Aujourd'hui en France

La valse des mil­liards

- JEAN-MITCHEL SALVATOR PAR... @jm­sal­va­tor Emmanuel Macron

Em­ma­nuel Ma­cron le re­con­nais­sait mer­cre­di soir à la té­lé­vi­sion : « C’est dur d’avoir 20 ans en 2020. » Entre la vie so­ciale en poin­tillé pour cause de confi­ne­ment et main­te­nant de couvre-feu, les cours en dis­tan­ciel, les stages qui se ra­ré­fient, les em­plois qui manquent, les bou­lots d’étu­diant in­trou­vables ou, pour les plus pri­vi­lé­giés, les études à l’étran­ger im­pos­sibles, les jeunes ne sont pas à la fête. Et rien n’in­dique que pour cette gé­né­ra­tion-là, il ne se­ra pas aus­si dur d’avoir 40 ans en 2040 et 60 ans en 2060. Entre ré­chauf­fe­ment cli­ma­tique et poids de la dette, on peut être in­quiet. C’est que l’ad­di­tion de la pan­dé­mie gros­sit à vue d’oeil. Les mil­liards valsent à me­sure que le Co­vid s’ins­talle et se ré­pand. Comment faire au­tre­ment ? Il faut pa­rer au plus pres­sé. Le mi­nistre de l’eco­no­mie, Bru­no Le Maire, éva­lue dé­jà à 1 mil­liard d’eu­ros les aides de l’etat des­ti­nées à amor­tir les dé­gâts éco­no­miques de six se­maines de couvre-feu : chô­mage par­tiel, aides à la res­tau­ra­tion et à la cul­ture, prime de 150 € pour les mé­nages mo­destes, etc. Si l’on de­vait re­con­fi­ner ces huit mé­tro­poles et l’ilede-france, il fau­drait mettre 5 mil­liards d’eu­ros sur la table. Et s’il fal­lait se ré­soudre à un re­con­fi­ne­ment gé­né­ral (qui ne peut être ex­clu si ça ne s’amé­liore pas), Ber­cy éva­lue l’ef­fort entre 15 et 20 mil­liards d’eu­ros par mois. Le pre­mier confi­ne­ment a dé­jà coû­té 74 mil­liards aux fi­nances pu­bliques. Les ré­formes in­dis­pen­sables du « monde d’avant » (dé­fi­cits, re­traites, etc.) sont mises entre pa­ren­thèses. Le ré­veil se­ra dif­fi­cile. On ne pour­ra pas lais­ser l’ad­di­tion sur le comp­toir à la gé­né­ra­tion qui a 20 ans en 2020.

Newspapers in French

Newspapers from France