Speed­ster : Mer­kel ré­in­vente le trou de pouce

La crosse de la Speed­ster à trou de pouce ou­vert est conçue pour vous of­frir le ré­ar­me­ment le plus ra­pide pos­sible avec la RX-He­lix Mer­kel. Mais le confort de tir of­fert pour­rait fort bien don­ner à ses fu­turs pro­prié­taires d’autres idées.

Armes de Chasse - - Sommaire - Laurent Be­du

En l’es­pace de sept an­nées si l’on se fie à sa date de lan­ce­ment et seule­ment six si l’on prend en compte son ar­ri­vée ef­fec­tive dans les ar­mu­re­ries, la Mer­kel RX-He­lix R8 est de­ve­nue la ri­vale di­recte de la Bla­ser au sein de la dé­sor­mais très dis­pu­tée ca­té­go­rie des ca­ra­bines à ver­rouillage li­néaire. Ces armes in­ven­tées pour don­ner au chas­seur da­van­tage de puis­sance de feu et de ra­pi­di­té n’ont pas tar­dé à se pla­cer en tête des ventes en ces temps d’ex­plo­sion des po­pu­la­tions de san­gliers. Mais peu à peu les fa­bri­cants en ont aus­si fait des ca­ra­bines de ba­rou­deurs, pour le tir loin­tain, l’af­fût et l’ap­proche, les sor­tant du cadre strict de la bat­tue au­quel on les li­mi­tait lors de l’ar­ri­vée de la R93 et même en­core de la R8, en 2010. Com­ment ? Par la créa­tion de mo­dèles spé­ci­fi­que­ment des­ti­nés aux chasses si­len­cieuses. Bla­ser a ini­tié le mou­ve­ment avec

ses mo­dèles Pro­fes­sio­nal, et Mer­kel n’a pas traî­né à confir­mer la ten­dance en fai­sant de sa RX-He­lix une gamme com­plète, une fa­mille in­tel­li­gente de ca­ra­bines tout-temps, tout­ter­rain et tout-usage. Il semble dé­sor­mais qu’une ca­ra­bine mo­derne se doit d’être li­néaire et, dans cette ca­té­go­rie, of­frir une mo­du­la­ri­té, un dé­mon­tage ai­sé, un vaste choix de ca­libres, sans ou­blier des formes de crosses adap­tées à des usages pré­cis. La Bla­ser R8 Pro­fes­sio­nal Suc­cess et son large trou de pouce est une par­faite illus­tra­tion de cette ten­dance, tout comme la dix­neu­vième ver­sion qui vient d’être ajou­tée à la gamme RXHe­lix, le mo­dèle Speed­ster. Un nom qui d’em­blée, même pour les no En­glish na­tive spea­kers, évoque la vi­tesse. Car, grâce à sa crosse in­édite et no­va­trice, cette RX- He­lix- là se ré­arme en­core plus vite que ses aî­nées si tant est que ce­la soit pos­sible.

Ré­ar­me­ment su­per­so­nique

La re­cette de la ra­pi­di­té du ré­ar­me­ment des RX-He­lix re­pose sur trois in­gré­dients bien do­sés. Tout d’abord, vous l’au­rez com­pris, il s’agit d’une ca­ra­bine à ré­ar­me­ment li­néaire. Deux mou­ve­ments seule­ment sont re­quis pour en­chaî­ner les tirs. On tire le le­vier d’ar­me­ment vers soi : la cu­lasse est dé­ver­rouillée et re­cu­lée, l’étui vide éjec­té. On le re­pousse : une nou­velle car­touche est cham­brée et l’arme ver­rouillée. Au­tant dire que cette trans­la­tion li­néaire a don­né un coup de vieux aux ca­ra­bines clas­siques et à leurs quatre mou­ve­ments, le­ver, ti­rer, re­pous­ser, fer­mer. En­suite, le mé­ca­nisme des RXHe­lix li­mite la course du le­vier d’ar­me­ment grâce à un sys­tème de cré­maillère qui dé­mul­ti­plie le dé­pla­ce­ment du le­vier. En re­cu­lant ce der­nier de 6,5 cm seule­ment, la cu­lasse ef­fec­tue une course de 13 cm. Les tirs s’en­chaînent vrai­ment en­core plus vite. En­fin, la cu­lasse est em­pri­son­née dans un boî­tier : sa par­tie ar­rière ne re­cule pas vers le vi­sage du ti­reur. Ce der­nier peut res­ter cou­ché sur la crosse, les yeux ri­vés sur sa cible, et ti­rer plus vite sans avoir à se re­po­si­tion­ner de peur que l’ar- rière de la cu­lasse ne vienne heur­ter son nez. Voi­là qui consti­tue dé­jà un plan d’ac­tion de belle en­ver­gure au ser­vice de la vi­tesse de ré­ar­me­ment. Mais voi­ci qu’une accélération sup­plé­men­taire nous est an­non­cée avec la crosse de la Speed­ster. Une crosse do­tée d’un trou de pouce ou­vert, au­tre­ment dit of­frant une po­si­tion de tir ul­tra-con­for­table et une prise en main ferme et sûre, sans l’in­con­vé­nient d’avoir à sor­tir puis re­pla­cer le pouce, comme c’est le cas lorsque le lo­ge­ment est fer­mé. Ici, la dé­coupe per­met de ca­ler la main, qui peut en­suite sor­tir par le haut, et non sur le cô­té, pour al­ler cher­cher le le­vier d’ar­me­ment. Cette crosse bap­ti­sée Grip Ome­ga, en ré­fé­rence à sa forme qui rap­pelle le sym­bole grec, per­met un po­si­tion­ne­ment par­fait de la main. Sa par­tie avant vient épou­ser la forme de la paume, entre le pouce et l’in­dex. En po­si­tion de tir, la main n’est pas cris­pée et sur­tout l’in­dex est à l’ho­ri­zon­tale, dans l’axe du ca­non, confor­ta­ble­ment poin­té et ca­lé, grâce à un usi­nage spé­ci­fique, vers la queue de dé­tente, par­fai­te­ment en ligne. L’ar­rière de l’Ome­ga, en courbe, épouse la forme du dos de la main. Lors du ré­ar­me­ment, vous avez as­sez d’es­pace pour re­cu­ler lé­gè­re­ment la main avant d’al­ler cher­cher la boule du le­vier d’ar­me­ment. La forme ar­ron­die écarte tout risque de bles­sure, y com­pris avec un ca­libre chaud quand la main peut re­cu­ler plus que pré­vu. Le po­ly­mère « Soft Touch » , souple et noir, de la crosse est agrip­pant et d’un contact très agréable. Vous le re­trou­vez sous le de­vant et au ni­veau du busc, sur toutes les zones de contact lors du tir. Le reste de la

