RE­CHAR­GE­MENT

Les 8 x 60 S et RS

Armes de Chasse - - La Une - Alain F. Gheer­brant

Long­temps as­sez po­pu­laire en France « grâce » à l’interdiction du 8x57 IS qui per­met­tait son re­cham­brage, le 8x60 n’est plus guère pro­po­sé par les en­car­tou­cheurs et fa­bri­cants de ca­ra­bines. Ce qui n’en­lève rien à la qua­li­té de ce ca­libre, que nous vous pro­po­sons de faire re­vivre avec quelques re­cettes.

Il était une fois une na­tion vain­cue, par­tiel­le­ment oc­cu­pée, com­plè­te­ment rui­née, en pleine crise so­ciale et po­li­tique. Ses vain­queurs, sou­cieux d’em­pê­cher son ré­ar­me­ment, in­ter­dirent à sa po­pu­la­tion de dé­te­nir des armes ca­pables de ti­rer la car­touche ré­gle­men­taire de l’ar­mée im­pé­riale fraî­che­ment dé­mo­bi­li­sée, qui s’ap­pe­lait 7,92x57 mm IS, au mi­lieu d’autres vexa­tions de la même veine. Comme les chas­seurs et ama­teurs de tir al­le­mands pos­sé­daient de très nom­breu-ses ca­ra­bines dans le ca­libre en ques­tion – et même dans le pré­cé­dent ( 7,92x57 mm I, le 8 mm « étroit » des fu­sils mo­dèle 1888 de la com­mis­sion de Span­dau) – et qu’on n’al­lait pas s’ar­rê­ter de chas­ser pour si peu, une grande quan­ti­té de ces armes furent re­cham­brées et ré­éprou­vées pour une car­touche proche, la 8 x 60 mm avec ou sans « S » . La chose avait de nom­breux avan­tages : elle était peu coû­teuse, ne chan­geait rien à l’al­lure ex­té­rieure de l’arme dont elle n’in­hi­bait non plus en rien le fonc­tion­ne­ment. La nouvelle car­touche pré­sen­tait une ba­lis­tique au mi­ni­mum tout à fait com­pa­rable et très sou­vent su­pé­rieure à celle de la car­touche qu’elle rem­pla­çait, dans cer­tains char­ge­ments. On pou­vait même, puis­qu’on se trou­vait de­vant une car­touche nouvelle et que des pro­grès im­por­tants avaient été ac­com­plis pen­dant la guerre cô­té poudres, faire des ver­sions plus « mus-clées » qu’on of­frit alors dans des ar - mes neuves. La pres­sion ad­mis­sible CIP de la 8x60 mm S est su­pé­rieure à celle de la 7,92x57 mm IS. Cette car­touche, fi­gu­rez- vous, vaut ap­proxi­ma­ti­ve­ment la .300 Hol­land & Hol­land dans ses char­ge­ments les plus éla­bo­rés et sur­passe sen­si­ble­ment la cé­lèbre .30- 06 Spring­field sur le plan ba­lis­tique, ce qui ne gê­ne­ra per­sonne de sen­sé; elle est mê me lé­gè­re­ment plus in­té­res­sante que la res­pec­table an­glaise dans la me­sure où elle se contente d’un mé­ca­nisme de lon­gueur « stan­dard » net­te­ment moins coû­teux et pré­sente une bien meilleure den­si­té de sec­tion avec cer­tains

Les di­men­sions exactes de la 8 x 60 RS

pro­jec­tiles. Ain­si vont les choses lors­qu’on prend un peu de re­cul et qu’on s’oc­troie le temps de faire des comparaisons ob­jec­tives.

Mêmes causes, mêmes ef­fets

Les mêmes causes pro­dui­sant les mê - mes ef­fets, en France, le clas­se­ment en pre­mière ca­té­go­rie de la 8x57 mm IS de­puis 1939 a in­duit une quan­ti­té consi­dé­rable de re­cham­brages d’ar - mes di­verses ré­cu­pé­rées sur l’ex-oc­cu­pant ou ven­dues à titre de « sur­plus » . Les in­nom­brables « pris es de guerre » russes ont inon­dé le reste du monde de fu­sils Mau­ser di­vers. Cô­té car­touches à bour­re­let, la 8 x 60 mm RS joue le même rôle que la 8x 57 mm JRS : on la trouve dans des drillings, des kip­plaufs, quel­que­fois dans des ca­ra­bines doubles. Cet - te car­touche n’est dé­sor­mais plus char­gée que confi­den­tiel­le­ment. On peut sans le moindre risque, avec tou­te­fois fort peu de chances de re­trou­ver la conver­gence d’ori­gine

