RØROS, L’ÉTOILE DU NORD

Campagne Décoration - - RECEVOIR - Texte : Do­mi­nique Homs — Pho­tos : Bas­tide Images

Com­ment ne pas céder aux charmes de cette pe­tite ci­té nor­vé­gienne du bout du monde ? Røros se cache sur un pla­teau en pente douce, près de la fron­tière sué­doise. Dès que l’hi­ver pointe son nez, cette ci­té à l’ar­chi­tec­ture par­faite, clas­sée au pa­tri­moine mon­dial de l’UNESCO, se pare d’un somp­tueux man­teau blanc.

Cette pe­tite ville de quelque cinq mille âmes s’offre comme un havre de paix feu­tré, à dé­cou­vrir dans le grand blanc. Les flo­cons se bous­culent par mil­liers sous un ciel co­ton­neux. Très vite, les rues se couvrent d’un épais man­teau glis­sant. Il peut faire jus­qu’à moins trente de­grés la nuit ! Ici, on ne cir­cule qu’avec des kicks­led (trot­ti­nettes des neiges), que l’on soit éco­lier ou maître d’école… Ro­bin, notre guide, a choi­si de vivre dans la ci­té de ses an­cêtres. Ses deux pas­sions : l’his­toire et la po­te­rie. De­puis 1985, il cherche à faire re­naître de ses cendres un ar­ti­sa­nat pa­tri­mo­nial, la cé­ra­mique. Il laisse sa créativité jouer de son tour pour ima­gi­ner, avec de jeunes de­si­gners, des pièces contem­po­raines. Sa ville, il la connaît par coeur et la moindre ruelle se ra­conte comme dans les pages d’un livre d’his­toire que l’on feuillet­te­rait à chaque pas. L’église, grande dame de bois blanche et noire au beau mi­lieu des rues aux fa­çades mul­ti­co­lores, s’im­pose comme le point de dé­part de notre dé­am­bu­la­tion pé­destre très « contrô­lée » au vue des mi­roirs de glace qui re­couvrent les trot­toirs. L’in­té­rieur de l’église est ins­pi­ré du ba­roque ita­lien. Fi­nan­cée par la Com­pa­gnie des cuivres, elle était le ren­dez-vous do­mi­ni­cal de toutes les classes so­ciales, réunies au­tour de leur pas­teur lu­thé­rien. Ro­bin s’ap­plique sur le moindre dé­tail, sans omettre de nous pré­ci­ser fiè­re­ment que l’or­chestre phil­har­mo­nique de Ber­lin y a dé­jà don­né des concerts. Røros est une pe­tite ville « bran­chée », ani­mée d’un fes­ti­val de mu­sique, d’un ex­tra­or­di­naire mar­ché pay­san tous les ans en fé­vrier, et d’une très belle dé­marche sur le dé­ve­lop­pe­ment des pro­duits de ter­roir avec la co­opé­ra­tive Rø­ros­mat qui, de­puis vingt ans, s’em­ploie à réunir les meilleurs pro­duc­teurs de la ré­gion. Fro­mages, viande de renne, lé­gumes, pommes de terre, bière lo­cale… de su­per pro­duits que l’on dé­guste à la table des res­tau­rants, ce­lui du Vert­shu­set cô­té gas­tro­no­mie contem­po­raine, ou, d’une ma­nière plus tra­di­tion­nelle, à la table du char­mant Kaf­fes­tug­gu. Le ciel s’est dé­ga­gé, ra­fraî­chis­sant en­core plus l’at­mo­sphère. C’est l’heure du thé, chic ! Nous dé­po­sons une à une les couches su­per­po­sées de nos Da­mart grand froid, pour nous ré­chauf­fer dans les ca­na­pés du très dé­co Tho­masgår­den. L’am­biance vin­tage nous ra­vit et comble nos en­vies de co­coo­ning cha­leu­reux.

Mais la beau­té des pay­sages nous at­tire à nou­veau de­hors pour une ro­man­tique es­ca­pade en ca­lèche. Une belle ma­nière de faire le tour des dif­fé­rents quar­tiers de la ville, qui s’étale entre les deux rues prin­ci­pales et les alen­tours de l’an­cienne mine de cuivre, trans­for­mée en un re­mar­quable mu­sée. Tout au bout du vil­lage, Eva et Ordf­jell Me­j­nih­reu­jom, Sa­mis éle­veurs de rennes, nous ac­cueillent avec gen­tillesse. La fille de la mai­son a re­vê­tu son ma­gni­fique cos­tume tra­di­tion­nel bleu ma­rine et rouge, re­bro­dé de fleurs, pour nous pré­sen­ter son renne pré­fé­ré. Là, dans une mai­son de bois, la fa­mille sert au­tour du feu ses pro­duits à base de renne, une viande riche en omé­ga et an­ti­oxy­dants : char­cu­te­rie, viande grillée ou en sauce… La table a été clas­sée comme l’une des meilleures de Nor­vège. Sur le che­min du re­tour, Jo­han­na nous at­tend dans son ado­rable mai­son d’hôtes, Sol­heim Pens­jo­nat, pour nous faire dé­cou­vrir son monde voué au style des an­nées 70. Un vrai pe­tit bi­jou d’un autre temps. En­fin, notre ami Ro­bin a amé­na­gé dans son an­cienne ferme plu­sieurs ap­par­te­ments jo­li­ment dé­co­rés, tout proches de l’église. Des co­cons cha­leu­reux qui nous ont per­mis de dé­cou­vrir les joies de la neige, des ba­lades en traî­neaux, des pro­me­nades en ra­quettes ou en luge. Et de vivre, l’es­pace de quelques jours, dans une bulle dé­pay­sante, dont l’ef­fet per­dure bien au-de­là de notre re­tour.

LUXE RO­MAN­TIQUE Le spa du Røros Ho­tell est ou­vert sur un pay­sage tout de blanc vê­tu. L’église im­pose sa mo­nu­men­tale pré­sence noire et blanche dans le fond de la carte pos­tale.

pa­tri­moine mon­dial Ces ali­gne­ments par­faits de mai­sons de bois his­to­riques aux co­lo­ris écla­tants ont va­lu à Røros d’être clas­sée au pa­tri­moine mon­dial de l’UNESCO en 1980.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.