QUAND ON SA­VAIT EN­CORE PEN­SER

Un éton­nant best-seller fait re­vivre la dé­cen­nie pro­di­gieuse de la phi­lo­so­phie al­le­mande.

Books - - ÉDITO | SOMMAIRE -

Zeit der Zau­be­rer, de Wol­fram Ei­len­ber­ger

Phé­no­mé­nal:un livre d’his­toire de la phi­lo­so­phie dont les droits, avant même sa pa­ru­tion outre-Rhin, ont été ven­dus dans plus de vingt pays ! Et ce, en ne trai­tant que de dix an­nées, de 1919 à 1929… Pour le phi­lo­sophe Wolf­gang Ei­len­ber­ger, qui re­trace dans Zeit der Zau­be­rer les par­cours d’Ernst Cas­si­rer, Mar­tin Hei­deg­ger, Lud­wig Wittgenstein et Wal­ter Ben­ja­min, ce fut tout sim­ple­ment l’apo­gée de la phi­lo­so­phie au xxe siècle. En 1921 pa­raît le Trac­ta­tus lo­gi­co-phi­lo­so­phi­cus, en 1927 Être et temps… «Tous les grands cou­rants ac­tuels, la phi­lo­so­phie ana­ly­tique, l’her­mé­neu­tique, la théo­rie cri­tique, la dé­cons­truc­tion, l’exis­ten­tia­lisme y trouvent leur origine », re­marque Ro­main Leck dans Der Spie­gel.

En 1929, Cas­si­rer et Hei­deg­ger se ren­contrent à Davos, en Suisse. Un dé­bat a lieu. Les té­moins ont le sen­ti­ment de vivre un chan­ge­ment d’époque. Ei­len­ber­ger y voit la confron­ta­tion de l’an­cien monde, in­car­né par Cas­si­rer, hu­ma­niste, épris d’idéal des Lu­mières et de ra­tio­na­li­té, face au nou­veau, ré­ac­tion­naire, ir­ra­tion­nel, ce­lui de Hei­deg­ger. Ce­lui qui s’im­po­se­ra en 1933 et met­tra un point fi­nal à l’âge d’or phi­lo­so­phique.

Zeit der Zau­be­rer n’est pas un livre pour spé­cia­listes, ni seule­ment une mo­no­gra­phie sur un pan (certes es­sen­tiel) de l’his­toire des idées. Comme le note Ei­len­ber­ger lui-même, le livre porte sur «ce que ce­la si­gni­fie de me­ner une exis­tence phi­lo­so­phique, d’en­vi­sa­ger et de consi­dé­rer la pen­sée comme le mo­teur de sa propre vie». C’est aus­si un ma­ni­feste sub­li­mi­nal que l’au­teur a ren­du plus ex­pli­cite dans une tri­bune de Die Zeit. Il y constate l’état de dé­so­la­tion où se trouve la phi­lo­so­phie al­le­mande ac­tuelle. Ses fi­gures de proue ont, à l’image de Jür­gen Ha­ber­mas, près de 90 ans, voire da­van­tage. «Même l’éter­nel en­fant ter­rible Pe­ter Slo­ter­dijk a dé­pas­sé les 70 ans.» En fait, dé­plore l’au­teur, en termes d’his­toire des idées, «les der­niers com­men­ce­ments re­montent à au moins cin­quante ans ». La faute, se­lon lui, à un sys­tème uni­ver­si­taire qui pousse à l’ul­tras­pé­cia­li­sa­tion et à la pu­bli­ca­tion à la chaîne d’ar­ticles qui n’in­té­res­se­ront ja­mais per­sonne. « La pro­duc­tion phi­lo­so­phique est de­ve­nue étran­gère à tout ce qui rend la pen­sée vi­vante et proche de la réa­li­té », ex­plique Ei­len­ber­ger, qui donne en contre-exemple l’un des héros de son livre : « Wittgenstein, l’au­teur du Trac­ta­tus lo­gi­co-phi­lo­so­phi­cus, n’a pu­blié dans le cadre de son che­mi­ne­ment in­tel­lec­tuel qu’un seul ar­ticle spé­cia­li­sé. Et, le jour où il avait pré­vu d’en faire une lec­ture pu­blique, ce­la lui sem­bla si in­digne qu’il chan­gea de su­jet et pré­fé­ra im­pro­vi­ser sur le pro­blème de l’in­fi­ni.»

Zeit der Zau­be­rer. Das grosse Jahr­zehnt der Phi­lo­so­phie 1919-1929 (« Le temps des en­chan­teurs. La grande dé­cen­nie de la phi­lo­so­phie 1919-1929 »), de Wol­fram Ei­len­ber­ger, Klett-Cot­ta, 2018.

Ernst Cas­si­rer (ici en 1931) ré­di­gea son oeuvre ma­jeure, La Phi­lo­so­phie des formes sym­bo­liques, entre 1923 et 1929.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.