Auto Moto

Renault Mégane RS

Selon la rumeur, elle aurait déjà détrôné la Honda Civic Type R, actuelle détentrice du meilleur temps au tour sur le circuit du Nürburgrin­g. Quel est son secret ?

- Par j. jodry, PHOTOS dr

Ce serait déjà fait ! La Mégane IV, la troisième génération à obtenir le label Renault-Sport, récemment dévoilée au Salon de Francfort, aurait décroché le Graal, dans le plus grand secret, sur l’exigeant tracé allemand. Comment expliquer une telle performanc­e, alors qu’elle se contente de 280 ch ? Pour mémoire : en avril 2017, les 320 ch du 2.0 turbo de la Honda Civic Type R avaient détrôné la Volkswagen Golf GTi Clubsport S, avec un chrono de 7’43’’80’’’. Depuis quelques années, les compactes musclées se livrent une véritable guerre dans “l’enfer vert”. Il faut remonter à juin 2014 pour trouver une Renault en haut du classement. En 7’54’’36’’’, la Mégane 3 RS 275 ch Trophy-R avait amélioré de 14 sec. le record détenu, à l’époque, par la Seat Leon Cupra. Pour réussir l’exploit de supplanter la Civic Type R (si la rumeur dit vrai) la nouvelle Mégane RS a d’abord pu disposer d’un nouveau moteur : celui de l’Alpine A110, en l’occurrence, un quatre-cylindres 1.8 Turbo porté à 280 ch, au lieu de 252 ch dans le cas de la dieppoise. Pour le couple moteur, la française annonce 390 Nm, contre 400 Nm pour la japonaise. Qu’en est-il du poids ? Renault Sport tient encore cette informatio­n secrète. Chez Honda, la Civic accuse 1 380 kg sur la balance, une relative légèreté lui permettant d’expédier le 0 à 100 km/h en 5,7 sec. Sans plus de précisions, la Mégane RS serait sous les 6 sec. sur le même exercice. Mais la botte secrète de la nouvelle Renault pourrait résider dans ses trains roulants. Comme ses aïeules, elle propose un châssis Sport, privilégia­nt le confort, aux côtés d’un châssis Cup, assorti d’un nouveau différenti­el Torsen à glissement limité. Il permet un transfert dissymétri­que, aussi bien à l’accélérati­on qu’à la décélérati­on, pour une motricité améliorée et des vitesses de passage inavouable­s en courbe. Ces deux soubasse- ments bénéficien­t des quatre roues directrice­s 4Control, gages d’une agilité sans égale dans la catégorie. En outre, Renault-Sport a développé un train avant à pivot indépendan­t, renforçant la précision du comporteme­nt. Enfin, la boîte de vitesses automatiqu­e à double embrayage EDC participe, probableme­nt, à l’efficacité générale de l’auto. Dotée de six rapports, elle dispose d’un système de multi-rétrograda­ge rapide. Comme sa petite soeur, la Clio RS, la GT au Losange reçoit aussi un Launch Control pour optimiser les départs-arrêtés. Et les puristes pourront opter pour la boîte mécanique à 6 vitesses. Pour faire de la Mégane RS la nouvelle reine du “Nürburg”, il semblerait que les ingénieurs de Renault-Sport aient privilégié l’optimisati­on des trains roulants à la recherche de la puissance pure. Et ils ne comptent pas en rester là : une version Trophy de 300 ch arrive fin 2018 !

 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from France