LE POI­SON DE L’ES­CLA­VAGE

Books - - PÉRISCOPE -

Tho­mas Jef­fer­son’s Edu­ca­tion (« L’édu­ca­tion de Tho­mas Jef­fer­son »), d’Alan Tay­lor, WW Nor­ton & Co, 2019.

L’es­cla­vage est une école de des­po­tisme pour les Blancs, dé­non­çait Tho­mas Jef­fer­son en 1785 dans ses Ob­ser­va­tions sur l’État de Vir­gi­nie. Ce­lui qui de­vint le troi­sième pré­sident des États­Unis (1801­1809) était convain­cu que son État, la Vir­gi­nie, de­vait se dé­faire de cette pratique que l’élite lo­cale de plan­teurs ju­geait vi­tale pour ses in­té­rêts. Il comp­tait pour ce­la sur les gé­né­ra­tions fu­tures et fon­da à cet effet en 1819 l’Uni­ver­si­té de Vir­gi­nie. Avec des ré­sul­tats mi­ti­gés, comme le montre l’his­to­rien Alan Tay­lor dans Tho­mas Jef­fer­son’s Edu­ca­tion.

La créa­tion de cet éta­blis­se­ment « est pleine de pa­ra­doxes », note l’uni­ver­si­taire Glenn Alt­schu­ler dans le quo­ti­dien Star Tri­bune, de Min­nea­po­lis. Les bâ­ti­ments sont construits et en­tre­te­nus par des es­claves, et les frais de sco­la­ri­té sont si éle­vés que seuls les fils de riches peuvent s’y ins­crire. Quelques mois après son ou­ver­ture, Jef­fer­son a les larmes aux yeux lors­qu’on lui ra­conte com­bien les étu­diants peuvent être mé­pri­sants et des­po­tiques. Ils se battent, se soûlent, agressent les es­claves et se moquent de leurs pro­fes­seurs. Jef­fer­son com­prend qu’il a fait fausse route et que l’évo­lu­tion des men­ta­li­tés sur la ques­tion de l’es­cla­vage pren­dra beau­coup plus de temps. De l’his­toire de l’Uni­ver­si­té de Vir­gi­nie, Tay­lor tire une le­çon pour le pré­sent, note l’his­to­rien Drew Faust dans The Wa­shing­ton Post. « Nous aussi avons trop ten­dance à confier à l’édu­ca­tion le soin de ré­soudre les pro­blèmes so­ciaux que nous ne vou­lons pas af­fron­ter. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.