Des pha­raons à Ma­ho­met, pe­tite sa­ga du chat

Avantages - - Société -

MI-DIEU, MI-MAÎTRE. Do­mes­ti­qué entre 3000 et 1500 av. J.-C., le chat est vé­né­ré en Egypte sous les traits de Bas­tet, déesse de la fé­con­di­té. Em­bau­mé, mo­mi­fié, il jouit d’un trai­te­ment VIP. Le tuer et l’ex­por­ter est in­ter­dit et on porte son deuil en se noir­cis­sant le vi­sage... Les Grecs lui trouvent une fi­lia­tion avec Ar­té­mis, déesse de la chasse et de la lune, en hom­mage à ses pu­pilles en crois­sant. Les Chi­nois, qui l’ap­pré­cient pour cro­quer les ron­geurs dans les éle­vages de vers à soie, raf­folent des gris-gris en poils de chat...

DE PA­CHA À PA­RIA. Les Ro­mains contem­po­rains de Jules Cé­sar, qui, lui, pré­fère les oi­seaux, le chassent des mai­sons. Sa chute s’ac­cé­lère en Oc­ci­dent avec l’es­sor du ch­ris­tia­nisme, où sa ré­pu­ta­tion d’être sur­na­tu­rel le voue aux gé­mo­nies de l’Eglise. Et au bû­cher avec les sor­cières. L’amal­game est vite fait entre les Ca­thares, taxés d’hé­ré­sie, qui tirent leur nom de ca­tha­ros (pur en grec) et cat­tus (chat en la­tin). Pour­chas­sé par l’In­qui­si­tion, il coule des jours heu­reux à La Mecque où Muez­za, la chatte de Ma­ho­met, entre dans la pos­té­ri­té...

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.