Aujourd'hui en France

« Mask Sin­ger » veut trans­for­mer l’es­sai

- PAR FRAN­ÇOIS ROUSSEAUX ET MI­CHAËL ZOLTOBRODA France 3 · France · Mexico · The Americans · Alessandra Sublet · Kev Adams · Anggun · Camille Combal

Outre un cas­ting plus po­pu­laire, l’ef­fet couvre-feu pour­rait pro­fi­ter à ce concours de chant avec des cé­lé­bri­tés mas­quées, dont la sai­son 2 dé­bute ce soir.

LES MASQUES. Pas ceux des gestes bar­rière. Mais ceux de TF 1, à plumes, à poils et à paillettes. La Une dé­gaine, ce soir, à 21 h 5, la sai­son 2 de « Mask Sin­ger », son concours de chant de cé­lé­bri­tés cachées der­rière des cos­tumes lou­foques. Le concept reste iden­tique : aux quatre en­quê­teurs du ju­ry, Ales­san­dra Su­blet, Kev Adams, Jar­ry et Ang­gun, de dé­mas­quer deux per­son­na­li­tés par soi­rée, grâce à des in­dices.

Im­por­té de Co­rée, ce di­ver­tis­se­ment ar­bi­tré pen­dant six se­maines par Ca­mille Com­bal avait bé­né­fi­cié d’un fort ef­fet de cu­rio­si­té : 6,6 mil­lions de té­lé­spec­ta­teurs pour le lan­ce­ment le 8 no­vembre 2019. Alors que la fi­nale s’était dé­rou­lée de­vant 5,1 mil­lions. Pas évident de faire mieux, no­tam­ment après plu­sieurs re­ports de tour­nage à cause de la pan­dé­mie. Et pour­tant, TF 1 a mus­clé son jeu ! Dé­cryp­tage.

Une concur­rence ac­crue

En pas­sant du ven­dre­di au sa­me­di, « Mask Sin­ger » risque d’y perdre des plumes. Le té­lé­cro­chet se re­trouve face au re­dou­table « Com­mis­saire Ma­gel­lan », sur France 3. « La sai­son 2 est toujours la plus dure, re­con­naît Ré­mi Faure, pa­tron des di­ver­tis­se­ments de TF 1. Il y a moins d’ef­fet de cu­rio­si­té, moins de com. A nous de sur­prendre les gens pour les faire re­ve­nir. » Sans comp­ter l’ef­fet couvre-feu.

Ça rap­porte, mais moins que « Koh-lan­ta »

Ce soir, les an­non­ceurs vont dé­bour­ser 83 000 € pour trente se­condes de pu­bli­ci­té. 15 % de moins que pour le pré­cé­dent lan­ce­ment, mais 38 % de plus que pour « Danse avec les stars ». « A ce ni­veau-là, TF 1 reste confiante, ana­lyse Phi­lippe Nou­chi, de Pu­bli­cis Mé­dia. C’est un pro­gramme fa­mi­lial puis­sant. » Mais vrai­sem­bla­ble­ment pas en­core au­tant que « Koh­lan­ta », dif­fu­sé la veille, qui en­grange 25 000 € de plus à chaque spot. Et les ta­rifs de « Mask Sin­ger » baissent dès la deuxième se­maine.

Un plus beau dé­cor

La pro­duc­tion, qui avait li­vré des ta­bleaux en des­sous de « The Voice » ou « Danse avec les stars », a cor­ri­gé le tir. « Nous avons aug­men­té le bud­get pour avoir un écran au sol, une ca­mé­ra zé­ni­thale, une plus grande am­pli­tude de la grue, plus de dan­seurs », in­siste Ré­mi Faure, qui pré­pare dé­jà la sai­son 3 avec du map­ping (pro­jec­tion d’un dé­cor vir­tuel), des ho­lo­grammes ou de la 3D. « On re­garde de près ce qui se fait au Mexique et aux Etats-unis, très en avance sur ce point, ajoute le res­pon­sable de TF 1. L’émis­sion a le po­ten­tiel pour être en­core là dans même re­çu plu­sieurs can­di­da­tures di­rec­te­ment sur son por­table.

Douze nou­veaux cos­tumes ex­cen­triques

Un sque­lette coif­fé d’un haut de forme, une arai­gnée aux pattes ar­ti­cu­lées, un loup dé­jan­té, une gi­gan­tesque bouche rouge dis­co ou en­core une ma­gni­fique pieuvre cou­verte de paillettes... Les cos­tu­miers de « Mask Sin­ger » ont mis le pa­quet. Les Amé­ri­cains ont d’ailleurs re­pris l’idée du ro­bot aux yeux en forme de phares de voi­ture, aper­çu fur­ti­ve­ment dans les ma­gné­tos de la sai­son 1.

Des voix moins tra­fi­quées

C’était sou­vent trop dur de nous mettre sur la voie. « Nous don­ne­rons plus de pistes tan­gibles dès le pre­mier ma­gné­to de pré­sen­ta­tion pour ai­der les té­lé­spec­ta­teurs », as­sure An­tho­ny Meu­nier, di­rec­teur gé­né­ral au sein de la pro­duc­tion. Un cor­beau, in­car­né par un co­mé­dien, vien­dra éga­le­ment se­mer des in­dices. Les voix des ar­tistes fe­ront moins l’ob­jet d’ar­ran­ge­ments acous­tiques en stu­dio.

Des me­sures sa­ni­taires ren­for­cées

Les quatre pre­miers nu­mé­ros montrent un pu­blic, as­sis par pe­tits groupes, non mas­qué. Mais pour les deux der­niers, ce n’est plus le cas : tous les spec­ta­teurs en portent un. « On a sui­vi les re­com­man­da­tions qui ont chan­gé cou­rant juillet », sou­ligne Ré­mi Faure.

Newspapers in French

Newspapers from France