Lyon dans la lu­mière

Avec son riche pas­sé his­to­rique et cultu­rel, Lyon bouillonne de nou­veaux pro­jets. Dy­na­mique, en pleine re­nais­sance, elle est par­faite pour fê­ter cette fin d’an­née sous le signe de la créa­ti­vi­té.

Campagne Décoration - - SOMMAIRE - Texte : Ma­rie La­cire — Pho­tos : Co­rinne Schan­té-An­ge­lé

Une pres­qu’île en son centre, pro­té­gée du haut de la col­line par une Notre-Dame illu­mi­née, avec ses rues si­nueuses et ses perles ar­chi­tec­tu­rales, Lyon porte bien son nom : Ville des Lu­mières. Ville des frères Lu­mière, in­ven­teurs du ci­né­ma­to­graphe, ville de la Fête des Lu­mières, cé­lé­brée de­puis dix siècles au dé­but du mois de dé­cembre. La flamme des bou­gies va­cille aux fa­çades, les ar­tistes trans­forment la ville. Puis Noël se pré­pare dans les bou­tiques, dans les rues. L’am­biance est cha­leu­reuse dans cette grande ville à taille hu­maine. Une ville mo­derne, « jeune » et dy­na­mique, qui puise pour­tant sa force dans l’An­ti­qui­té. Puisque Notre-Dame de Four­vière éclaire Lyon pleins feux, grim­pons sur la « col­line qui prie ». Cer­tains disent avec hu­mour que la ba­si­lique res­semble à un élé­phant à l’en­vers ! De style néo-by­zan­tin, avec sa ga­le­rie d’anges, ses do­rures et son au­tel rococo, c’est un phare dans la nuit. À ses cô­tés, les lettres en néon « Mer­ci Ma­rie », plan­tées sur les hau­teurs, telles un Hol­ly­wood re­li­gieux, rap­pellent que les illu­mi­na­tions sont liées au culte de la Vierge. À deux pas de là, les pas­sion­nés d’An­ti­qui­té dé­cou­vri­ront un des plus grands sites ar­chéo­lo­giques de France, com­po­sé d’un théâtre gal­lo-ro­main et d’un Odéon. Four­vière, ou une ma­nière comme une autre de se rap­pro­cher du do­maine des cieux ! En re­des­cen­dant, les ro­man­tiques Jar­dins du Ro­saire fe­ront la tran­si­tion avec le Vieux-Lyon. Dans ce quar­tier qui longe la Saône, il est temps d’al­ler tra­bou­ler (pas­ser d’une rue à l’autre en re­liant les cours des bâ­ti­ments). Les tra­boules sont obs­cures, mys­té­rieuses, ci­né­ma­to­gra­phiques : un monde pa­ral­lèle qui re­cèle de tré­sors de la Re­nais­sance, ga­le­ries ita­liennes, mai­sons du

xve siècle et sculp­tures. La dé­am­bu­la­tion mé­rite une pause rue des Trois-Ma­ries, au Lu­mi­na­rium, où les soupes mai­son, car­rot cakes et un large choix d’am­poules vin­tage ré­chauf­fe­ront les frileux. Lu­mières en poche, di­rec­tion la Pres­qu’île, au coeur de la ville, pour gla­ner quelques ca­deaux de Noël et se re­char­ger en par­fums 100 % na­tu­rels chez 100BON. Der­rière le comp­toir cui­vré du bar, l’iris, le jas­min, la ber­ga­mote et le gin­gembre se par­tagent l’éta­gère d’apo­thi­caire. Rue Comte, on choi­si­ra entre toutes les bou­gies en cire vé­gé­tale de La Belle Mèche : va­nille bour­bon ou bois fu­mé ?

Ville des frères Lu­mière, in­ven­teurs du ci­né­ma­to­graphe, ville de la Fête des Lu­mières, cé­lé­brée de­puis dix siècles au dé­but du mois de dé­cembre... Lyon porte bien son nom : ville des Lu­mières.

