ET SON COMPAGNON DE 30 ANS

Aujourd'hui en France - - VIE QUOTIDIENNE - PAR OLI­VIER BEAUMONT

Le pré­sident des Ré­pu­bli­cains reste très at­ta­ché au che­val ac­quis dans sa jeu­nesse, au­jourd’hui âgé de 30 ans. Le pur-sang de souche es­pa­gnole est main­te­nant à la re­traite dans une ferme de Haute-loire.

« IL A CROI­SÉ mon che­min, et on ne s’est plus quit­tés », mur­mure Laurent Wau­quiez pour évo­quer sa re­la­tion avec Has­sad (le « jeune lion », en fran­çais), son che­val au­jourd’hui âgé de 30 ans. Un vieux compagnon de route, ac­quis lors­qu’il avait 18 ans, et dont le pré­sident des Ré­pu­bli­cains parle peu, au point d’évo­quer « un jar­din qua­si se­cret ». « Il a tou­jours été très dis­cret sur le su­jet. Il ne m’en a d’ailleurs qua­si­ment ja­mais par­lé. Je sais juste qu’à un mo­ment, ils mon­taient en­semble avec ma belle-soeur. Chez lui, au Puy-en­ve­lay », confie son ami Brice Hor­te­feux, qui vit dans les mêmes terres d’au­vergne que lui.

C’est cette re­la­tion sin­gu­lière que Laurent Wau­quiez a ac­cep­té de nous ra­con­ter. L’his­toire d’un homme pas­sion­né d’équi­ta­tion dans ses jeunes an­nées, et qui réa­lise son rêve d’ache­ter un che­val à sa ma­jo­ri­té. Et pas n’im­porte le­quel : « Quand j’étais ga­min, je tra­vaillais en été comme mo­ni­teur au centre équestre du Cham­bon-sur-li­gnon, en Haute-loire (NDLR : il est dé­ten­teur du plus haut di­plôme d’équi­ta­tion, le ga­lop 7), pour me faire un peu de sous. Et il y avait ce che­val, qui ter­ro­ri­sait tout le monde avec ses hen­nis­se­ments », se sou­vient-il. Il s’agit d’has­sad, pur-sang de souche es­pa­gnole, à l’époque âgé de 4 ans, re­ca­lé des courses à cause de son tem­pé­ra­ment fou­gueux. « Il n’ai­mait pas tel­le­ment qu’on le monte. Et puis un jour, je l’ai sor­ti, confie le pa­tron de LR. Il a es­sayé de se dé­bar­ras­ser de moi. Mais je n’ai pas lâ­ché, j’ai te­nu le coup. Et au bout de trois quarts d’heure, il a fi­ni par m’ac­cep­ter. Je me sou­vien­drai toute ma vie de cette jour­née. A par­tir de là, je n’ai plus vou­lu le quit­ter. »

Avec ses éco­no­mies, le jeune Wau­quiez dé­cide donc de l’ac­qué­rir. Pour la somme ap­proxi­ma­tive de 7 000 francs, un peu moins de 1 100 €. Puis vient le temps des études à Paris, Sciences-po, Nor­mal sup, l’agré­ga­tion d’his­toire, L’ENA. Un par­cours ex­press, avant l’en­ga­ge­ment po­li­tique : dé­pu­té dès 2004 à l’âge de 29 ans, porte-pa­role du gou­ver­ne­ment en 2007, puis maire du Puy-en-ve­lay en 2008, et plu­sieurs fois mi­nistre en­suite. Sur le plan per­son­nel, un ma­riage en 2001 avec Char­lotte, avec qui il au­ra deux en­fants : Bap­tiste et Louise. Et Has­sad dans la vie de ce jeune homme pres­sé ? « Dès que je rentre à la mai­son, je vais le voir. Il m’est ar­ri­vé de faire de grands tra­jets, juste pour pas­ser une heure avec lui. Notre re­la­tion n’a ja­mais ces­sé, mal­gré mes res­pon­sa­bi­li­tés », jure-t-il. Le pa­tron de LR évoque les pro­me­nades en fo­rêt, sou­vent en fa­mille, mais aus­si ces pé­riples qui l’ont em­me­né jusque dans le Can­tal, ou qui lui ont per­mis de sillon­ner sur son dos les vol­cans d’au­vergne. « Quand mon che­val était plus jeune, il nous ar­ri­vait même de na­ger en­semble dans la ri­vière », se re­mé­more Wau­quiez, en par­lant de ces mo­ments comme d’une « sou­pape de dé­com­pres­sion né­ces­saire ».

« Un che­val, ça vous ra­mène à la mo­des­tie », ajoute ce­lui qui est sou­vent qua­li­fié de très am­bi­tieux, mais aus­si d’im­pé­tueux. A l’image de sa mon­ture ? « Has­sad est fou­gueux, éner­gique, très dé­ter­mi­né. Mais c’est aus­si un che­val qui m’a ap­pris le sang-froid, à être très calme à cô­té de lui. Il ne faut pas avoir peur avec un che­val comme ça. Au contraire, il ne faut pas perdre ses nerfs et être dans l’écoute constante », in­siste le pa­tron de la ré­gion Au­vergne - Rhône-alpes, qui dit par ailleurs beau­coup ai­mer les ani­maux. « Ceux qui n’aiment pas les ani­maux ont des âmes sèches », es­time-t-il.

La fougue du jeune pur-sang a au­jourd’hui lais­sé place à la sa­gesse des vieilles an­nées. Du haut de sa tren­tième an­née, Has­sad bat des re­cords de lon­gé­vi­té. « Il est tou­jours dans sa ferme au Cham­bon-sur-li­gnon, le centre Ba­der. Il a une belle re­traite. Je ne le monte plus, pour ne pas lui faire mal. Mais je conti­nue de le sor­tir, en mar­chant à cô­té de lui », confesse le pré­sident des Ré­pu­bli­cains à pro­pos de ce vieil ami qui a failli mou­rir il y a un an, « après une sorte D’AVC cé­ré­bral ». « J’ai long­temps veillé sur lui, puis il s’est re­mis », ajoute Wau­quiez qui de­puis dé­cembre der­nier s’est mis au che­vet d’un par­ti qui a lui aus­si failli dis­pa­raître après le fias­co de la cam­pagne pré­si­den­tielle de Fran­çois Fillon.

Le Cham­bon­sur-li­gnon (Hau­te­loire), le 21 juillet. Lorsque Laurent Wau­quiez a ren­con­tré Has­sad, le pur-sang alors âgé de 4 ans était re­ca­lé des courses à cause de son tem­pé­ra­ment fou­gueux.

Le Cham­bon­sur-li­gnon, le 21 juillet. Laurent Wau­quiez ne monte plus Has­sad, trop vieux, mais garde le sou­ve­nir de longs pé­riples sur son dos : « Il nous ar­ri­vait même de na­ger en­semble dans la ri­vière. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.