Voyante et… soeur de mi­nistre !

Ai­cha Mah­jou­bi, la soeur du se­cré­taire d’etat au Nu­mé­rique, est de­puis peu mé­dium pro­fes­sion­nelle.

Aujourd'hui en France - - POLITIQUE - MA­RINE PROTAIS-DEMOULIÈRE

« LA MERVEILLEUSE Mme Aes­sa » pour­ra-t-elle ai­der Mou­nir Mah­jou­bi à conqué­rir l’hô­tel de Ville de Paris en 2020 ? Mais de qui parle-t-on exac­te­ment ? D’ai­cha Mah­jou­bi, 43 ans, mé­dium de pro­fes­sion à Paris… et grande soeur du se­cré­taire d’etat char­gé du Nu­mé- rique. Le­quel convoite avec de plus en plus d’in­sis­tance le fau­teuil d’anne Hi­dal­go…

« Je capte des in­for­ma­tions qui viennent de l’in­vi­sible », ex­plique-t-elle de sa voix douce. On pour­rait pen­ser que son frère est éga­le­ment spé­cia­liste des « in­for­ma­tions in­vi­sibles » qui na­viguent sur le Web, mais ce­la s’ar­rête là : « Mou­nir ne croit pas du tout à ces choses-là. Les hommes sont comme ça. La voyance, ça les met mal à l’aise », re­grette Ai­cha, qui re­çoit à 97 % une clien­tèle fé­mi­nine. « Oui, ma soeur est bien mé­dium, confirme avec le sou­rire Mou­nir Mah­jou­bi. Mais je ne sou­haite pas trop ex­po­ser ma fa­mille, qui a été suf­fi­sam­ment bou­le­ver­sée par ma no­mi­na­tion. » D’au­tant que le Mar­cheur pa­ri­sien semble en ef­fet plu­tôt ré­ti­cent au don de sa soeur : « Je suis plu­tôt d’un tem­pé­ra­ment op­po­sé. Je ne suis ni mys­tique ni croyant. » Mais en pré­vi­sion de 2020, n’est-il pas ten­té d’en ap­pe­ler à son aî­née ? « Je ne pense pas avoir be­soin de ça, avoue en ri­go­lant l’en­tre­pre­neur de­ve­nu dé­pu­té puis mi­nistre. Mon tra­vail, mon en­du­rance et mon pro­jet in­té­res­se­ront, je l’es­père, les gens. »

JA­MAIS POUR SES PROCHES

Dans le pas­sé, d’autres po­li­tiques, et non des moindres, ont eu re­cours à ce type de ser­vices : Charles de Gaulle, avec l’as­tro­logue Re­gu­lus, Fran­çois Mit­ter­rand avec Eli­za­beth Teis­sier, ou l’ex-pré­sident amé­ri­cain Ro­nald Rea­gan avec Joan Qui­gley.

En at­ten­dant, Ai­cha, qui ne tire presque ja­mais les cartes de ta­rot pour ses proches, ques­tion de prin­cipe, of­fi­cie tous les jeu­dis soir à Ground Con­trol, un lieu fes­tif du XIIE ar­ron­dis­se­ment. Cette vieille vo­ca­tion est de­ve­nue un tra­vail à temps plein en avril, « un soir de pleine Lune ». Avant, elle tra­vaillait comme chef de pro­jet dans le nu­mé­rique… « un truc de fa­mille », sou­rit-elle.

Paris, ven­dre­di. Ai­cha Mah­jou­bi of­fi­cie sous le nom de Mme Aes­sa.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.