En­tre­te­nir ses pneus

Com­ment contrô­ler l’état d’un pneu ? Com­ment le sto­cker ? À quelle pres­sion le gon­fler, et com­ment amé­lio­rer sa du­rée de vie ? Ré­ponses.

Auto Moto - - Novembre - PAR L. PI­NEL

L’USURE

Les struc­tures d’un pneu­ma­tique per­mettent d’éva­cuer l’eau sur les cô­tés lorsque l’on cir­cule sur une route mouillée, afin d’évi­ter le phé­no­mène d’aqua­pla­nage. Plus les struc­tures sont pro­fondes, plus l’eau se dis­perse ra­pi­de­ment. La lé­gis­la­tion im­pose d’avoir au moins 1,6 mm de pro­fon­deur. La plu­part du temps, les pneus dis­posent de té­moins d’usure per­met­tant d’en contrô­ler l’état. L’as­tuce : pour une vé­ri­fi­ca­tion ra­pide, pla­cez une pièce de 1 € sur la tranche, dans la rai­nure du pneu­ma­tique. Si le cer­clage do­ré de la pièce dé­passe de la rai­nure, il est temps de rem­pla­cer le pneu. Dans le cas d’un pneu­ma­tique hi­ver, le même test doit être fait avec une pièce de 2 €.

LA PRES­SION

Il convient de vé­ri­fier la pres­sion des pneus tous les mois. La pres­sion de gon­flage conseillée est in­di­quée dans la porte conduc­teur ou la trappe à car­bu­rant. Tout en res­pec­tant les pré­co­ni­sa­tions du construc­teur, il convient de sur­gon­fler lé­gè­re­ment un pneu­ma­tique lorsque vous pré­voyez un long voyage avec un vé­hi­cule char­gé. Lors­qu’on contrôle ou ajuste la pres­sion, le pneu­ma­tique ne doit pas être “chaud”, comme après un long par­cours, mais à tem­pé­ra­ture am­biante.

LE GON­FLAGE À L’AZOTE

Cer­tains ate­liers pro­posent un gon­flage à l’azote : il per­met, en théo­rie, une meilleure te­nue de la pres­sion, au fil des jours. Car, contrai­re­ment à l’air am­biant, l’azote n’est pas sou­mis à la di­la­ta­tion lors des chan­ge­ments de tem­pé­ra­ture. Il faut, en re­vanche, comp­ter en­vi­ron 15 € pour gon­fler quatre pneu­ma­tiques avec de l’azote.

LES TRAINS ROU­LANTS

Pour pro­lon­ger la du­rée de vie des pneu­ma­tiques, le vé­hi­cule doit être bien ré­glé. La géo­mé­trie des trains rou­lants, qui in­flue sur le frei­nage et la te­nue de route, peut en­gen­drer une usure anor­male et ex­ces­sive si elle n’est pas ajus­tée. Par exemple, un ex­cès de car­ros­sage en­traî­ne­ra une usure asy­mé­trique sur l’épau­le­ment du pneu.

LE STO­CKAGE

Lors­qu’ils sont dé­mon­tés, les pneu­ma­tiques doivent être conser­vés dans un en­droit à l’abri de l’hu­mi­di­té. Il convient d’évi­ter la proxi­mi­té de sol­vants, huiles ou pro­duits chi­miques, dont les éma­na­tions peuvent en­dom­ma­ger la gomme. Dans l’idéal, il fau­drait aus­si re­pé­rer les pneus, mar­quer à la craie leur sens de rou­le­ment et les iden­ti­fier – par exemple, en ins­cri­vant AVG sur le pneu avant gauche – pour ne pas les in­ver­ser et contra­rier le sens d’usure de la gomme. En ce qui concerne le sto­ckage, les pré­cau­tions à prendre se dis­tinguent si les pneus sont mon­tés sur jantes ou pas. Dans le pre­mier cas, la meilleure so­lu­tion est de les sus­pendre à un sup­port ou de les em­pi­ler à l’ho­ri­zon­tale. Si les pneu­ma­tiques ne sont pas mon­tés sur jantes, il faut les ran­ger de­bout. Ces pré­cau­tions sont évi­dem­ment va­lables pour les pneus hi­ver, lorsque d’autres gommes été sont ins­tal­lées sur votre voi­ture. Avant d’en­tre­po­ser vos montes hi­ver­nales, pen­sez à les net­toyer au jet d’eau (pas de dé­ter­gent) pour les dé­bar­ras­ser du sel de dé­nei­ge­ment – agres­sif pour la gomme – et des pe­tits cailloux pré­sents dans les sculp­tures, qui peuvent mar­quer les pains de gomme, les­quels s’abî­me­ront au pre­mier rou­lage.

L’as­tuce : cer­tains ga­rages pro­posent un ser­vice de gar­dien­nage ; comp­tez en­vi­ron 10 € par pneu­ma­tique sto­cké, pour une sai­son. ●

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.