SO­LOGNE GPA

Armes de Chasse - - Balistique -

Comme la Fip de Sau­vestre ( ci­des­sous), la GPA de So­logne est fran­çaise et a été conçue spé­ci­fi­que­ment pour la battue. Ce sont deux balles proches en ap­pa­rence, mais qui re­posent sur une tech­no­lo­gie et un prin­cipe dif­fé­rents. Mise au point dans la se­conde moi­tié des an­nées 90 par Paul Car­ré, com­mer­cia­li­sée par An­dré Quin­sa, ar­mu­rier à La­motte- Beu­vron, la Grande Puis­sance d’Ar­rêt a été pen- sée dès l’ori­gine comme une balle de battue des­ti­née à of­frir une ef­fi­ca­ci­té op­ti­male dans la zone des cent cin­quante mètres, avec pour but re­ven­di­qué de ré­duire au maxi­mum la fuite du gi­bier tou­ché. Les GPA sont tour­nées sur ma­chine nu­mé­rique à par­tir d’une barre d’al­liage de cuivre proche du tom­bac. Elles sont per­cées d’une ca­vi­té fron­tale de dia­mètre im­por­tant avec des lignes de rup­ture in­ternes cru­ci­formes qui en­traînent une pé­ta­li­sa­tion lorsque l’ex­pan­sion at­teint un cer­tain point. Cette pé­ta­li­sa­tion consti­tue le prin­cipe de fonc­tion­ne­ment de la balle, lui confé­rant sa lé­ta­li­té hors normes. Lors de la sé­pa­ra­tion des pé­tales se créent quatre ca­naux lé­sion­nels en forme de cônes, alors que le noyau conti­nue sa tra­jec­toire et res­sort dans 90 % des cas. Le corps pos­sède des can­ne­lures ser­vant de gorges de dé­les­tage pour ré­duire en­cui­vrage et pres­sions. Leur nombre va­rie en fonc­tion de la lon­gueur de la balle. Pour le .30-06, deux poids sont pro­po­sés : 9,6 g (148 grains) et 11,7 g (180 grains). Avec 895 m/s, la plus lé­gère dé­ve­loppe une éner­gie de 3 840 J à la bouche et plus de 2 070 J à 200 m, mal­gré une forme qui n’est pas des plus aé­ro­dy­na­miques. C’est un char­ge­ment bien adap­té à nos bat­tues com­munes. Lorsque les grands cer­vi­dés sont au me­nu, la balle lourde est une ex­cel­lente al­ter­na­tive. Plus longue, elle pro­duit des pé­tales un peu plus lourds pour des ca­naux lé­sion­nels plus im­por­tants. La par­tie ar­rière plus lourde aus­si pé­nètre plus loin, même après avoir ta­pé un os, pour une sor­tie qua­si cer­taine. A 200 m, ce qui fait loin en battue, la 11,7 g pro­duit en­core près de 2 000 J. Ceux qui se servent des GPA ne jurent que par elles.

La balle GPA de So­logne fonc­tionne par pé­ta­li­sa­tion, ce qui pro­voque sou­vent des tirs fou­droyants. Elle est pro­po­sée en 9,6 et 11,7 g en .30-06.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.