Les drones se sont dé­fiés au stade

Aujourd'hui en France - - EN RÉGIONS - PAR MATTHIAS GALANTE

Pour la pre­mière fois, des pi­lotes de drone étaient en com­pé­ti­tion dans un stade eu­ro­péen. La course se­ra dif­fu­sée ce soir sur la chaîne AB 1. Nous étions dans les cou­lisses, en juin, à Nice.

TRA­DI­TION­NEL­LE­MENT, quand les Amé­ri­cains dé­barquent, ils ne font pas sem­blant. En cette brû­lante jour­née de juin au stade Al­lianz Ri­vie­ra à Nice (Alpes-ma­ri­times), la cou­tume a été res­pec­tée : par­mi des mon­tagnes de ma­té­riels high-tech, des di­zaines de per­sonnes s’ac­tivent dans les tra­vées de l’en­ceinte, plus ha­bi­tuée à voir du bal­lon rond s’en­vo­ler dans les airs que des pe­tits ob­jets vo­lants fi­ler comme des fu­sées. D’ici à la tom­bée de la nuit, cette four­mi­lière made in USA s’ap­prête à frapper un grand coup en or­ga­ni­sant, pour la pre­mière fois dans un stade eu­ro­péen, la cin­quième épreuve de The Drone Ra­cing League (DRL). Ce Cham­pion­nat du monde op­po­sant 18 pi­lotes de drone pro­fes­sion­nels (qui en vivent bien, confient-ils…) réunit chaque an­née 55 mil­lions de spec­ta­teurs dans 75 pays, se­lon les or­ga­ni­sa­teurs, qui res­tent très dis­crets sur le bud­get to­tal.

Si le ré­sul­tat de la course ne se­ra vi­sible du grand pu­blic fran­çais qu’au­jourd’hui à par­tir de 22 h 15, sur la chaîne AB 1, les cou­lisses du tour­nage, au­quel nous avons pu as­sis­ter, pro­mettent un show spec­ta­cu­laire. A mi-che­min entre science-fic­tion, concen­tra­tion de haut vol et tech­no­lo­gie der­nier cri, l’ac­ti­vi­té a un air de sport fu­tu­riste. Les pi­lotes, as­sis dans un fau­teuil, font vo­ler leur drone (le même mo­dèle pour tous) grâce à une ma­nette et à un masque leur per­met­tant de voir les images ren­voyées par la ca­mé­ra ins­tal­lée à l’avant de la mac­hine.

COMME UN JEU VI­DÉO GRAN­DEUR NA­TURE EN NOC­TURNE

C’est une sorte de jeu vi­déo gran­deur na­ture dans le­quel les ré­flexes hu­mains tiennent lieu de guide de sur­vie. Le tout en noc­turne, ques­tion d’am­biance et de belles images. « Les drones pèsent 1 kg et sont ca­pables d’at­teindre 100 km/h en moins d’une se­conde, puis 150 », ex­plique un tech­ni­cien af­fai­ré sur un stock im­pres­sion­nant de ces pe­tits hé­li­co­ptères va­lant 1 000 € pièce.

Les courses s’en­chaînent. De­mi-fi­nale… Fi­nale. Le par­cours passe par une quin­zaine de portes aus­si bien sur la pe­louse qu’à l’in­té­rieur des tri­bunes. Ça va très vite. Les drones, avec leur coque de po­ly­car­bo­nate et leurs hé­lices tour­nant à 3 000 tours par mi­nute, sifflent. Pour les voir, mieux vaut re­pé­rer leurs am­poules leds co­lo­rées qui consti­tuent une sorte de si­gna­ture vi­suelle. Il y a de la casse. Les pi­lotes, un peu comme dans la For­mule 1, ne s’en of­fusquent guère : « On a cha­cun nos tra­jec­toires, on ana­lyse », ex­plique Dun­kan Bos­sion, pro­met­teur pi­lote fran­çais du cir­cuit DRL. La ré­pu­ta­tion écor­née du drone, sou­vent as­si­mi­lé à un es­pion et même à une me­nace po­ten­tielle, semble s’en­vo­ler. L’usage de la mac­hine en­tre­rait-il dans les moeurs ? Ni­cho­las Hor­bac­zews­ki, PDG de la DRL, y croit : « On le voit, au bout de trois, quatre ans, les in­quié­tudes di­mi­nuent, il y a beau­coup plus de flexi­bi­li­té par rap­port aux contraintes lé­gales. »

Stade Al­lianz Ri­vie­ra, Nice (Al­pes­ma­ri­times), le 15 juin. Les pi­lotes des drones (ci-contre, un des en­gins en com­pé­ti­tion), les font vo­ler grâce à une ma­nette et à un masque leur trans­met­tant les images prises par la ca­mé­ra ins­tal­lée à l’avant de l’en­gin.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.