La règle de trois du Brut sans an­née

Bulles & Millesimes - - DOSSIER -

A l’ins­tar du dia­mant brut, le n°1 du cham­pagne re­quiert une grande maî­trise de l’ou­vrage qui tient en une phase es­sen­tielle, l’as­sem­blage. A l’exemple du cu­bisme, il im­pose trois di­men­sions : la di­ver­si­té des cé­pages, celle des crus et le choix de l’ap­port des an­nées de ré­serve. Sait-on, par exemple, que le Brut Im­pé­rial de Moët et Chandon est le fruit d’une sé­lec­tion ef­fec­tuée par­mi 170 crus dif­fé­rents conser­vés dans un de­mi-mil­lier de cuves ? Que chez Roe­de­rer, ce sont les vins de huit an­nées de ven­danges qui entrent dans la com­po­si­tion du Brut Pre­mier. Ou que chez Charles Heid­sieck, le Brut Ré­serve du cé­lèbre Char­lie, on sup­prime toute dis­cri­mi­na­tion entre les cé­pages au point d’ac­cor­der au char­don­nay, au pi­not noir et au pi­not meu­nier trois parts égales dans l’as­sem­blage. On est loin de la pra­tique plus rus­tique du moine d’Haut­vil­lers au­quel on at­tri­bue à tort la dé­cou­verte de cet exer­cice. En bonne lo­gique, un BSA de­vrait donc être mul­ti-cé­pages, mul­ti-crus et mul­ti-an­nées par l’ap­port de vins de ré­serve. Ce qui ex­clut, à prio­ri, de la ca­té­go­rie le très ten­dance 100% char­don­nay et son al­ter ego le 100% pi­not noir, l’un et l’autre étant mo­no-cé­page.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.