Pis­cines : in­té­gra­tion par­faite

Ces su­blimes es­paces de bai­gnade sont aus­si ra­fraî­chis­sants qu’une pis­cine clas­sique, avec l’avan­tage de se fondre par­fai­te­ment dans le dé­cor. Pistes à suivre pour un art du camouflage réus­si.

Campagne Décoration - - CONTENTS - Texte et Sé­lec­tion : Vic­to­ria Guern

Au sein d’une pro­prié­té de charme où une belle de­meure an­cienne tu­toie la na­ture, la pis­cine bleu tur­quoise avec sa large plage pa­raît par­fois un peu in­con­grue. Heu­reu­se­ment, il existe des al­ter­na­tives qui per­mettent à toute la fa­mille de pro­fi­ter des plaisirs de la bai­gnade sans de­voir sa­cri­fier l’es­thé­tique du jar­din. On peut op­ter pour une pis­cine re­pre­nant les codes ar­chi­tec­tu­raux de la mai­son et de la ré­gion ou bien pour une bai­gnade na­tu­relle, qui fe­ra heu­reux ménage avec la flore et la faune. Dans tous les cas, la pis­cine vient alors su­bli­mer la pro­prié­té.

S’IN­TÉ­GRER DANS L’AR­CHI­TEC­TURE

Pour une par­faite har­mo­nie entre la pis­cine et la mai­son, mieux vaut op­ter pour un mo­dèle sur me­sure, sans coque pré­for­mée. Le pis­ci­nier pour­ra alors ima­gi­ner et conce­voir un bas­sin dans une conti­nui­té de style avec la de­meure, qui tien­dra compte des spé­ci­fi­ci­tés ré­gio­nales et même lo­cales de l’ar­chi­tec­ture. Mar­gelles et mu­rets, par exemple, se­ront en tuf­feau dans les Pays de la Loire, en brique rouge dans la ré­gion tou­lou­saine ou en pierre grise en Ar­dèche. Dif­fa­zur a créé une so­cié­té spé­cia­li­sée en pierres et ro­chers re­cons­ti­tués, Dif­fa­roc, afin de re­pro­duire les pierres de ré­gion et de per­mettre une meilleure in­té­gra­tion des pis­cines dans leur en­vi­ron­ne­ment. En termes de forme, un cou­loir de nage pour­ra si­mu­ler un bas­sin de pierre pour se fondre dans la cour d’un châ­teau ou d’un couvent, par exemple. Une mi­ni-pis­cine pour­ra, quant à elle, imi­ter un vieux la­voir dans un pe­tit jar­din ou bien un trou na­tu­rel de ro­cher creu­sé à flanc de col­line avec vue im­pre­nable sur la na­ture en­vi­ron­nante. Dans un beau jar­din bien ar­bo­ré, la pis­cine peut aus­si adap­ter sa forme à la vé­gé­ta­tion afin d’on­du­ler entre de beaux mas­sifs de plantes ou pour faire en sorte qu’un pal­mier se re­trouve au mi­lieu du bas­sin. Et plu­tôt qu’une mar­gelle, une pente douce vers l’eau, à la fa­çon d’une plage de sable blond, ap­por­te­ra un nou­vel at­trait à la bai­gnade. Pour une eau verte, on choi­si­ra un re­vê­te­ment cou­leur sable, et pour une eau gris-bleu, un re­vê­te­ment gris.

SE FONDRE DANS LA NA­TURE

Les bai­gnades na­tu­relles, éga­le­ment ap­pe­lées bai­gnades bio­lo­giques ou éco­lo­giques, res­semblent à un étang, bien que leur mise en oeuvre soit très tech­nique. C’est un lieu de dé­tente au­tant que d’ob­ser­va­tion, où l’on cô­toie gre­nouilles, li­bel­lules, oi­seaux et pe­tits ron­geurs. Pas de chlore ni d’autres pro­duits chi­miques : ce sont les plantes et les mi­né­raux qui ef­fec­tuent le tra­vail de fil­tra­tion. On se baigne en­tou­ré de ro­seaux et autres vé­gé­taux qui trouvent na­tu­rel­le­ment leur place dans l’éco­sys­tème ain­si créé. Au rythme des sai­sons, le bas­sin évo­lue sous les yeux des pro­prié­taires. Un li­ner vert donne une cou­leur par­ti­cu­lière à l’eau. Au­tour, une plage en bois do­tée d’un pon­ton ac­cen­tue • • •

