A

Aujourd'hui en France - - LA UNE -

Je ne cher­chais à pro­vo­quer, ni of­fen­ser per­sonne. Je vou­lais sim­ple­ment va­lo­ri­ser mon iden­ti­té d’ar­tiste peintre. Et mettre la cui­sine si­ci­lienne à l’hon­neur. Pour qu’il n’y ait au­cun mal­en­ten­du, je vous annonce que j’ai dé­ci­dé de re­ti­rer mon nom de la de­van­ture du res­tau­rant et des pu­bli­ci­tés, même si je souffre d’être niée dans mon iden­ti­té d’ar­tiste, de peintre et de femme. Je pense que cha­cun a le droit de s’ex­pri­mer et vivre sa vie. J’ai vé­cu à Cor­leone de­puis 1993, date à la­quelle mon père a été ar­rê­té. J’y ai eu une vie nor­male. Au­jourd’hui, je suis peintre et mère d’une pe­tite fille. Mon père a son his­toire, j’ai la mienne. Je n’ai que peu de sou­ve­nirs de cette époque. Et je n’ai pas en­vie d’en par­ler. J’ai été au ly­cée, j’ai eu mon bac et j’ai fait des études d’ex­pert­comp­table. tra­vaille dans un res­tau­rant et je suis ar­tiste peintre. Je veux être connue pour ce que je suis sans de­voir chan­ger de nom, prendre un pseu­do. J’ai com­men­cé sous ce nom et je conti­nue­rai sous ce nom. J’igno­rais que cette taxe al­lait être créée, et même qu’elle l’avait été. Je ne connais pas cette loi, et ne veux pas m’ex­pri­mer des­sus.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.