NEUCHÂTEL Va­lé­rie Favre

Art Press - - ÉVÉNEMENT -

Mu­sée d’art et d’his­toire / 10 dé­cembre 2017 - 12 août 2018 N’étant plus re­pré­sen­tée par une ga­le­rie fran­çaise de­puis 2014, Va­lé­rie Favre est dé­sor­mais une ar­tiste trop rare dans l’Hexa­gone. À l’ex­cep­tion d’une ample exposition que lui avait consa­crée le mu­sée des beaux-arts de Stras­bourg en 2015, les oc­ca­sions de dé­cou­vrir son tra­vail ain­si que son évo­lu­tion sont peu nom­breuses. Le mu­sée d’Art et d’His­toire de Neuchâtel comble cette la­cune en consa­crant à la Fran­co-Suis­sesse dé­sor­mais éta­blie à Ber­lin (où elle est la pre­mière femme à avoir été nom­mée pro­fes­seure de pein­ture à l’Uni­ver­sität der Kunste), sur près de 500 m2 et pen­dant huit mois, une pré­sen­ta­tion qui re­trace l’évo­lu­tion de l’ar­tiste du­rant les vingt der­nières an­nées. Fait mar­quant, l’exposition vaut au­tant par les oeuvres – des des­sins et, sur­tout, de la pein­ture – de haut vol, que par une scé­no­gra­phie au­da­cieuse, éga­le­ment as­su­rée par l’ar­tiste. Qu’il s’agisse des au­to­por­traits (dont ceux en Hu­go Ball), des por­traits d’ani­maux (che­val ou ca­fard), des toiles évo­quant des « mor­ceaux d’uni­vers » ou de la grande salle ras­sem­blant six trip­tyques ma­gni­fiques, évo­ca­teurs tout à la fois de scènes de cirque, de pa­rades de car­na­val et de danses ma­cabres, tout ici est re­mar­quable. Cette exposition vient rap­pe­ler, de fa­çon éblouis­sante, à quel point la pein­ture est bien vi­vante.

Clara Lé­vy ——— Now ba­sed in Ber­lin (where she is the first wo­man to have been made pro­fes­sor of pain­ting at the Uni­ver­sität der Kunste), Va­lé­rie Favre has been wi­thout a French gal­le­ry since 2014, and her ex­hi­bi­tions here have been cor­res­pon­din­gly scarce. Ex­cep­ting an ex­ten­sive show at Stras­bourg’s Mu­sée des Beaux-arts in 2015, there have been few op­por­tu­ni­ties to see her work in these parts. The Mu­sée d’Art et d’His­toire in Neuchâtel gives us a chance to catch up with an eight-month show over five thou­sand square feet fol­lo­wing the de­ve­lop­ment of her art over the last twen­ty years. In­te­res­tin­gly, the event is as no­te­wor­thy for the bold ex­hi­bi­tion de­si­gn, by the ar­tist her­self, as it is for the ve­ry fine qua­li­ty of the dra­wings and, above all, pain­tings on dis­play. Whe­ther these are self-por­traits (in­clu­ding ones where she dresses up as Hu­go Ball), por­traits of ani­mals (horses and beetles), pain­tings of “bits of the uni­verse” or the six ma­gni­ficent trip­tychs evo­king cir­cus acts, car­ni­val pa­rades and dances of death as­sem­bled in the main gal­le­ry, eve­ry­thing here is re­mar­kable. Favre’s new show is a stun­ning re­min­der that pain­ting is ve­ry much alive and well.

Trans­la­tion, C. Pen­war­den

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.