crosse est réa­li­sé dans un po­ly­mère de cou­leur verte, dont la ri­gi­di­té et le grain ga­ran­tissent une bonne prise en main quelles que soient les condi­tions mé­téo­ro­lo­giques.

Une crosse par­fai­te­ment ajus­tée

La crosse de la Speed­ster pos­sède un busc ajus­table au­to­ma­tique et à mé­moire. En pres­sant un bou­ton – qui au­rait sans doute pu être un peu moins dur – lo­gé entre l’ar­rière du busc et le som­met de la plaque de couche, on li­bère le busc qui re­monte au­to­ma­ti­que­ment jus­qu’à la hau­teur préa­la­ble­ment dé­fi­nie. Pour re­pla­cer le busc à son point le plus bas, il faut l’en­fon­cer tout en pres­sant à nou­veau la com­mande. Pour pro­cé­der au ré­glage de la hau­teur du busc, il vous faut ôter la plaque de couche, en­fon­cer le busc et, à l’aide d’une pe­tite clé Al­len lo­gée sous la plaque, dé­vis­ser lé­gè­re­ment la bague pla­cée sur la tige pour ré­gler l’élé­va­tion du busc et la vis­ser pour mé­mo­ri­ser ce ré­glage. En­suite, vous res­ser­rez la bague, re­pla­cez la plaque de couche et vous vé­ri­fiez, en ap­puyant sur le bou­ton de com­mande du busc, que vous êtes par­fai­te­ment dans l’axe de la lu­nette ou du point rouge ins­tal­lé sur l’arme. Si ce n’est pas le cas, il vous fau­dra en­core ajus­ter le ré­glage. L’opé­ra­tion n’est ni com­pli­quée ni très longue et n’est en prin­cipe à faire qu’une seule fois. Un ré­glage in­dexé sur la tige au­rait ce­pen­dant pu en­core la sim­pli­fier et éco­no­mi­ser quelques tâ­ton­ne­ments. La dé­pose de la plaque de couche est on ne peut plus simple, elle ne né­ces­site au­cun ou­til. Il suf­fit de pres­ser ses flancs tout en la sou­le­vant. Etant don­né la fa­ci­li­té de l’opé­ra­tion, vous n’hé­si­te­rez pas à chan­ger la plaque, y com­pris au gré des sai­sons et des sor­ties en choi­sis­sant un mo­dèle plus ou moins épais en fonc­tion de vos vê­te­ments. Les plaques de dif­fé­rentes épais­seurs li­vrées avec l’arme (12, 16 et 20 mm avec la .308 Win et la .30-06 de notre es­sai) vous per­mettent un ajus­te­ment par­fait.

L’en­vi­ron­ne­ment RX-He­lix

Pour le reste, la Speed­ster res­semble aux RX-He­lix que vous connais­sez. La mé­ca­nique à cu­lasse hé­li­coï­dale à six te­nons en tête sur deux ran­gées est in­chan­gée, de même que la tête de cu­lasse amo­vible, per­met­tant de pas­ser ra­pi­de­ment d’un ca­libre mag­num à un stan­dard. Lorsque l’on dé­monte le ca­non, sauf pro­cé­dure spé­ci­fique, la tête de cu­lasse reste sur ce der­nier – mais si elle manque lors

du re­mon­tage, l’arme ne se re­ferme plus, il n’y a au­cun risque que vous par­tiez chas­ser sans vous aper­ce­voir de son ab­sence. Le ca­non n’est ni flû­té ni ul­tra­court. Il me­sure 56 cm en .30-06 pour un

