FLAIR TACTILE

Art Press - - CHRONIQUE -

Les ob­ser­va­teurs ont ce­pen­dant né­gli­gé l’im­por­tance, voire contes­té l’exis­tence de la main pho­to­gra­phique. Dans l’Éloge de la main pu­blié en 1934 par Hen­ri Fo­cil­lon, la pho­to­gra­phie est même un re­pous­soir qui per­met à l’his­to­rien de l’art de faire va­loir toute la « sor­cel­le­rie ma­nuelle » des peintres et des sculp­teurs. Face à une sé­rie de por­traits pho­to­gra­phiques de rab­bins égyp­tiens, il fi­nit par s’ex­cla­mer : « C’est Rem­brandt vi­dé de Rem­brandt. Une per­cep­tion pure, dé­pouillée de sub­stance et de den­si­té, ou plu­tôt un éblouis­sant sou­ve­nir op­tique, fixé dans cette mé­moire cris­tal­line qui re­tient tout, la chambre noire. La ma­tière, la main, l’homme même sont ab­sents. » C’est pour­tant mé­con­naître la pho­to­gra­phie tant cette der­nière est aus­si por­tée par le « flair tactile » qui, au fon­de­ment de l’éloge de la main de Fo­cil­lon, per­met une ap­pré­hen­sion plus com­plète du monde. La main par­ti­cipe ain­si à l’opé­ra­tion du re­gard. Elle l’aug­mente même. De fait, l’his­toire de la pho­to­gra­phie montre com­bien elle peut agir dans l’image en ré­vé­lant ou en ca­chant son su­jet. S’in­ter­po­sant de­vant l’ob­jec­tif, elle forme une dé­fense face à un re­gard in­tru­sif. C’est un lieu com­mun de l’ico­no­gra­phie pa­pa­raz­zi. Mais ce geste est aus­si source d’images plus am­bi­guës comme ce portrait que Lasz­lo Mo­ho­ly-Na­gy semble re­fu­ser à son épouse Lu­cia en ten­dant vers son ap­pa­reil une main qui dis­si­mule mal son sou­rire com­plice. Les mains qui en­tendent ré­vé­ler ce qui est mon­tré ne sont pas non plus uni­voques. Elles re­lèvent de deux des­cen­dances contra­dic­toires. La pre­mière est do­cu­men­taire et semble em­prun­ter au mo­dèle de l’in­dex tel qu’il fi­gure, no­tam­ment, dans Li­cense Pho­to Stu­dio, New York (1934) de Wal­ker Evans, où deux mains peintes in­diquent l’en­trée du stu­dio de por­trai­tiste pour per­mis de conduire qui est le su­jet de la pho­to­gra­phie. En poin­tant le doigt ou en for­mant un cadre dans le cadre, la main oriente et sti­mule le re­gard. À sa ma­nière, Ai Wei­wei a re­nou­ve­lé le genre en dres­sant un doigt d’hon­neur de­vant les grands mo­nu­ments du pou­voir, mais une autre oc­cur­rence de la main pho­to­gra­phique est ap­pa­rue ré­cem­ment, celle qui, dans le stu­dio du pho­to­graphe, pré­sente fron­ta­le­ment le su­jet, très sou­vent un livre, à l’ob­jec­tif. L’Amé­ri­caine Anne Col­lier, qui pho­to­gra­phie des té­moi­gnages de la culture vi­suelle des dé­cen­nies an­té­rieures, est l’une

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.