TO­TA­LI­TAIRE, LA SILICON VALLEY ?

Books - - PÉRISCOPE -

Le phi­lo­sophe pré­fé­ré des Al­le­mands s’at­taque à la Silicon Valley. Dans son der­nier livre, Ri­chard Da­vid Precht, à qui l’on doit plu­sieurs best­sel­lers ou­treR­hin, s’in­ter­roge sur les bou­le­ver­se­ments in­duits par les géants d’In­ter­net et la nu­mé­ri­sa­tion de nos vies. Pour lui, l’idée que se fait la Silicon Valley de l’hu­main n’a plus rien à voir avec celle qu’avaient éla­bo­rée les Lu­mières et sur la­quelle re­pose notre idéal dé­mo­cra­tique. « La Silicon Valley voit dans l’être hu­main un or­ga­nisme qui fonc­tionne se­lon des ré­flexes mé­ca­niques,

comme un rat de la­bo­ra­toire», ex­plique­t­il dans un en­tre­tien pour Der Spie­gel. Se­lon cette vi­sion du monde, l’homme, non seule­ment peut s’amé­lio­rer, mais il le doit, pour de­ve­nir une sorte de sur­homme ma­chine. À en croire Precht, cet im­pé­ra­tif ins­crit la Silicon Valley, pour­tant ou­ver­te­ment li­ber­ta­rienne, dans la pire tra­di­tion to­ta­li­taire. Le phi­lo­sophe re­fuse, pour au­tant, de se lais­ser al­ler au pes­si­misme. L’éman­ci­pa­tion reste pos­sible. Pre­nant acte de la dis­pa­ri­tion pro­gram­mée de la plu­part des em­plois (dé­lé­gués dé­sor­mais aux ma­chines), il pro­pose l’ins­tau­ra­tion d’un re­ve­nu uni­ver­sel de 1 500 eu­ros, fi­nan­cé par une taxe sur les tran­sac­tions fi­nan­cières.

Jä­ger, Hir­ten, Kri­ti­ker. Eine Uto­pie für die di­gi­tale Ge­sell­schaft (« Chas­seurs, ber­gers, cri­tiques. Une uto­pie pour la so­cié­té nu­mé­rique »), de Ri­chard Da­vid Precht, Gold­mann, 2018.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.