Ali­men­ta­tion contrô­lée ou pas ?

La dié­té­tique de votre arme pour évi­ter les bou­chées doubles

Armes de Chasse - - Sommaire - Laurent Be­du, ex­trait de « De Mau­ser à Bla­ser »

La dié­té­tique de votre arme pour évi­ter les bou­chées doubles

Sou­vent, dans ce ma­ga­zine, il est ques­tion d’ali­men­ta­tion contrô­lée. Ras­su­rez-vous, pas de ré­gime en vue. Cer­taines ca­ra­bines pos­sèdent une ali­men­ta­tion contrô­lée, d’autres pas. Pour­quoi ?

Il ar­rive que la pre­mière mou­ture soit la bonne. Que l’idée de dé­part soit fi­na­le­ment la meilleure, la plus simple et la plus ef­fi­cace. Que toutes les « amé­lio­ra­tions » et mo­di­fi­ca­tions ap­por­tées ul­té­rieu­re­ment ne soient que des ap­pau­vris­se­ments, des amoin­dris­se­ments de la qua­li­té du sys­tème ori­gi­nel. C’est sans doute la conclu­sion à la­quelle sont ar­ri­vés, un siècle après l’in­ven­tion de l’ex­trac­teur à lame par Paul Mau­ser, tous les concep­teurs de ca­ra­bines ou presque de la pla­nète. Car ils sont nom­breux ceux qui, après avoir fait évo­luer la cu­lasse Mau­ser en créant une tête en forme de cu­vette avec un ex­trac­teur-griffe et un éjec­teur à lame ou à pis­ton, sont re­ve­nus au sché­ma ini­tial, une tête de cu­lasse en de­mi-cu­vette et un ex­trac­teur à lame type Mau­ser 98. Tout sim­ple­ment parce que ce dis­po­si­tif reste, au­jourd’hui en­core, le meilleur re­mède contre les risques de double in­tro­duc­tion de car­touches et la forme la plus abou­tie et la plus fiable pour as­su­rer une ali­men­ta­tion contrô­lée. En quoi consiste donc ce fa­meux ex­trac­teur à l ame Mau­ser ? D’abord, la tête de cu­lasse est frai­sée dans sa par­tie in­fé­rieure, elle est dé­bar­ras­sée de re­bord, de marche sur sa moi­tié basse. Ain­si, lorsque la car­touche monte, pous­sée par le res­sort de la plate- forme élé­va­trice du char­geur, elle vient im­mé­dia­te­ment en ap­pui contre la tranche de la tête de cu­lasse aus­si­tôt blo­quée par l’ex­trac­teur à lame qui ne la lâ­che­ra plus qu’en fin d’éjec­tion. Im­pos­sible de pous­ser une autre car­touche vers la chambre, im­pos­sible aus­si que l’ex­trac­teur se sai­sisse d’une autre mu­ni­tion. Cet ex­trac­teur long et non ro­ta­tif, car mon­té sur un col­lier qui tourne tan­dis que l’ex­trac­teur reste en ap­pui contre le bord de la fe­nêtre d’éjec­tion, est bien plus coû­teux à réa­li­ser qu’une griffe mi­nus­cule. Mais éga­le­ment bien plus ef­fi­cace,

en par­ti­cu­lier en Afrique où cha­leur et fortes pres­sions s’al­lient par­fois pour le rendre in­dis­pen­sable pour ex­traire des étuis gon­flés.

