Pre­mière fois M. An­to­not & G. Sand

Quand on de­mande quelle a été leur pre­mière fois en vt­tae à Ma­nu An­to­not et Greg Sand, pion­niers fon­da­teurs de la marque Mous­tache Bikes, ils ne pensent pas à une com­pé­ti­tion, mais vrai­ment à leurs pre­miers tours de roues élec­tri­sés. Une dé­cou­verte aus­si

Bike (France) - - A Somm Aire -

«Ma­nu : Notre pre­mière fois sur nos vé­los élec­triques, c’était au prin­temps 2011, au lieu-dit Pierre d’Ap­pel, à Raon-l’Étape, sur un sen­tier à flanc de mon­tagne qui monte du­rant une ving­taine de mi­nutes et dé­bouche sur un point de vue ma­gni­fique. On avait l’ha­bi­tude de le prendre en vé­lo sec. Le single se si­tuait à une quin­zaine de mi­nutes de nos pre­miers bu­reaux… en­fin, des bu­reaux… c’était un ap­par­te­ment, plu­tôt, en fait ! On avait ache­té deux vé­los élec­triques et dé­mon­té leur sys­tème pour bri­co­ler deux pro­tos en les adap­tant sur nos cadres… Greg : Je me sou­viens que les modes d’as­sis­tance étaient plu­tôt éle­vés ! On avait mis tout à fond. Dès qu’on fran­chis­sait une marche ou un ro­cher, on se fai­sait éjec­ter, on per­dait l’adhé­rence… Je me suis sou­vent re­trou­vé sur l’avant, avec la roue ar­rière qui glis­sait. Mais l’ef­fet jouet a été im­mé­diat, on est ar­ri­vés en haut cra­més. On est al­lés plus vite en mon­tant qu’en des­cen­dant ! Ma­nu : Oui, c’est ça, cette pre­mière sor­tie, c’est une des­cente qui a mal tour­né ! On s’est bat­tu avec le ter­rain et le vé­lo toute la jour­née. En­suite, on s’est ap­pli­qué, on a bais­sé les modes d’as­sis­tance, pour re­trou­ver une pra­tique plus na­tu­relle… Greg : Une fois ar­ri­vés au som­met, on s’était tel­le­ment amu­sés qu’on s’est ta­pé dans la main comme des ga­mins, et on s’est dit qu’on était dans le vrai ! Ma­nu : On a réa­li­sé que cette sor­tie pou­vait être le dé­but de plein de pre­mières fois. Que le vé­lo élec­trique ou­vrait de nou­veaux ho­ri­zons de pra­tiques, qu’il al­lait per­mettre d’al­ler plus haut, plus loin, avec plus de plai­sir. En­suite, sur ce sen­tier, j’ai em­me­né ma soeur, des amis… Greg : Il sert d’exer­cice à tous ceux qui testent l’élec­trique pour la pre­mière fois. En gé­né­ral, ils mettent l’as­sis­tance à bloc, alors on doit leur ex­pli­quer qu’il faut pas­ser à une uti­li­sa­tion moins ex­trême, parce que le but n’est pas de cra­mer toutes les car­touches et d’avoir les bras té­ta­ni­sés au bout de 15 mi­nutes ! Ma­nu : Je me sou­viens aus­si de notre pre­mière fois sur un 27/9 (roue de 29 à l’avant et de 27 à l’ar­rière, la si­gna­ture des pre­miers Mous­tache, NDR). Greg : J’ai dit à Ma­nu “OK, je te suis, mais un quart d’heure, pas plus, on fait une boucle et on rentre”. En fait, on a tour­né tout l’après-mi­di et on est ren­trés convain­cus qu’il ne fal­lait pas pro­po­ser ce for­mat seule­ment sur un ou deux mo­dèles, mais que toute la gamme de­vait vi­rer comme ça. Ma­nu : Et la pre­mière fois avec le tout-sus­pen­du… C’était en 2013. Sur un sen­tier que je connais par coeur, où je rou­lais dé­jà tout ga­min. Le prendre à une vi­tesse si dif­fé­rente, avec au­tant de plai­sir, je crois même que j’en ai pleu­ré tel­le­ment c’était bon ! »

« On a réa­li­sé que cette sor­tie pou­vait être le dé­but de plein de pre­mières fois »

Sur leurs pro­tos aux cadres mai­son, au coeur des Vosges, Greg Sand ( ci- des­sus) et Ma­nu An­to­not ont com­men­cé à écrire l’his­toire de Mous­tache.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.