… ou de pré­fé­rer la Ta­lis­man

Auto Moto - - Passion - PAR S. LARROUMET, PHO­TOS F. BOLUSSET

Dans l’ab­so­lu, 10 cm, c’est peu. Mais en au­to­mo­bile, ça change beau­coup de choses. Plus agréable à vivre que la 508, qui s’étire sur seule­ment 4,75 m, la Ta­lis­man (4,85 m) pro­pose une ha­bi­ta­bi­li­té re­mar­quable. En vraie fa­mi­liale, es­pace aux jambes, garde au toit à l’ar­rière et lar­geur aux coudes sur les deux rangs se montrent plus gé­né­reux qu’à bord de la Peu­geot. Voya­ger à l’ar­rière de la Ta­lis­man est un vrai ré­gal, grâce à des dos­siers moins raides que ceux de la 508. As­sez rare pour être sou­li­gné, la ban­quette ar­rière ne souffre pas, comme celle de la 508, d’une place cen­trale trop bom­bée ren­dant les voyages in­con­for­tables, voire im­pos­sibles. Idem pour le vo­lume du coffre, qui fait bien mieux, avec 608 litres contre seule­ment 487 pour la 508. À bord de la Re­nault, exit le sen­ti­ment de confi­ne­ment res­sen­ti dans la so­cha­lienne et res­pon­sable de la “fuite” des adeptes, de plus en plus nom­breux, de mo­no­spaces ou SUV. Au­cune gêne, non plus, cô­té ré­tro­vi­sion, moins li­mi­tée par le des­sin de la lu­nette ar­rière que sur la Peu­geot.

De­puis l’ar­rêt de la pré­cé­dente 508, on peut ima­gi­ner que la grande Re­nault at­tire les chauf­feurs en tout genre qui veulent s’of­frir une grande voi­ture pas trop oné­reuse. Car si, avec ses mo­to­ri­sa­tions, nos deux fran­çaises sont af­fi­chées au même prix, Re­nault dé­marre sa gamme Ta­lis­man avec un 1.5 dCi de 110 ch (à par­tir de 28 900 €), qui est loin d’être ri­di­cule même à bord d’une voi­ture de ce ga­ba­rit. Na­vi­gant dans une ca­té­go­rie où les fran­çais ont tou­jours eu du mal à se faire une place face aux al­le­mands (et à Sko­da), la Re­nault peut se né­go­cier plus fa­ci­le­ment qu’une 508, qui ar­rive à peine en conces­sion.

Cô­té bud­get tou­jours, la ber­line au lo­sange est ga­ran­tie trois ans (ou 150 000 km), contre deux pour la lionne, et son mo­teur die­sel, à l’ins­tar de toutes les mé­ca­niques équi­pant la Ta­lis­man, est en­traî­né par une chaîne et non une cour­roie. Ce qui, en théo­rie, est sy­no­nyme de coûts d’en­tre­tien plus faibles par l’ab­sence de cour­roie de dis­tri­bu­tion à chan­ger. D’ailleurs, Re­nault pré­co­nise une ré­vi­sion tous les deux ans ou 30 000 km, quand Peu­geot in­cite à un en­tre­tien chaque an­née (ou 30 000 km éga­le­ment).

Cô­té équi­pe­ment, si la 508 fait un peu mieux au cha­pitre sé­cu­ri­té, en pro­po­sant, en sé­rie, un sys­tème de lec­ture

des pan­neaux de vi­tesse et un frei­nage d’ur­gence au­to­ma­tique, la Ta­lis­man pro­pose, en op­tion, l’af­fi­chage tê­te­haute et un toit ou­vrant, in­dis­po­nibles sur la 508. Les jantes al­liage, li­vrées en sé­rie sur les deux mo­dèles, sont de 17” sur la Re­nault, contre 16” sur la Peu­geot. En op­tion, le GPS n’est fac­tu­ré que 600 € sur la Ta­lis­man, contre 1 300 € sur la 508. En­fin, le très pra­tique ac­cès sans clé fi­gure dans la liste des équi­pe­ments de sé­rie, alors qu’il faut ajou­ter 400 € à la Peu­geot pour en pro­fi­ter. Mieux, chez Re­nault, la voi­ture se ferme toute seule dès que l’on s’éloigne. Un équi­pe­ment très pra­tique, dont il est dif­fi­cile de se pas­ser une fois qu’on y a goû­té. En­fin, si la ligne de la ber­line ne vous séduit pas plus que ça, la Ta­lis­man se dé­cline en un élé­gant break, alors que la 508 SW n’ar­ri­ve­ra que dé­but 2019. ●

RE­NAULT TA­LIS­MAN1 De ligne plus clas­sique, la Ta­lis­man ne mise pas tout sur son phy­sique pour sé­duire.2 3 Jouant la carte de la vé­ri­table fa­mi­liale, la ber­line au lo­sange en offre tous les in­gré­dients : vo­lume de coffre (608 l), es­pace aux jambes, lar­geur au coude, garde au toit et vraie place cen­trale ar­rière ! 4 À bord, la so­brié­té est de mise, mais la do­ta­tion est gé­né­reuse.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.