Win­ches­ter 70 : deux ré­gimes

Le cas de la Win­ches­ter 70 est as­sez ty­pique des hé­si­ta­tions des fa­bri­cants quant à l’in­té­rêt à conser­ver l’ex­trac­teur Mau­ser. Le mo­dèle 70 est à son ori­gine, en 1936, conçu pour fonc­tion­ner avec une cu­lasse se rap­pro­chant for­te­ment de celle de la Mau­ser 98, avec deux te­nons et un long ex­trac­teur à lame. Mais, en 1964, le fa­bri­cant dé­cide d’aban­don­ner la pro­duc­tion de cet ex­trac­teur pour une tête de cu­lasse en cu­vette avec ex­trac­teur-griffe. Le ré­sul­tat n’est certes pas ca­tas­tro­phique pour les ventes du best-sel­ler amé­ri­cain. Seule­ment, do­ré­na­vant,

les ama­teurs vont dis­tin­guer deux gé­né­ra­tions de mo­dèles en par­lant des « pré- » et « post-64 ». As­su­ré­ment une forme de re­proche qui a pous­sé Win­ches­ter à de nou­veau pro­po­ser, en 2003, l’ex­trac­teur à lame Mau­ser, sans ces­ser tou­te­fois de fa­bri­quer l’autre ver­sion – la ver­sion à long ex­trac­teur s’ap­pe­lant CRF ( pour Con­trol Round Feed) et celle à ex­trac­teur-griffe, CRPF (Con­trol Round Push Feed). Une co­exis­tence qui est main­te­nant ré­vo­lue, puisque, de­puis la dé­lo­ca­li­sa­tion de la pro­duc­tion de New Ha­ven vers l’usine FNM de Ca­ro­line du Sud et la re­prise de la fa­bri­ca­tion de la Win­ches­ter 70, la ca­ra­bine n’est plus pro­po­sée qu’en ver­sion à ex­trac­teur à lame, comme à ses dé­buts, plus de quatre-vingts ans plus tôt. Mais at­ten­tion, l’ali­men­ta­tion contrô­lée d’une ca­ra­bine n’est pas uni­que­ment dé­pen­dante de la pré­sence du long ex­trac­teur Mau­ser. La preuve, la Sa­ko 85 se dis­tingue de sa de­van­cière, le mo­dèle 75, par son ali­men­ta­tion contrô­lée alors même que l’ex­trac­teur- griffe de l’an­cien mo­dèle a été conser­vé tout comme l’éjec­teur à lame s’en­ga­geant dans la tête de cu­lasse. En fait, les in­gé­nieurs Sa­ko ont eu re­cours à l’autre as­tuce de Paul Mau­ser, le frai­sage d’une par­tie de la tête de cu­lasse. En clair, ils ont aban­don­né la forme en cu­vette pour ou­vrir la par­tie in­fé­rieure : comme sur la cu­lasse Mau­ser, la car­touche monte pous­sée par la plate-forme élé­va­trice lorsque la cu­lasse re­cule et vient aus­si­tôt se pla­quer contre la tête de cu­lasse. L’ex­trac­teur-griffe se sai­sit du cu­lot et plus rien ne peut dès lors sé­pa­rer les deux élé­ments. Ce dis­po­si­tif est aus­si per­for­mant que le pré­cé­dent, à la dif­fé­rence près qu’en cas de sur­pres­sions ou d’étui gon­flé dans la chambre, les ca­pa­ci­tés d’ar­ra­chage de la griffe d’ex­trac­teur res­tent bien in­fé­rieures à celles de l’ex­trac­teur à lame.

Deux cu­lasses de Sa­ko, 85 à gauche et 75 à droite. La forme de cu­vette de la 75 em­pêche toute ali­men­ta­tion contrô­lée, alors qu’avec la 85 le cu­lot de la car­touche glisse contre la tête de cu­lasse tan­dis que l’ex­trac­teur s’en sai­sit.

En haut, la car­touche est sai­sie par l’ex­trac­teur lors du ver­rouillage, et est sim­ple­ment pous­sée au mo­ment du cham­brage. En bas, avec une cu­lasse Mau­ser 98, la car­touche est agrip­pée par le large ex­trac­teur non ro­ta­tif dès sa sor­tie du ma­ga­sin, et ne se­ra lâ­chée qu’à l’éjec­tion. Tout est sous contrôle.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.