide qui cor­res­pond à vos be­soins d’éco-ré­no­va­tion ! » an­nonce le site gou­ver­ne­men­tal Ré­no­va­tion In­fo Ser­vice avec cette

Architecture Durable - - Tendance -

Pour sa ré­no­va­tion ther­mique, ce pro­prié­taire ne tou­che­ra rien de l’ADEME ! Le pro­prié­taire a fait ap­pel à un pla­quiste pour l’iso­la­tion in­té­rieure et à un cou­vreur pour l’iso­la­tion ex­té­rieure. Deux fac­tures et donc pas de sub­ven­tion dans le cadre des Cer­ti­fi­cats d’Eco­no­mies d’Ener­gie (ou CEE) qui sont va­lables pour une seule fac­ture ! Le pro­prié­taire: « Il y a une si­mu­la­tion à faire pour savoir ce que l’on peut avoir mais, pour le dos­sier, un seul ar­ti­san doit faire le tra­vail pour ar­ri­ver au co­ef­fi­cient d’iso­la­tion. Sur la si­mu­la­tion on sait com­bien on peut tou­cher et lorsque l’on dé­couvre les mo­da­li­tés sur les fac­tures d’ar­ti­san et bien on a juste rê­vé sur les chiffres ».

PAS SI PO­SI­TIF QUE ÇA

En fait, le pro­prié­taire ne s’est pas adres­sé à l’ADEME mais à un dis­tri­bu­teur de fuel : « J’ai aus­si ap­pe­lé l’ADEME et les ré­ponses sont iden­tiques car les su­per­mar­chés dis­tri­bu­teurs de fuel ou les pé­tro­liers (Car­re­four, To­tal, Au­chan, Leclerc…), font les dos­siers et les trans­mettent à l’ADEME. C’est de la sous-trai­tance en gros mais c’est tou­jours l’ADEME au-des­sus, c’est pour ce­la que l’on ne peut pas mon­ter plu­sieurs dos­siers car c’est l’ADEME au fi­nal qui at­tri­bue l’aide ou pas ». Un obli­gé est un dis­tri­bu­teur d’éner­gie ou de car­bu­rant, obli­gé par l’Etat à réa­li­ser un cer­tain vo­lume d’éco­no­mies d’éner­gie, ou à les faire réa­li­ser, sur une pé­riode don­née : « De­puis 2005, cette lé­gis­la­tion pré­voit que les four­nis­seurs d’éner­gie ins­taurent des pro­grammes d’éco­no­mies d’éner­gie au­près de leurs clients, dans le but de les in­ci­ter à réa­li­ser des éco­no­mies d’éner­gie », se­lon le site de To­tal. Les dis­tri­bu­teurs in­citent les clients à ré­duire leur consom­ma­tion éner­gé­tique. Sou­vent ap­pe­lées Primes Ener­gies, les Cer­ti­fi­cats d’Eco­no­mies d’Ener­gie (ou CEE) « vous per­mettent de va­lo­ri­ser vos tra­vaux d’éco­no­mie d’éner­gie. La liste des tra­vaux éli­gibles a été dé­fi­nie par le Mi­nis­tère de l’Ener­gie », peut-on lire sur le site de Car­re­four. Se­lon le site de Leclerc : « Les Primes Ener­gie vous per­mettent de re­ce­voir des cartes cadeaux lorsque vous faites réa­li­ser des tra­vaux d’éco­no­mies d’éner­gie par un pro­fes­sion­nel. Ces cartes cadeaux sont va­lables dans les ma­ga­sins et concepts E.Leclerc par­ti­ci­pants*. Le mon­tant de vos cartes cadeaux va­rie en fonc­tion des ca­rac­té­ris­tiques des tra­vaux qui ont été réa­li­sés ». * hors car­bu­rants, fioul, billet­te­rie et ser­vices. Voir dé­tail des ma­ga­sins lors de la créa­tion du dos­sier. Quatre grandes fa­milles de tra­vaux sont concer­nées par la Prime Eco Tra­vaux : Les Ener­gies Re­nou­ve­lables. L’Iso­la­tion. Le Chauf­fage et l’Eau Chaude. La Ré­gu­la­tion.

ÇA LUI PASSE SOUS LE NEZ

Pro­blème : Pour avoir les bons coef­fi­cients de ré­sis­tance ther­mique par les iso­lants, il faut ad­di­tion­ner les coef­fi­cients in­ternes et ex­ternes. Jusque là, tout al­lait bien. De plus, les deux en­tre­prises étaient RGE or, à comp­ter du 1er juillet 2015, le pro­fes­sion­nel qui réa­lise les tra­vaux doit im­pé­ra­ti­ve­ment être Re­con­nu Ga­rant de l’En­vi­ron­ne­ment (RGE) à la date d’en­ga­ge­ment des tra­vaux pour que vous puis­siez bé­né­fi­cier de votre prime : « Tout est iso­lé, tous les murs, tous les plan­chers… mais ce­la n’a pas été pris en charge parce que deux en­tre­prises ont tra­vaillé, ce qui est nor­mal car le tra­vail d’une iso­la­tion ex­té­rieure (par un cou­vreur) ou in­té­rieure (par un pla­quiste) n’est pas le même mais à par­tir du mo­ment où il y a deux fac­tures, ils ne veulent rien savoir donc, on a lais­sé tom­ber !

DONC ON A LAIS­SÉ TOM­BER.

Et pour les fe­nêtres, je n’au­rais presque rien tou­ché donc je n’ai même pas es­sayé. L’en­tre­prise de me­nui­se­rie sa­vait uni­que­ment que « la com­plé­men­ta­ri­té entre les deux lots per­met­tait d’at­teindre le ni­veau d’exi­gence », et se­lon le pro­prié­taire : « L’en­tre­prise a tout fait après que l’on ait été in­for­mé des obli­ga­tions mais rien à faire avec 2 ar­ti­sans dif­fé­rents ». « Par contre, pour les cré­dits d’im­pôts, j’ai ap­pe­lé le Centre des im­pôts et rien qu’avec les fe­nêtres qui sont éli­gibles, j’ai le pla­fond des 16.000 Par sé­cu­ri­té, j’ai quand même rem­pli toutes les cases de la dé­cla­ra­tion sur tous les iso­lants éli­gibles à l’im­pôt. De toute fa­çon, le pla­quiste n’est pas un sous trai­tant mais bien un ar­ti­san qui a pris les tra­vaux. Donc, il peut fac­tu­rer en son nom les iso­lants. Comme le me­nui­sier. Fi­na­le­ment je de­vrais donc tou­cher 5.000 de cré­dits d’im­pôts », sa­voure le pro­prié­taire. Ré­ponse de l’ADEME, Her­vé Le­febvre, Chef du Ser­vice Cli­mat : « Il au­rait fal­lu pas­ser par le même opé­ra­teur. Là, on se re­trouve avec 2 opé­ra­teurs et cha­cune des iso­la­tions prise in­di­vi­duel­le­ment n›at­teint pas le ni­veau de ré­sis­tance ther­mique demandée pour bé­né­fi­cier d›une aide CEE ». Bon à savoir…

Iso­la­tion in­té­rieure

Iso­la­tion ex­té­rieure

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.