PSA voit grand pour son ser­vice d’au­to-par­tage à Pa­ris

Le construc­teur a lan­cé hier dans la ca­pi­tale Free2move, une flotte de 550 Ci­troën C-ze­ro et Peu­geot ion élec­triques.

Aujourd'hui en France - - ÉCONOMIE - PAR ER­WAN BENEZET ET SÉ­VE­RINE CAZES

LES AU­TO­LIB’ du groupe Bol­lo­ré ont fait long feu. De­puis le 31 juillet, les Blue­car ont ces­sé de cir­cu­ler dans les rues de Pa­ris, at­ti­sant la convoi­tise des grands construc­teurs au­to­mo­biles, pour qui l’au­to-par­tage re­pré­sente un nou­vel axe de dé­ve­lop­pe­ment stra­té­gique.

De­puis hier, PSA, à tra­vers sa fi­liale Free2move, dé­ploie dans la ca­pi­tale 550 de ses voi­tures en par­te­na­riat avec la mai­rie de Pa­ris, avec la pos­si­bi­li­té de les louer à la mi­nute. Ob­jec­tif : fa­ci­li­ter les dé­pla­ce­ments en ville, tout en li­mi­tant la pol­lu­tion, puisque la flotte, com­po­sée de Ci­troën C-ze­ro et Peu­geot ion, est 100 % élec­trique.

Elle fonc­tionne en « free­floa­ting » : les uti­li­sa­teurs pour­ront ef­fec­tuer li­bre­ment des tra­jets dans les rues de Pa­ris, sans obli­ga­tion de re­ve­nir au point de dé­part, ni de lais­ser le vé­hi­cule sur des bornes ou des em­pla­ce­ments dé­ter­mi­nés. Ils au­ront ac­cès aux an­ciennes places de sta­tion­ne­ment al­louées à Au­to­lib’, mais éga­le­ment à toutes celles dis­po­nibles sur la voi­rie, et ce­la sans sup­plé­ment de sta­tion­ne­ment. Deux for­mules de paie­ment sont pos­sibles : sans le ser­vice coûte 0,39 € la mi­nute ; avec abon­ne­ment, ce se­ra 9,90 € par mois + 0,32 € la mi­nute.

BIEN­TÔT DANS D’AUTRES VILLES FRAN­ÇAISES

Avec Ma­drid, où cir­culent de­puis deux ans 600 vé­hi­cules élec­triques de PSA en au­to­par­tage, Lis­bonne (150 vé­hi­cules), Wu­han, en Chine, ou en­core Wa­shing­ton, aux Etats-unis, ce sont au to­tal 65 000 vé­hi­cules qui roulent dans douze pays sous la ban­nière du groupe tri­co­lore. 1,5 mil­lion de per­sonnes les uti­lisent. Et le groupe compte aus­si s’im­plan­ter dans d’autres villes fran­çaises.

Com­ment fonc­tionne Free2move ? Il suf­fit de té­lé­char­ger l’ap­pli­ca­tion dé­diée, d’en­trer ses iden­ti­fiants, et vous pou­vez dès lors géo­lo­ca­li­ser l’en­semble du parc, no­tam­ment la voi­ture la plus proche. Le dé­ver­rouillage se fait grâce à l’ap­pli­ca­tion. A l’in­té­rieur, il suf­fit de ré­cu­pé­rer la clé de contact dans la boîte à gants, et c’est par­ti.

Un peu avant PSA, Re­nault a ins­tal­lé, en oc­tobre, 120 voi­tures élec­triques en au­to-par­tage, un ser­vice bap­ti­sé Moov’in.paa­bon­ne­ment, ris (voir en­ca­dré). Et après Am­ster­dam, Stutt­gart et Ma­drid, l’al­le­mand Daim­ler a lui aus­si an­non­cé le lan­ce­ment, dé­but 2019, de son propre ser­vice Car2go, do­té de 400 Smart Fort­wo E. Plu­sieurs cen­taines de vé­hi­cules sup­plé­men­taires vien­dront com­plé­ter la flotte tout au long de l’an­née. Via l’ap­pli­ca­tion gra­tuite sur smart­phone, les uti­li­sa­teurs pour­ront louer des Smart, mais éga­le­ment des Mer­cedes, dans 25 villes en Eu­rope, en Amé­rique du Nord et en Chine. L’au­to­par­tage semble donc avoir de beaux jours de­vant lui.

Pa­ris, hier. La grande nou­veau­té de Free2move par rap­port aux Au­to­lib’ : il n’y a ni sta­tions ni bornes. Les voi­tures peuvent être prises et ren­dues n’im­porte où dans la rue.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.