Avantages

CRAMPES

- PAR CA­RO­LINE HEN­RY Health

Pour pré­ve­nir ces contrac­tures mus­cu­laires hy­per­dou­lou­reuses, qui sur­viennent de jour comme de nuit, on ré­vise le conte­nu de notre as­siette.

La ba­nane, ange gar­dien des muscles

Elle aus­si ren­ferme du ma­gné­sium (35 mg/100 g) et du po­tas­sium (360 mg), le duo mi­né­ral clé pour la con­trac­tion/dé­con­trac­tion mus­cu­laire. En plus, elle ap­porte cer­taines vi­ta­mines du groupe B (B1, B2, B5, B6), ca­pables de li­mi­ter la sur­ve­nue de crampes. Bo­nus : elle cache sous sa peau un peu de vi­ta­mine E qui par­ti­cipe à la ré­pa­ra­tion des fibres mus­cu­laires.

Le jus de cor­ni­chons ré­duit la du­rée de con­trac­tion

Son meilleur atout an­ti-crampes, c’est sa ri­chesse en cal­cium (248 mg), qui en­voie aux fibres mus­cu­laires le si­gnal de se dé­tendre. Si une poi­gnée d’amandes ap­porte au­tant de cal­cium qu’un pe­tit verre de lait, les fruits secs – contrai­re­ment aux pro­duits lai­tiers – n’aci­di­fient pas l’or­ga­nisme. On choi­sit des amandes non sa­lées, et on ne dé­passe pas 30 g par jour.

La St-Yorre

Nos muscles ap­pré­cient cette eau ul­tra-riche en bi­car­bo­nate, qui leur per­met de ré­cu­pé­rer net­te­ment plus ef­fi­ca­ce­ment après un ef­fort in­tense que de l’eau or­di­naire ou de l’eau sa­lée*. À boire à pe­tites gor­gées, avant, pen­dant et après l’exer­cice. At­ten­tion à ne pas dé­pas­ser les 2 verres par jour au quo­ti­dien pour ne pas faire ex­plo­ser notre quo­ta de sel jour­na­lier.

* Science et Sport, 2000

Dans une étude un poil far­fe­lue, mais plu­tôt concluante, des cher­cheurs ont eu l’idée de tes­ter l’ef­fet de ce li­quide vi­nai­gré sur les crampes. Une fois la dou­leur dé­clen­chée, des vo­lon­taires de­vaient boire en­vi­ron 74 ml de jus de cor­ni­chons et ob­ser­ver les ef­fets de ce re­mède. Ré­sul­tat : la du­rée moyenne des crampes a été ré­duite de 49 s. Se­lon les scien­ti­fiques, ces mo­di­fi­ca­tions pour­raient être cau­sées par cer­tains ré­cep­teurs de la bouche qui, au contact de l’eau vi­nai­grée, en­ver­raient au cer­veau un mes­sage in­di­quant de mo­di­fier la con­trac­tion mus­cu­laire. Conclu­sion : lorsque la crampe frappe, on tente le bain de bouche avec l’eau des cor­ni­chons.

Mer­ci au Dr Lau­rence Be­ne­det­ti, mi­cro­nu­tri­tion­niste, vice-pré­si­dente de l’IEDM (Ins­ti­tut eu­ro­péen de dié­té­tique et mi­cro­nu­tri­tion)

L’amande, star du cal­cium neu­tra­lise l’aci­di­té Le cas­sis booste la cir­cu­la­tion san­guine…

… grâce à cer­tains de ses an­ti­oxy­dants, les an­tho­cyanes, qui aug­mentent la ré­sis­tance des vais­seaux. Le sang circule mieux et tous les muscles du corps dis­posent ain­si des nu­tri­ments in­dis­pen­sables à leur bon fonc­tion­ne­ment. Bo­nus : le cas­sis est un cham­pion de la vi­ta­mine C, qui lutte contre la fa­ti­ga­bi­li­té mus­cu­laire. ■

ON SE MÉ­FIE D’EUX…

Le ca­fé, qui fa­vo­rise la déshy­dra­ta­tion de l’or­ga­nisme. On li­mite sa consom­ma­tion à 3 tasses par jour, pas plus. L’al­cool, en par­ti­cu­lier les vins blancs ou ro­sés et le cham­pagne, qui pro­voque la fuite des mi­né­raux.

Les so­das, qui pos­sèdent un pH très bas et aci­di­fient for­te­ment le corps. Le co­la en par­ti­cu­lier est riche en acide phos­pho­rique qui lui confère un pH plan­cher de 3. On passe. La viande rouge, les abats et les char­cu­te­ries, riches en graisses sa­tu­rées et pro­téines ani­males, qui sont aci­di­fiants.

 ??  ??
 ??  ??
 ??  ??
 ??  ??
 ??  ??
 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from France