Avantages

2

- France

C’est le nombre de tâches que notre cer­veau peut (vrai­ment) réa­li­ser en même temps. À par­tir de 3, on com­met plus d’erreurs, on loupe des in­for­ma­tions…

RÉ­FLEXES AN­TI-TROUS DE MÉ­MOIRE*

S’IN­VEN­TER DES HIS­TOIRES.

Pour re­te­nir plu­sieurs élé­ments, par exemple une liste de courses, on les re­lie entre eux par une his­toire, de pré­fé­rence far­fe­lue, rem­plie de dé­tails amu­sants, et si pos­sible avec des émo­tions (un per­son­nage me­na­çant, un fruit dont le goût rap­pelle notre en­fance…).

Le truc ma­lin pour se rap­pe­ler des noms, c’est de construire des as­so­cia­tions afin de connec­ter ra­pi­de­ment les dif­fé­rentes zones de notre mé­moire entre elles. Un exemple ? Au lieu d’es­sayer de re­te­nir un nom (mé­moire lexi­cale) et un vi­sage (mé­moire vi­suelle), on as­so­cie les deux dans une « image-clé ». On se re­mé­more le nom de la dan­seuse Au­ré­lie Du­pont en l’ima­gi­nant dan­sant sur un pont. Ef­fi­ca­ci­té ga­ran­tie.

S’AI­DER AVEC DES IMAGES.

Le nom de quel­qu’un sur le bout de la langue ? Il faut ac­ti­ver les ré­seaux d’in­for­ma­tions dans le­quel il se trouve : cette per­sonne tra­vaille au 2e étage, elle est ma­riée avec Un­tel, elle ha­bite le même im­meuble que

Mme Ma­chin… En em­prun­tant ces di­vers che­mins de la mé­mo­ri­sa­tion, on a plus de chance d’en trou­ver un qui nous mè­ne­ra au nom per­du.

* Ex­traits de « La mé­moire est un jeu », de Sé­bas­tien Martinez, cham­pion de France de mé­moire (éd. Pre­mier Pa­ral­lèle).

RE­PLA­CER LES CHOSES DANS LEUR CONTEXTE.

 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from France