El­nett, c’est de la bombe !

PAR­FUM MY­THIQUE, FOR­MULE IN­ÉGA­LÉE, LA LAQUE STAR S’OFFRE UNE NOU­VELLE GARDE-ROBE POUR LES FÊTES. FLASH-BACK SUR CETTE BRUME QUI NE NOUS A JA­MAIS LAIS­SÉES SUR LE QUAI…

Avantages - - BEAUTÉ STORY - par GER­TRUDE GUESDON

Le style s’éman­cipe An­nées 60, gé­né­ra­tion yéyés… exit les per­ma­nentes et les mises en plis sta­tiques, les filles rêvent de pe­tits chi­gnons bom­bés et crê­pés à la Bri­gitte Bar­dot, sexy et na­ture. Ça tombe à pic, L’Oréal lance El­nett – contrac­tion de « elle » et « nette » –, une laque ré­vo­lu­tion­naire à base de po­ly­mères, qui offre à la fois main­tien, sou­plesse, brillance, et qui s’éli­mine d’un coup de brosse. Adieu brillan­tines et laques-gommes, au ren­du peu na­tu­rel, qui car­ton­naient le che­veu. « Ils vont, ils viennent, ils tiennent ! », clame le nou­veau slo­gan pu­bli­ci­taire. 1968 : son nou­veau sys­tème de mi­cro­dif­fu­sion aux gout­te­lettes aé­riennes offre une ré­par­ti­tion plus fine, plus uni­forme… le suc­cès est im­mé­diat. La laque fait son ci­né­ma 1970 : le fla­con bros­sé et or­né « d’une déesse d’or » dé­barque dans les stu­dios de ci­né­ma. Du chi­gnon haut per­ché d’Au­drey Hep­burn au car­ré sage de Grace Kel­ly, il de­vient LA ré­fé­rence des stars et des pros. 1976 : les femmes veulent des cri­nières s souples comme celles de Fa­rah Faw­cett ou Jane Fon­da. A Al­lu­relle El­nett prend la suc­ces­sion d’El­nett Sa­tin.

U Une for­mule in­vi­sible, en­core plus na­tu­relle, qui m main­tient sans gai­ner. An­nées 1980 : les femmes a adoptent des coupes struc­tu­rées très wor­king girls.

L La bombe colle à leurs en­vies avec El­nett Fixa­tion forte q qui sculpte même les che­veux mouillés. De­puis,

E El­nett se ré­in­vente sans cesse au tra­vers d’édi­tions li li­mi­tées comme ce spray col­lec­tor do­pé en fines p paillettes pour don­ner de l’éclat à nos coif­fures de f fête, El­nett Star­light, 3,90 € les 75 ml.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.