le cô­té na­tu­rel. Ce type de bai­gnade né­ces­site deux es­paces : un bas­sin pour se bai­gner et une zone de ré­gé­né­ra­tion peu pro­fonde, conti­guë ou non au bas­sin. Un sys­tème de pompe en­ter­ré as­pire l’eau de la bai­gnade jus­qu’au bas­sin de fil­tra­tion où se trouvent plantes hé­lo­phytes et gra­vier. L’eau se pu­ri­fie en tra­ver­sant les sub­strats, tan­dis que les bac­té­ries du filtre mi­né­ra­lisent la ma­tière or­ga­nique pré­sente dans l’eau (feuilles, terre, pous­sière…), qui est en­suite ab­sor­bée par les plantes. En même temps, au contact des pierres et des ga­lets, l’eau se ré­chauffe avant de s’écou­ler à nou­veau vers le bas­sin de nage. Pe­tit dé­tail qui a son im­por­tance : l’eau étant en cir­cu­la­tion per­ma­nente, il y a peu ou pas de mous­tiques. Mais ce n’est pas parce que cet éco­sys­tème fonc­tionne seul qu’il ne né­ces­site pas d’en­tre­tien. Au contraire, il faut en prendre soin toute l’an­née afin qu’il conserve son équi­libre. De mai à oc­tobre, il faut en­le­ver les feuilles dans le bas­sin de nage, pas­ser l’as­pi­ra­teur, bros­ser les pa­rois, ana­ly­ser l’eau et en­le­ver plantes et feuilles mortes dans le bas­sin de fil­tra­tion. Tant que l’équi­libre bio­lo­gique de l’eau n’a pas été at­teint, les algues se dé­ve­loppent. En fin de sai­son, les plantes doivent être taillées afin d’en­trer en re­pos vé­gé­ta­tif jus­qu’au prin­temps. Il faut aus­si conti­nuer d’en­le­ver les im­pu­re­tés qui flottent, pas­ser l’as­pi­ra­teur ou le ro­bot et vi­der les skim­mers une à deux fois par se­maine.

QUELLE RÉ­GLE­MEN­TA­TION?

Pis­cines clas­siques, bas­sins de nage et bai­gnades na­tu­relles sont sou­mis à la même ré­gle­men­ta­tion. Pour un bas­sin jus­qu’à 10 m², au­cune au­to­ri­sa­tion n’est re­quise, sauf en zone pro­té­gée. De 10 à 100 m², il faut dé­po­ser une dé­cla­ra­tion de tra­vaux en mai­rie, ou un per­mis de construire si la pis­cine dé­passe 2 m de pro­fon­deur et 100 m² de sur­face. Le construc­teur peut vous ai­der à faire les dé­marches. La bai­gnade na­tu­relle n’est gé­né­ra­le­ment pas sou­mise à im­po­si­tion, mais ce­la dé­pend du bon vou­loir du dé­par­te­ment où elle se trouve.

1.

2. Fa­çon bas­sin Bai­gnade na­tu­relle avec li­ner vert, sur­face to­tale de 164 m², dont 72 m² de bai­gnade. Concep­tion et réa­li­sa­tion Cô­té Jar­din, Bio­top. 1. Mi­né­ral Pis­cine avec struc­ture en bé­ton ar­mé étanche, re­vê­te­ment et fi­ni­tion en­duit gris. Es­ca­lier d’angle. Mar­gelles en tra­ver­tin. Vo­let im­mer­gé. Ré­gu­la­tion au­to­ma­tique au brome. Plage en bois. ACCS Ar­chi­tec­tures. Réa­li­sa­tion L’Es­prit Pis­cine. 2.

4. VÉ­GÉ­TAL Cou­loir de marche bio­lo­gique avec sys­tème de fil­tra­tion par bac­té­ries (pas de la­gu­nage). In­té­gra­tion au mi­lieu des bam­bous. Fond ma­çon­né peint en gris an­thra­cite pour s’har­mo­ni­ser à l’exis­tant. Concep­tion Ar­cam­bal. Réa­li­sa­tion Pay­sages Ca­ta­lans et MV Cons­truc­tions.

5. À LA JA­PO­NAISE À Ro­que­brune-sur-Ar­gens, pis­cine bio­lo­gique à l’in­té­rieur en bois mas­sif im­mer­gé fa­çon bas­sin ja­po­nais. Deux ni­veaux de pro­fon­deur : 1,5 m pour le grand bain et 1 m pour la zone de dé­tente. Réa­li­sa­tion BioPoolTech.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.