Cet été, on pa­pillonne utile

DES PISTES POUR PRÉ­SER­VER LA FAUNE ET LA FLORE QUI NOUS EN­TOURENT, CHEZ NOUS OU SUR NOTRE LIEU DE VA­CANCES.

Avantages - - Verte - par CA­RO­LINE WIETZEL

ON COMPTE LES PA­PILLONS. Mais aus­si les es­car­gots et les li­maces pré­sents dans son jar­din, et on rem­plit une fiche de comp­tage men­suelle sur noe.org (ru­brique re­con­nec­ter). Cet Ob­ser­va­toire de la bio­di­ver­si­té des jar­dins per­met aux scien­ti­fiques du Mu­séum na­tio­nal d’his­toire na­tu­relle de suivre l’évo­lu­tion des es­pèces.

ON SI­GNALE LES FRELONS ASIATIQUES. Bien im­plan­tés dans l’est de la France, ils at­taquent les abeilles et nuisent à la bio­di­ver­si­té. Si on en re­père un ou plu­sieurs, on par­ti­cipe à leur re­cen­se­ment en en­voyant une pho­to (prise à plus de 5 m en zoo­mant, pru­dence oblige) sur le site de l’In­ven­taire na­tio­nal du pa­tri­moine na­tu­rel : fre­lo­na­sia­tique.mnhn.fr/si­gna­ler/. S’il y a un nid, on pré­vient la mai­rie.

ON ACCROCHE UN NICHOIR. Pour par­ti­ci­per à la grande en­quête « De­vine qui vient ni­cher chez moi ? » sur le site lpo.fr. Jus­qu’au 30 sep­tembre, on rap­porte quel oi­seau ni­di­fie, le nombre d’oeufs pon­dus et de jeunes à l’en­vol...

ON TRAQUE L’AMBROISIE, sur­tout en Rhône-Alpes, Bour­gogne, Cha­rentes… Cette mau­vaise herbe, qui li­bère son­poll en­vers le mois d’août, es­thy­per al­ler­gi­sante et se ré­pand à grande vi­tesse. En ap­pe­lant le 09 72 37 68 88 ou grâce à l’ap­pli Si­gna­le­ment Ambroisie, on alerte les au­to­ri­tés lo­cales qui l’éli­minent pour pro­té­ger notre san­té et l’en­vi­ron­ne­ment.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.