dia­mètre de 17 mm et 46 cm en .308 Win­ches­ter pour un dia­mètre de

19 mm ; du clas­sique, ni trop épais ni trop fin. Il est fi­le­té pour le mon­tage d’un frein de bouche ou d’un si­len­cieux, à condi­tion qu’il se fixe en bout de ca­non, la pré­sence d’un gui­don mon­té sur rampe in­ter­di­sant les mo­dèles man­chon­nés. Le fi­le­tage au pas de M15 x 1 est un stan­dard qui per­met­tra d’ins­tal­ler la qua­si to­ta­li­té des mo­dé­ra­teurs de son du mar­ché. La dé­tente di­recte est très agréable, nette et sans course. Elle est ré­glable de 900 à 1 900 g. Si ce­la ne suf­fit pas, un autre mo­dèle est dis­po­nible en op­tion, la dé­tente de la TAR-GT, ré­glable de 500 à 1500 g. Le char­geur est à simple pile et peut se­lon les ver­sions conte­nir cinq car­touches stan­dard ou trois mag­num. Il est fait d’un mé­lange de plas­tique et de mé­tal et, comme ce­lui de la Sauer 202, s’ins­talle fa­ci­le­ment dans son puits d’an­crage et s’en re­tire tout aus­si fa­ci­le­ment au moyen d’une pres­sion sur les deux plots si­tués de chaque cô­té. Tous les autres points forts de la RX-He­lix sont au ren­dez-vous, le ca­non dé­mon­table sans ou­til, la crosse dé­mon­table, avec une clé cette fois, la très bonne dé­tente et le choix de ca­libres.

La nou­velle crosse uni­ver­selle ?

La pre­mière chose que l’on re­marque en pre­nant en main cette ca­ra­bine est la po­si­tion réel­le­ment na­tu­relle et con­for­table de la main forte sur la poi­gnée. A vide, j’es­saie de ti­rer et de ré­ar­mer, tout se passe fa­ci­le­ment, sans contraintes, comme si la crosse était une connais­sance de longue date, preuve que l’er­go­no­mie a été pous­sée à son maxi­mum. Autre bon point, le pous­soir d’ar­me­ment est très ac­ces­sible avec cette poi­gnée. La boule du le­vier d’ar­me­ment est si­tuée à l’aplomb par­fait de la queue de dé­tente, presque à sa ra­cine, on ne le cherche pas. Avec un peu d’en­traî­ne­ment, il doit même être pos­sible de ré­ar­mer sans re­ti­rer la main de son lo­ge­ment, juste en al­lon­geant l’in­dex. Quelques balles au stand de tir de­vraient suf­fire à ins­tal­ler ce geste. Le busc à ré­glage mé­mo­ri­sé est un vrai atout pour cette crosse. Le dis­po­si­tif est bien plus pra­tique que les deux mo­lettes cran­tées dis­po­nibles jusque-là sur les RX-He­lix, et qui de sur­croît in­ter­di­saient le tir à un gau­cher. Ici, pour peu que vous pre­niez le temps de pro­cé­der cor­rec­te­ment au ré­glage, vous vous re­trou­vez par­fai­te­ment dans l’axe de l’op­tique. Votre vi­sée est constante, c’est un gage de confort et d’as­su­rance. Faut-il li­mi­ter la Speed­ster à la bat­tue, comme son nom semble le sug­gé­rer ? Sans doute pas. La forme de la crosse est telle que la vi­sée est non seule­ment con­for­table mais sûre et idéale pour les tirs à moyenne et longue dis­tance. Même avec son poids un peu éle­vé, cette arme se­ra par­faite pour l’ap­proche, et pour l’af­fût. Il y a de grandes chances que ses ache­teurs soient des chas­seurs gé­né­ra­listes, ama­teurs de bat­tue comme de chasses si­len­cieuses et de tirs loin­tains. Le busc à élé­va­tion au­to­ma­tique et mé­mo­ri­sée, le fi­le­tage du ca­non et l’ex­cel­lente dé­tente ré­glable plaident en ce sens. La Speed­ster pour­rait s’im­po­ser comme l’in­car­na­tion de la crosse uni­ver­selle !

La RX-He­lix Speed­ster dans son in­té­gra­li­té : une crosse com­po­site bi­ma­tière, une dé­coupe dans la crosse qui forme un trou de pouce d’un nou­veau genre, un busc ajus­table et un ca­non fi­le­té.

Même si elle a été conçue pour of­frir une grande vi­tesse de ré­ar­me­ment, la Speed­ster convien­dra par­fai­te­ment aux chasses si­len­cieuses. Le busc se lève en pres­sant le bou­ton si­tué au-des­sus de la plaque de couche jus­qu’à une hau­teur choi­sie et réglée par vos soins.

La plaque de couche se re­tire en la pres­sant puis en la le­vant. Elle donne ac­cès au ré­glage de la hau­teur du busc.

La main quitte le trou de pouce sans ef­fort et at­teint la boule du le­vier très vite. Le ré­ar­me­ment est vrai­ment ul­tra­ra­pide.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.