Chez In­fluence, concept-store dé­co, on se lais­se­ra ten­ter par de jo­lis ob­jets à la fraî­cheur scan­di­nave, tan­dis que les cou­ver­tures en pure laine vierge de chez Ar­pin égaie­ront nos soi­rées d’hi­ver. Et puisque la fête se pré­pare et que la nuit tombe, pour­quoi ne pas al­ler boire un vin chaud au mar­ché de Noël et pa­ti­ner bien em­mi­tou­flé sur la pa­ti­noire en chan­tant « Jingle Bells » ? Quelques stops en tram­way per­met­tront de re­joindre le sud de la Pres­qu’île. Au son des DJ’s, la soi­rée se­ra fes­tive et la nuit re­po­sante au Mob Ho­tel, à la Con­fluence, un quar­tier en plein es­sor. Là où le Rhône et la Saône se re­joignent, le Mu­sée des Con­fluences est un vais­seau fu­tu­riste fait de bé­ton et d’acier, qui sym­bo­lise la ren­contre entre un cris­tal de verre et un nuage d’inox. Au bâ­ti­ment des Sa­lins s’est ajou­té un cube orange vif à la fa­çade cri­blée de trous. Contem­po­rain, co­lo­ré, avant-gar­diste, cet an­cien sec­teur in­dus­triel donne à cette ville his­to­rique une force nou­velle. Der­nier dé­tour sur les hau­teurs de Lyon, à la Croix-Rousse. Sur­nom­mé la « col­line qui tra­vaille », car les ca­nuts (ou­vriers de la soie) s’y sont im­plan­tés à la fin du xviiie siècle, ce village a conser­vé une âme bien par­ti­cu­lière avec ses mai­sons à fe­nêtres d’ate­lier et ses jo­lis coins tran­quilles. Du pla­teau aux Pentes, dans ce dé­dale d’es­ca­liers et de ruelles, bou­tiques de créa­teurs et pe­tits res­tau­rants se sont dis­crè­te­ment ins­tal­lés. Une ba­lade pour fi­nir en dou­ceur la (re) dé­cou­verte d’une très belle ville.

L’ART AVANT TOUT Lui­sa Mai­sel der­rière une de ses cé­ra­miques, un plat au dé­cor de pay­sage en­nei­gé.

créa­tif Chez Day­love, un nou­veau concept de ma­ga­sin en­tiè­re­ment dé­dié au ma­riage, robes de ma­riée vin­tage et ate­liers de cou­ronnes de Noël font bon mé­nage. La de­moi­selle d’hon­neur est prête ! À droite : connu sous le nom de pa­lais des vingt-quatre co­lonnes (co­rin­thiennes), le Pa­lais de Jus­tice de Lyon, clas­sé mo­nu­ment his­to­rique, est so­len­nel et im­po­sant, face à la Saône.

nou­veau vi­sage À Lyon, la tra­di­tion est bous­cu­lée par la mo­der­ni­té de pro­jets ori­gi­naux. De nou­veaux lieux ouvrent, des ar­tistes et des créa­teurs s’em­parent de la ville. Ci-des­sus, sur une af­fiche d’ex­po du Mu­sée des Beaux-Arts, le vi­sage de la ma­done à la cou­ronne fleu­rie est doux et dé­li­cat. À droite : le Grand Ca­fé des Né­go­ciants, dans son dé­cor Se­cond Em­pire, est un lieu in­con­tour­nable de la vie lyon­naise. C’est par­ti pour un pe­tit déj, un bon plat tra­di­tion­nel ou une coupe de cham­pagne !

entre deux rives Vue sur le Pont de la Feuillée qui en­jambe la Saône et re­lie le VieuxLyon à la Pres­qu’île. Le soir, les lu­mières du pont illu­minent les mai­sons et le ciel de Lyon. Magique.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.