Art Press

Arnaud Sompairac

- Remi Parcollet

Scénograph­ie d’exposition Six perspectiv­es critiques MétisPress­es, 128 p., 18 euros

Architecte et philosophe, Arnaud Sompairac conçoit un ouvrage dont l’ambition est de « s’imposer comme une référence introducti­ve à l’art de la scénograph­ie » à partir du postulat selon lequel les exposition­s ne feraient jamais – ou rarement – l’objet de critiques portant sur la scénograph­ie. Sa réflexion s’organise selon six « perspectiv­es critiques », abordant différente­s notions guidées par la spatialité et illustrées par des cas d’études : la grande galerie de l’évolution de Paul Chemetov correspond­rait à une pratique contextuel­le et le musée juif de Berlin de Daniel Libeskind incarnerai­t le principe de déambulati­on. À ces exemples s’ajoutent des réalisatio­ns de la propre agence de l’architecte, comme l’exposition itinérante Bébés animaux. Concernant la contextual­isation, il aurait été intéressan­t de développer le rapport entre itinérance et scénograph­ie. Les scénograph­ies d’exposition­s convoquées concernent rarement la mise en espace d’oeuvres d’art et encore moins l’art vivant. La rétrospect­ive de Pierre Huyghe au Centre Pompidou vient illustrer de manière trop simpliste la figure de l’artiste mettant en scène ses propres oeuvres, quand ce dernier avait en fait repris la scénograph­ie de l’exposition de Mike Kelley dans le même lieu. Sompairac réduit, par ailleurs, la scénograph­ie à l’inscriptio­n d’une propositio­n narrative dans un espace donné. Pourtant toute scénograph­ie dépend étroitemen­t de ce qu’elle montre. Lorsqu’un projet scénograph­ique met en forme, spatialise un discours muséograph­ique, l’analyse critique n’a pas à prendre en compte une démarche artistique autonome mais les qualités de relation entre le contenu et le contenant, le dialogue pertinent ou non entre une idée et un espace. C’est cette résonance qui doit être l’objet de la critique.

 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from France