La pol­lu­tion, c’est aus­si l’es­sence

Aujourd'hui en France - - SOCIÉTÉ - PAR ER­WAN BE­NE­ZET

Après vingt-trois ans de baisse, la pol­lu­tion au­to­mo­bile au CO2 re­part à la hausse. En cause, les ventes de mo­teurs à es­sence qui prennent le pas sur le die­sel.

APRÈS LE DIESELGATE, un « es­sen­ce­gate » ? AAA Da­ta, spé­cia­liste des don­nées dans le sec­teur au­to­mo­bile, a com­pi­lé des in­for­ma­tions sur les vo­lumes de di­oxyde de car­bone (CO2) émis par les voi­tures neuves im­ma­tri­cu­lées en France. Celles-ci sont éta­blies à par­tir des tests ef­fec­tués en la­bo­ra­toire sur tous les vé­hi­cules en cours d’ho­mo­lo­ga­tion, avant leur com­mer­cia­li­sa­tion. Or, ces ré­sul­tats pour l’an­née 2017 ont ré­ser­vé une sur­prise de taille : après vingt­trois an­nées de baisse conti­nue, les vo­lumes d’émis­sion de CO2 sont re­par­tis à la hausse. 111 g de CO2 par ki­lo­mètre (g/co2/km) et par vé­hi­cule pour 2017. Soit 1 g de plus que l’an­née pré­cé­dente.

LE DIE­SEL ÉMET PLUS DE PAR­TI­CULES FINES MAIS MOINS DE CO2

Pour­quoi ce re­vi­re­ment ? « La pre­mière ex­pli­ca­tion est à trou­ver dans le bou­le­ver­se­ment que le mar­ché de l’au­to­mo­bile su­bit ac­tuel­le­ment, ana­lyse Guillaume Cru­nelle, ex­pert au­to­mo­bile au sein du ca­bi­net De­loitte. A com­men­cer par la chute des ventes de vé­hi­cules die­sels au pro­fit de l’es­sence. » Une chute di­rec­te­ment liée au scan­dale des mo­teurs die­sels tru­qués du construc­teur au­to­mo­bile al­le­mand Volks­wa­gen en 2015. Alors qu’en 2012 les ventes de die­sels re­pré­sen­taient 72 % du 1995 2000 2005

mar­ché, se­lon les chiffres du CCFA (Co­mi­té des construc­teurs fran­çais d’au­to­mo­biles), elles sont tom­bées sous la barre sym­bo­lique des 50 % (à 47,3 % exac­te­ment) en 2017. Or, si le die­sel est in­trin­sè­que­ment plus pol­luant, no­tam­ment en oxydes d’azote (NO), il émet aus­si 20 % de CO2 en moins.

« On est coin­cé entre la peste et le choléra, dé­plore Jean Thévenom, res­pon­sable du ré­seau Trans­ports et Mobilités du­rables à l’as­so­cia­tion France Na­ture En­vi­ron­ne­ment. Quel choix a-t-on ? Le CO2 est à 2010 2015 Toyo­ta Lexus

l’ori­gine du ré­chauf­fe­ment cli­ma­tique. Et les par­ti­cules fines et l’oxyde d’azote at­taquent nos voies res­pi­ra­toires. »

Ré­sul­tat : dans leur lutte contre les pol­luants at­mo­sphé­riques, les pou­voirs pu­blics os­cil­lent d’un ex­trême à l’autre, au lieu d’af­fron­ter le PSA Re­nault Nis­san BMW

pro­blème dans sa glo­ba­li­té. Le sys­tème de bo­nus-ma­lus, créé après le Gre­nelle de l’en­vi­ron­ne­ment en 2007, par exemple, pri­vi­lé­giait lar­ge­ment le die­sel, cen­sé mieux pro­té­ger l’en­vi­ron­ne­ment. Ré­sul­tat : une Porsche Cayenne die­sel avait un ma­lus in­fé­rieur à… une Ci­troën AX es­sence.

« Nous sommes en train d’ap­pro­cher un pa­lier en ma­tière de ce qu’il est pos­sible de ga­gner en ef­fi­ca­ci­té sur les mo­teurs ther­miques, es­sence ou die­sels, es­time en­core Guillaume Cru­nelle. Au­quel cas il nous fau­dra d’autres re­lais. Volks- Fiat Ge­ne­ral wa­gen Ch­rys­ler Mo­tors

L’élec­trique et l’hy­bride doivent main­te­nant prendre vé­ri­ta­ble­ment leur élan. » Jean Thévenom évoque éga­le­ment une autre so­lu­tion : s’orien­ter vers des éner­gies al­ter­na­tives. A com­men­cer par le gaz na­tu­rel pour vé­hi­cule (GNV), qu’il soit li­qué­fié (GNL) ou com­pri­mé (GNC). « En Ita­lie, 1 mil­lion de vé­hi­cules cir­culent dé­jà avec cette tech­no­lo­gie, rap­pelle-t-il. Ce­la re­pré­sente une di­mi­nu­tion de 80 % de CO2, de 75 % de NOX, et une quan­ti­té in­fime de par­ti­cules fines. »

ON EST COIN­CÉ ENTRE LA PESTE ET LE CHOLÉRA JEAN THÉVENOM, RES­PON­SABLE DU RÉ­SEAU TRANS­PORTS ET MOBILITÉS DU­RABLES DE FRANCE NA­TURE EN­VI­RON­NE­MENT

@er­wan­be­ne­zet

98 107 107 114 118 119 122 270

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.