Les tra­ver­sées de mi­grants de­puis Ca­lais in­quiètent le Royaume-uni

Aujourd'hui en France - - FAITS DIVERS - PAR PAR LOUISE COLCOMBET AVEC N.J.

Les sau­ve­tages de mi­grants em­bar­qués sur des ca­nots à Ca­lais se mul­ti­plient à nou­veau. Plus de mille per­sonnes ont réus­si à fran­chir la Manche de­puis fin mars.

NEUF EM­BAR­CA­TIONS in­ter­cep­tées hier au pe­tit ma­tin au large de Douvres, sept pour la seule nuit du 20 au 21 mai, cinq la nuit pré­cé­dente… Cô­té fran­çais, ce sont six mi­grants qui ont été se­cou­rus en mer hier, alors qu’ils ten­taient de ral­lier les côtes an­glaises. Deux jours plus tôt, vingt d’entre eux, dont deux femmes, deux en­fants et deux nour­ris­sons, avaient dé­jà été re­pé­rés à la dé­rive sur un pe­tit ca­not pneu­ma­tique, vic­times d’une panne mo­teur. « A Ca­lais, ce type de pas­sages avec des ba­teaux de for­tune s’est mul­ti­plié ces der­nières se­maines, et ce, mal­gré le confi­ne­ment », confirme une source po­li­cière.

D’après les chiffres com­mu­ni­qués par le mi­nis­tère de l’in­té­rieur an­glais, pas moins de 1 243 per­sonnes ont, en ef­fet, réus­si leur tra­ver­sée à bord de ces « small boats » de­puis le 23 mars — date d’ins­tau­ra­tion du confi­ne­ment outre-manche —, dont 559 en avril et dé­jà 588 en mai.

Des contrôles ren­for­cés

« Plu­sieurs fac­teurs peuvent ex­pli­quer cet ap­pa­rent pa­ra­doxe, dé­crypte Fran­çois Guen­noc, vice-pré­sident de l’as­so­cia­tion l’au­berge des mi­grants, à Ca­lais. Il y a la dis­pa­ri­tion qua­si to­tale des voi­tures in­di­vi­duelles se ren­dant en An­gle­terre ain­si que la baisse dras­tique du nombre de ca­mions sur la ro­cade (NDLR : dans les­quels les mi­grants tentent de se ca­cher)… Mais ce sont es­sen­tiel­le­ment les ex­cel­lentes condi­tions mé­téo, après un hi­ver pour­ri, qui ex­pliquent le nombre éle­vé de tra­ver­sées, dont le taux de réus­site a d’ailleurs grim­pé à près de 80 %. » Au to­tal, 1 622 en­trées ont ain­si été en­re­gis­trées sur le sol bri­tan­nique par ce seul moyen en 2020, contre 1 800 pour l’en­semble de l’an­née 2019. De quoi in­quié­ter les au­to­ri­tés des deux cô­tés de la Manche.

Dès le 8 mai, la po­lice aux fron­tières (PAF) a ain­si ren­for­cé ses contrôles contre les pas­seurs, en re­dé­ployant des membres de l’une­si, l’uni­té na­tio­nale d’es­corte, de sou­tien et d’in­ter­ven­tion, d’or­di­naire char­gée des ex­pul­sions, prin­ci­pa­le­ment par voie aé­rienne.

Hau­te­ment po­li­tique, le su­jet fait dé­bat outre-manche, où Pri­ti Pa­tel, la mi­nistre de l’in­té­rieur, a an­non­cé mer­cre­di ré­flé­chir à une loi post-brexit per­met­tant la re­con­duite des mi­grants en France, quand bien même ceux-ci at­tein­draient les eaux ter­ri­to­riales an­glaises. Une fa­çon, se­lon la mi­nistre, d’as­sé­cher la de­mande, alors que le phé­no­mène, ap­pa­ru à l’au­tomne 2018, est dé­sor­mais in­ves­ti de fa­çon qua­si in­dus­trielle par les pas­seurs. « C’est ex­trê­me­ment ren­table, abonde Fran­çois Guen­noc. Un ba­teau qui peut conte­nir six per­sonnes coûte à l’achat en­vi­ron 1 700 €, quand le pas­sage, lui, est fac­tu­ré entre 2 000 et 4 000€… »

A l’ori­gine des­ti­née plu­tôt aux Ira­niens et aux Ira­quiens, plus for­tu­nés, la fi­lière semble dé­sor­mais s’adres­ser à d’autres pu­blics : il n’est pas rare dé­sor­mais de trou­ver sur ces ba­teaux des mi­grants ve­nus d’afrique et, sur­tout, de plus en plus de mi­neurs non ac­com­pa­gnés. « Les stra­té­gies se sont éga­le­ment af­fi­nées, avec l’en­voi si­mul­ta­né de cinq, six, sept ba­teaux à la fois pour em­pê­cher les in­ter­cep­tions par la po­lice », com­plète Fran­çois Guen­noc. Ul­tra-pé­rilleuse, la tra­ver­sée du dé­troit du Pas-de-ca­lais, vé­ri­table au­to­route de la mer qui concentre un quart du tra­fic ma­ri­time mon­dial, a coû­té la vie, l’an der­nier, à quatre per­sonnes.

La mul­ti­pli­ca­tion des tra­ver­sées peut s’ex­pli­quer par la bonne mé­téo et la baisse du tra­fic rou­tier pen­dant le confi­ne­ment.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.