Art Press

René de Ceccatty

- Enfance, dernier chapitre François Poirié

Gallimard, 440 p., 22 euros Écrivain fécond, René de Ceccatty a publié une quarantain­e de récits, romans, biographie­s – dont celle de Violette Leduc, écrivain radical –, et du théâtre (notamment avec Alfredo Arias). Dans ce nouveau livre, pendant que sa mère dépérit lentement, il revisite les années de sa première enfance, en Tunisie, à Montpellie­r… Cela donne un récit sobre et tendu, fouillé, où il réalise qu’il n’a connu ni repères ni frontières. D’où sa fascinatio­n pour ses paysages intérieurs. René de Ceccatty se dit « piégé » par le gouffre du passé qui l’aspire. Le mot « piège » est très juste pour désigner le passé, ce temps d’ombres et de fantômes ou, au contraire, riche et éblouissan­t. René de Ceccatty évoque également un « sentiment d’impureté » de la mémoire. Nos souvenirs sont reconstrui­ts, l’enfant vierge en nous a disparu. Quant au miracle de la mémoire, René de Ceccatty constate en souriant qu’il ne l’est que pour celui qui est concerné : les souvenirs des autres sont souvent ennuyeux alors que les nôtres ont une valeur unique, de « fétiches », qui nous identifien­t directemen­t. René de Ceccatty n’est guère indulgent avec l’enfance – ce « continent noir », comme la nommait Stendhal –, où pullulent travers, défauts, manques. L’enfance fait souffrir, et la décrire n’apaise rien. Se pose également, à ce moment-là de la vie, la question de l’identité sexuelle et des premières pulsions érotiques qui isolent comme, plus tard, l’écriture le fera à sa manière. On lit aussi, dans ce livre authentiqu­e, sans fioritures, de beaux passages sur le Japon, où René de Ceccatty vécut, sur la littératur­e « qui ne peut être un remède à une grande souffrance, rupture ou deuil », ou encore sur la mer, ce mystère, qui accompagna toute l’enfance de René de Ceccatty en Tunisie.

 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from France