DANS LE PLUS SIMPLE APPAREIL

La pho­to­graphe de mode bri­tan­nique Ame­lia Al­len a pas­sé deux ans en im­mer­sion dans une com­mu­nau­té na­tu­riste. Elle est re­ve­nue de cette ex­pé­rience mé­ta­mor­pho­sée, riche d’une nou­velle vi­sion de la vie et d’une sé­rie de por­traits qu’elle a réunis dans un liv

Books - - ÉDITO | SOMMAIRE -

La pho­to­graphe bri­tan­nique Ame­lia Al­len a pas­sé deux ans en im­mer­sion dans une com­mu­nau­té na­tu­riste. Elle est re­ve­nue de cette ex­pé­rience mé­ta­mor­pho­sée, riche d’une nou­velle vi­sion de la vie et d’une sé­rie de por­traits qu’elle a réunis dans un livre.

Chan­ger une am­poule, dé­bou­cher une bou­teille de pro­sec­co, ce vin pé­tillant ita­lien dont la consom­ma­tion vient de dé­pas­ser en Grande-Bre­tagne celle de la bière, jouer aux boules ou en­core faire du vé­lo : au­tant d’ac­ti­vi­tés qui, a prio­ri, de­mandent un cer­tain ef­fort phy­sique ou men­tal et aux­quelles la plu­part d’entre nous n’ima­ginent pas se li­vrer dans le plus simple appareil, ne se­rait-ce que pour des rai­sons de sé­cu­ri­té. Mais les na­tu­ristes qu’Ame­lia Al­len a im­mor­ta­li­sés dans Na­ked Bri­tain le font avec une telle ai­sance et, c’est le cas de le dire, un tel na­tu­rel que leur bonne hu­meur et leur fa­çon de vivre de­viennent « in­croya­ble­ment conta­gieuses », té­moigne la jeune pho­to­graphe de 22 ans.

Ame­lia Al­len a pas­sé deux ans en im­mer­sion dans une com­mu­nau­té na­tu­riste qui a ses ha­bi­tudes au Dio­genes Sun Club de Chal­font St Pe­ter, pe­tit vil­lage à une tren­taine de ki­lo­mètres de Londres. Ses na­tu­ristes jar­dinent, font du sport, jouent de la mu­sique, pa­potent, nagent, lisent, peignent, font des ran­don­nées, mé­ditent ou prennent en­semble l’apé­ri­tif. Ils ont tous l’air heu­reux, épa­noui – et tel­le­ment cha­leu­reux. Après une pe­tite hé­si­ta­tion le pre­mier jour, Ame­lia Al­len a dé­ci­dé de faire comme eux : elle a re­ti­ré ses vê­te­ments, pour le grand plai­sir de la presse bri­tan­nique – qui a ac­cueilli son tra­vail avec beau­coup de bien­veillance. Elle a été in­vi­tée, à une heure de grande écoute, sur la chaîne d’in­for­ma­tion en conti­nu BBC World pour ra­con­ter sa dé­marche. Et le quo­ti­dien conser­va­teur The Dai­ly Te­le­graph lui a consa­cré en dé­cembre der­nier un ar­ticle in­ti­tu­lé « La pho­to­graphe nue : pour­quoi je me suis désha­billée pour mieux me mettre dans la peau des Bri­tan­niques ».

Le na­tu­risme, se­lon Ame­lia Al­len, fait tom­ber le masque des conven­tions et du sta­tut so­cial. Du coup, les gens dé­voilent ce qu’ils sont vrai­ment. « Dans la vie de tous les jours, les formes de notre corps et que les vê­te­ments que nous por­tons nous dé­fi­nissent aux yeux des autres », dit-elle. La nu­di­té, en re­vanche, fa­vo­rise le contact, on se re­garde da­van­tage dans les yeux pour com­mu­ni­quer de ma­nière sin­cère et dés­in­té­res­sée. « Chez les na­tu­ristes, la nu­di­té n’est pas sy­no­nyme de gri­voi­se­rie, de sexe et de honte », pour­suit-elle.

Au Royaume-Uni, quelque 4 mil­lions de per­sonnes pra­tiquent ré­gu­liè­re­ment le na­tu­risme (ils sont près de 2,6 mil­lions en France). Le mou­ve­ment s’est dé­ve­lop­pé à la fin des an­nées 1930 à tra­vers les sun clubs, les clubs du so­leil. Il ne faut pas y voir un pro­lon­ge­ment de cette ha­bi­tude qu’ont les Bri­tan­niques de se dé­vê­tir au moindre rayon de so­leil et qui frappe les touristes dans les parcs lon­do­niens. Il s’agit, et Ame­lia Al­len in­siste beau­coup là-des­sus, d’un mode de vie.

Le na­tu­risme est un uni­vers aux an­ti­podes de ce­lui qu’elle connais­sait : la mode, avec son ob­ses­sion de l’image du corps. « Me plon­ger dans ce monde m’a ou­vert les yeux, confie-t-elle dans l’in­tro­duc­tion de son livre. Prendre ces pho­tos m’a fait réa­li­ser que le bon­heur n’est pas lié à la taille de mes fesses, que la réus­site a peu à voir avec la lar­geur de mes hanches, et que je peux ac­com­plir beau­coup de choses quelle que soit la forme de mes ni­chons. » Et de conclure : « Notre société a beau­coup à ap­prendre des na­tu­ristes et de leur mode de vie. Dans chaque per­sonne de ce livre j’ai vu de la beau­té, de la beau­té dans son corps et de la beau­té dans ses convic­tions. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.