Havre de paix à Uzès

Une mai­son de ville dé­la­brée re­naît ma­gni­fi­que­ment grâce à deux amou­reux de vieilles pierres et d’ar­chi­tec­ture. Le jar­din com­plé­té d’une pis­cine en fait un lieu de va­cances pri­vi­lé­gié, vé­ri­table havre de paix au coeur de l’agi­ta­tion es­ti­vale.

Campagne Décoration - - SOMMAIRE - Texte : So­phie Maillot Juillet − Pho­tos : Alexan­dra Meu­rant

An­ciens Pa­ri­siens, Hu­go et Fan­ny ha­bitent de­puis plu­sieurs an­nées à une en­ca­blure de la ci­té du­cale. C’est tout à fait par ha­sard que Hu­go à dé­cou­vert cette mai­son de ville mi­toyenne coin­cée entre deux rues. Le quar­tier lui plai­sait par-des­sus tout, si­tué en plein coeur de l’ancienne ci­té ro­maine d’Uce­tia, découverte en 2017 dans le sec­teur sau­ve­gar­dé d’Uzès. La mai­son était dans son jus, après une in­ter­ven­tion de type « mo­derne » dans les an­nées 1960… En quelques mots, une oc­cul­ta­tion vo­lon­taire des ma­té­riaux na­tu­rels, dé­mo­dés pour l’époque. De belles poutres ir­ré­gu­lières ont été mas­quées au plâtre, au mur, des pierres de taille en­duites avec gé­né­ro­si­té, puis re­cou­vertes d’une va­rié­té de pa­piers peints à mo­tifs flo­raux jau­nis, de belles terres cuites au sol re­cou­vertes de li­no­léum, des me­nui­se­ries peintes avec une pein­ture au plomb toxique… Les fon­da­tions de cette mai­son de ville de la fin du xviiie siècle sont vrai­sem­bla­ble­ment beau­coup plus an­ciennes. Les pierres qui ont per­mis l’élé­va­tion de sa construc­tion ont été ex­traites de la cave même de cette bâ­tisse, puis taillées sur place afin d’être réuti­li­sées. Dé­ve­lop­pée sur trois ni­veaux, la mai­son est dis­tri­buée se­lon un plan simple : deux pièces par étage, plus un pi­geon­nier. Un bel es­ca­lier cen­tral, ma­gni­fique spi­rale en pierre, dis­tri­bue les étages de la cave au gre­nier. Du rez-de-chaus­sée, on voit le jar­din ; du pre­mier étage, les jar­dins du fau­bourg ; du second étage, la val­lée de l’Eure, ain­si que les toits de la ci­té avec la tour fe­nes­trelle du xiie siècle ; et en­fin, du pi­geon­nier, on dé­couvre un pa­no­ra­ma ex­cep­tion­nel sur l’Uzège jus­qu’au mont Ven­toux à l’est. Il au­ra fal­lu deux ans à Hu­go pour ve­nir à bout de la ré­ha­bi­li­ta­tion de cette mai­son. Dans un pre­mier temps, il a « dé­croû­té » tous les élé­ments re­cou­verts de plâtre : sols, murs et pla­fonds. La ré­com­pense était en­fin là quand il a mis au jour les belles pierres blondes des murs, dé­cou­vert un plan­cher an­cien ici, un vieux pa­re­feuille là. Après avoir mis à nu la car­casse de la bâ­tisse, Hu­go a dé­ci­dé de ce qu’il vou­lait réel­le­ment conser­ver et mettre en va­leur et de ce qui né­ces­si­tait d’être trans­for­mé. Il a pu ain­si sau­ver les terres cuites de la cui­sine et s’est mis en quête de pièces com­plé­men­taires qui pour­raient se fondre dans le dé­cor. Une cui­sine ou­verte a été ins­tal­lée avec un îlot cen­tral, la salle à man­ger a tout na­tu­rel­le­ment trou­vé sa place dans la pièce face au jar­din, et le sa­lon s’est ni­ché au­tour de la che­mi­née d’ori­gine. Dans cer­taines chambres, il a pu conser­ver le par­quet d’ori­gine, tan­dis que, dans d’autres, un bé­ton ci­ré a rem­pla­cé le sol dé­la­bré. Des salles de bains ont été créées, cer­taines avec douche, d’autres avec bai­gnoire. Le jar­din, un an­cien po­ta­ger, était en friche et les plantes sem­blaient bien s’y plaire. En dé­cais­sant le sol pour cons­truire le bas­sin de nage, un es­ca­lier en pierre en­ter­ré a été dé­cou­vert per­met­tant d’ac­cé­der à la ruelle à l’est de la mai­son : c’est de­ve­nu l’en­trée prin­ci­pale…

belles pierres Hu­go a dé­ni­ché de grandes dalles an­ciennes (Pro­vence Ma­té­riaux) pour mettre en va­leur les pierres des murs dé­bar­ras­sées de leur gangue de plâtre. Banc et cous­sin (Athez­za) luminaire et cac­tus en paille (Ma Fille Nomade).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.