des ca­nons, ti­rer la 8x57 mm JRS dans une arme cham­brée pour la 8x60 mm RS. Une fois for­més de cette ma­nière, les étuis peuvent être re­ca­li­brés et re­char­gés. Ils se­ront un peu courts du col­let, mais fonc­tion­ne­ront par­fai­te­ment. Pour le chas­seur et le ti­reur, qui ne la né­gligent que parce que per­sonne ne leur en parle, la 8x60 mm S pré­sente quelques in­con­nues. D’abord, il n’y a pas énor­mé­ment de char­ge­ments sur le mar­ché, si on ex­cepte l’offre de So­logne et une car­touche or­phe­line chez RWS, qui « mon­tait » ré­cem­ment en­core la dé­li­cieuse HMK. Ce­la ne du­re­ra pas. En­suite, comme il y a plé­thore de ca­libres plus ou moins com­pa­rables, on n’y pense tout sim­ple­ment pas. Ce­la si­gni­fie tout bê­te­ment et très po­si­ti­ve­ment qu’il ar­rive qu’on trouve as­sez sou­vent de fort jo­lies ca­ra­bines des an - nées 1920- 1960 à des prix tout à fait sur­pre­nants sur le mar­ché de l’oc­ca­sion, qu’il ne faut pas hé­si­ter à faire par­ler au poste de tir ou au mi­ra­dor si on le sou­haite. A toute chose mal­heur est bon pour ce­lui qui pos­sède la cu­rio­si­té in­dis­pen­sable. Cô­té per­for­mance, une 8x60 mm S suf­fit à sé­cher n’im­porte le­quel de nos gi­biers eu­ro­péens, à condi­tion comme tou­jours d’uti­li­ser une balle adap­tée à l’ana­to­mie de l’ani­mal re­cher­ché et au mode de chasse pra­ti­qué et de la pla­cer cor­rec­te­ment. Bien en­ten­du, les ti­reurs et un bon nombre d’ama­teurs s’étaient tour­nés vers le 8x60 mm S pour pou­voir bé­né­fi­cier d’un ca­libre « non clas­sé » of­fert dans des armes qui les in­té­res­saient et étaient re­la­ti­ve­ment peu coû­teuses ( Mau­ser de dif­fé­rentes fa­bri­ca­tions pour l’es­sen­tiel). Des di­zaines de mil­liers d’exem­plaires qui dor­maient dans les ar­se­naux ukrai­niens, russes ou serbes ont été mis sur le mar­ché ci­vil et se sont bien ven­dus, mer­ci, dans leur ca­libre « na­tu­rel » là où c’était pos­sible, tout comme en 8x60 mm S chez nous, après re­cham­brage.

Tra­quez les bonnes af­faires

Comme tou­jours, cer­tains re­cham-brages peuvent être li­ti­gieux. Il fau­dra être as­sez éveil lé pour ne pas pri­vi­lé­gier que le prix, et le cas échéant ré­cla­mer au ven­deur quelques étuis ti­rés dans l’arme convoi­tée, ou lui de­man­der d’es­sayer la ca­ra­bine avec des car­touches du com­merce. Le pas­sage en « ca­té­go­rie C » de la 8x57 mm IS ra­len­ti­ra sans doute l’ac­ti­vi­té au­tour des armes re­cham­brées en 8x60 mm S. Cer­tains en pro­fi­te­ront pour faire d’ex­cel­lentes af­faires. Ici aus­si, l’arbre cache la fo­rêt. Il n’y a au­cune rai­son ob­jec­tive de se dé­bar­ras­ser d’une arme de bonne qua­li­té en 8 x 60 mm S, bien au contraire ! Pour le re­char­geur, les étuis existent en quan­ti­té, les autres com­po­sants aus­si, et les poudres du mi­lieu de l’échelle de vi­va­ci­té ( SP9 ou 7, Tu­bal 5000, SP 11) sont les mieux adap­tées avec les balles de poids lé­ger ou moyen. Le re­for­mage d’autres étuis, comme le .280 Re­ming­ton ou le .270 Win­ches­ter, est à la por­tée du plus grand nombre. Avec des balles lour - des, par­ti­cu­liè­re­ment bien adap­tées au pas de rayure « court » nor­ma­le­ment uti­li­sé dans ces armes, la Tu­bal 7000 nous a don­né d’ex­cel­lents ré­sul­tats sur des an­ti­lopes de belle taille, y com­pris quelques oryx, et ce­la jus­qu’à plus de deux cents mètres vé­ri­fiés. Une amorce Large Rifle stan­dard suf­fit.

