La bière après l’ef­fort : bonne ou mau­vaise idée ?

La croyance du spor­tif, et en­core plus chez les vé­té­tistes gé­né­ra­le­ment grands consom­ma­teurs, veut que la bière soit un ex­cellent moyen de ré­cu­pé­ra­tion après l’ef­fort, qu’il s’agisse d’une simple ran­don­née ou d’un en­traî­ne­ment phy­sique. Cette croyance est

Bike (France) - - Som­maire - Texte : Thi­bault Sa­dargues

Ré­cu­pé­ra­tion et bière ?

« Après l’ef­fort, le ré­con­fort. Al­lez, une pe­tite

bière pour ré­cu­pé­rer ! » . Tout le monde a dé­jà pro­non­cé cette phrase après avoir par­ti­ci­pé à une ran­don­née ou une course entre amis, pour se re­trou­ver au­tour d’une bu­vette ou d’un bar pour ré­cu­pé­rer. Pour cer­tains, c’est même de­ve­nu un ri­tuel. Il est fa­cile de trou­ver de la bière après une ma­ni­fes­ta­tion et sur­tout, les vé­té­tistes sont très sou­vent de bons vi­vants, n’hé­si­tant pas à consom­mer quelques verres en guise de troi­sième mi­temps. Mais la bière amé­liore-t-elle vrai­ment la ré­cu­pé­ra­tion, comme le vou­drait la lé­gende ?

Du po­si­tif, mais...

Le vin rouge se­rait bon pour le coeur grâce à ses ver­tus an­ti- oxy­dantes. Pour­quoi la bière n’au­rait-elle pas de bien­faits pour la ré­cu­pé­ra­tion ? Pour Ni­co­las Au­bi­neau, nutritionniste du sport, il est tou­jours pos­sible de trou­ver des points po­si­tifs pour une ré­cu­pé­ra­tion à base de bière : « la bière reste une bois­son su­crée qui contient du mal- tose. D’une cer­taine ma­nière, elle peut donc ré­gé­né­rer les stocks de gly­co­gène après l’eff ort » , ex­plique- t- il. Avant d’ajou­ter :

« la bière contient éga­le­ment des vi­ta­mines du groupe B ( B6 et B12), mais aus­si des mi­né­raux comme du po­tas­sium et du ma­gné­sium, que l’on perd en trans­pi­rant. Mais at­ten­tion, ce n’est pas une rai­son pour se ca­cher der­rière ! ». En réa­li­té, la bière se­rait loin d’être le meilleur moyen de ré­cu­pé­rer après l’ef­fort.

Elle déshy­drate plus que le contraire

Fi­na­le­ment, les glu­cides que la bière contient, le spor­tif peut les re­trou­ver ailleurs. Le maïs, le riz, les pâtes… tous sont

d’ex­cel­lents moyens de ré­cu­pé­ra­tion, tout comme les bois­sons de ré­cu­pé­ra­tion : « c’est jus­te­ment ce pour­quoi elles ont été créées ! » plai­sante le nutritionniste. La prin­ci­pale rai­son pour la­quelle on boit une bière après un ef­fort, c’est pour se ré­hy­dra­ter. Mais la bière vient à l’en­contre de l’eff et re­cher­ché. Étant diu­ré­tique, elle contri­bue au contraire à la déshy­dra­ta­tion, puis­qu’elle fa­vo­rise la pro­duc­tion d’urine. « En uri­nant après chaque bière, on perd tou­jours de l’eau et, au fi­nal, on ne s’hy­drate pas beau­coup » ra­conte Ni­co­las Au­bi­neau. La bière contient éga­le­ment de l’al­cool, même si sa conte­nance est gé­né­ra­le­ment

faible. « On peut se dire que l’al­cool est un an­ti- oxy­dant et qu’il pro­tège l’or­ga­nisme, mais il ne fa­vo­rise en rien la ré­cu­pé­ra­tion. L’al­cool ra­len­tit la ré­cu­pé­ra­tion et, pour les plus spor­tifs qui en­chaînent les jour­nées de pé­da­lage comme lors d’un raid ou d’une com­pé­ti­tion sur plu­sieurs jours, c’est comme se ti­rer une balle dans le pied » , ré­vèle Ni­co­las Au­bi­neau. Une bière, ok !

« La bière est sur­tout in­té­res­sante pour son cô­té so­ciable et convi­vial, il faut sa­voir se

faire plai­sir de temps en temps » dé­clare Maxime Ma­rotte, c ou­reur c hez Can­non­dale Fac­to­ry Ra­cing, qui n’hé­site pas à boire une bière quand l’en­vie lui prend. Ain­si, pour Ni­co­las Au­bi­neau, une bière après l’eff ort ne fait pas de mal, à condi­tion de faire at­ten­tion : « l’idéal, si l’on consomme une bière, est de boire en même temps deux fois sa quan­ti­té en eau, de ma­nière à pou­voir se faire plai­sir avec une bière fraîche et ré­cu­pé­rer en même temps ». Si elle est convi­viale, la bière n’est donc pas le meilleur moyen pour ré­cu­pé­rer. À consom­mer avec mo­dé­ra­tion donc !

Les bois­sons spé­cia­le­ment conçues pour la ré­cu­pé­ra­tion res­tent le meilleur moyen pour s’hy­dra­ter et ré­cu­pé­rer.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.