La 8x60 mm RS ne pose guère de pro­blèmes. L’ex­pé­dient de la 8 x 57 mm JRS dé­crit plus haut suf­fit à la vé­ri­fi­ca­tion du bon état de marche d’un drilling ou d’une ca­ra­bine double. On trouve sans grande peine les étuis de 8x60 mm RS, ré­cem­ment re­mis en fa­bri­ca­tion mais en­core as­sez dif­fi­ci­le­ment ac­quis. Le re­for­mage et la trans­for­ma­tion d’étuis de 7x65 mm R ou de 9,3x74 mm R ne posent guère de dif­fi­cul­tés. Là en­core, em­ployez une amorce Large Rifle stan­dard et ne ré­dui­sez pas de plus de 5% les charges four­nies pour la Tu bal 5000, la SP 11 et la Tu­bal 7000, pas plus que pour la SP 12. Un re­char­geur qui vou­drait ab­so­lu­ment re­trou­ver les per­for­mances des 8 x 60 mm S « amé­lio­rées » ( la fa - meuse « ma­gnum bombe » des an - nées 1920- 1930) de­vra en pas­ser par la mé­thode de l’es­ca­lier et être par­ti­cu­liè­re­ment at­ten­tif à ce qu’il fait et à ce qui se passe au mo­ment du tir. Nous ne pro­po­sons pas de charges qui per­mettent d’at­teindre ce type de ré­sul­tats. Comme avec toutes les armes de 8 mm du dé­but du siècle der­nier, on peut ren­con­trer in­dif­fé­rem­ment des dia­mètres de ca­non « étroits » ( de­ve­nus as­sez rares) ou « larges » . Si les mar­quages et les poin­çons d’épreuve d’une arme an­té­rieure à 1950 ne sont pas ex­pli­cites, il fau­dra ab­so­lu­ment faire ex­per­ti­ser la ca­ra­bine avant d’en­vi­sa­ger d’y glis­ser la moindre car­touche. N’ou­bliez pas qu’une arme se­miau­to­ma­tique re­cham­brée ( G41, G43, Zas­ta­va M- 76 et al.) doit im­pé­ra­ti­ve­ment em­ployer une mu­ni­tion dont les ca­rac­té­ris­tiques de pres­sion sont aus­si proches que pos­sible de la ba­lis­ti que in­té­rieure et ex­té­rieure four­nie par la mu­ni­tion ré­gle­men­taire pour la­quelle elle avait été éta­blie, c’est- à- dire le 8 x 57 mm IS « or­di­naire » à balle lourde de 196198 grains dite «sS» ( pour schweres Spitz­ges­schoss). C’est la condi­tion pour pré­ser­ver le bon fonc­tion­ne­ment de l’arme et sa lon­gé­vi­té. Une grande at­ten­tion doit être ap­por­tée au choix des amorces pour évi­ter toute per­cus­sion pré­ma­tu­rée dans ces armes. Op­tez pour une amorce « du re » aux normes mi­li­taires s’avère in­dis­pen­sable. De même, la poudre de­vra être choi­sie avec soin et de­vrait se si­tuer aux alen­tours de la vi­va­ci­té de la Tu­bal 5000. Cer­tains vous di­ront qu’on peut re­char­ger la 8x60 mm S en uti­li­sant les ou­tils des­ti­nés à la 8x57 mm IS, en in­ter­po­sant une ron­delle de 2 mm

entre l’écrou de l’ou­til et le som­met de la presse. C’est tout à fait exact, mais ce­la in­ter­dit le re­for­mage ef­fi­cace d’étuis de ré­cu­pé­ra­tion et, au bout de quelques tirs, les étuis, trop dé­for­més, re­fu­se­ront de cham­brer et ne pour­ront plus être re­ca­li­brés cor­rec­te­ment, an­nu­lant ain­si com­plè­te­ment ce qui était per­çu comme une éco­no­mie de quelques eu­ros. L’achat d’un jeu d’ou­tils de 8x60 mm S de - vient alors une dé­marche lo­gique.

Vous vou­lez jouer ?

D’autres vous re­com­man­de­ront l’em­ploi des très cou­rants étuis de ré­cu­pé­ra­tion en 7x64 mm Bren­neke. Certes, c’est pos­sible. Ce­pen­dant, un simple coup d’oeil aux fiches de la CIP ou aux des­sins qui ac­com­pagnent nos tables et re­prennent ces mêmes fiches vous mon­tre­ra que la base de l’étui de 7x64 mm est net­te­ment plus étroite que celle de l’étui de 8x60 mm S. Ruptures de cu­lot et fuites de gaz brû­lants trans­por­tant des par­ti­cules de lai­ton se pro­dui­ront tôt ou tard, avec tout ce que ce­la com­porte de risques phy­siques pour l’opé­ra­teur. Jouer avec le feu est tou­jours pos­sible, ne se­rait- ce que parce qu’il y a sû­re­ment un dieu quelque part qui veille sur les im­bé­ciles, mais il est clair que le vieux pro­verbe qui sti­pule qu’ « à force de jouer au c…, on fi­nit tou­jours par ga­gner » s’ap­plique lui aus­si en cette ma­tière comme dans bien d’autres. On ren­contre ra­re­ment des armes qui chambrent la car­touche de 8 x 60 mm RS. Pour cette rai­son, nous ne don­nons pas de table spé­ci­fique à cette car­touche. On peut tou­te­fois sans in­con­vé­nient em­ployer les don­nées four­nies pour la car­touche de 8x57 mm JRS.

La 8 x60S, au mi­lieu, entre la 8 x 64 Sà gauche et la 8 x57IS à droite.

La Nos­ler Par­ti­tion, en­core et tou­jours, per­met de re­don­ner force et ef­fi­ca­ci­té à ce vieux bon ca­libre.

De belles ca­ra­bines Mau­ser Ori­gi­nal ont été cham­brées en 8 x 60 sans être pas­sées au préa­lable par la case 8 x 57 IS.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.