Ar­ti­san

Lucas Cas­tex cultive l’amour du bois. Dans son ate­lier en pleine na­ture, il ex­pé­ri­mente et crée des pièces qui semblent tout droit sor­ties d’une contrée loin­taine. Ren­contre.

Campagne Décoration - - SOMMAIRE - Texte : Eva Bat­logg

Les sculp­tures de bois de Lucas Cas­tex

Quel est votre par­cours ?

J’ai gran­di dans un ai­rial (clai­rière en­tou­rée de pins) fa­mi­lial, à cô­té d’Onesse, un pe­tit vil­lage des Landes. Au­jourd’hui, je vis sur la côte Basque pour mon autre ac­ti­vi­té, la bou­tique de dé­co­ra­tion Oc­to, à Biar­ritz. Mon ate­lier se si­tue dans les Landes, où je crée en­tou­ré de ma fa­mille. Mon par­cours n’a rien à voir avec la sculp­ture ou l’ar­ti­sa­nat. J’ai fait une école hô­te­lière, puis je suis de­ve­nu éta­la­giste avant d’ou­vrir une bou­tique de dé­co, il y a quinze ans.

Quel che­min vous a me­né à la créa­tion ?

J’avais avant tout en­vie de fa­bri­quer, de créer. Un pro­ces­sus lié au be­soin d’ap­prendre de ma­nière au­to­di­dacte, et sur­tout de faire tra­vailler ma tête en agi­tant mes doigts. Créer fait par­tie de moi, de mes be­soins, à tel point que je suis sou­vent frus­tré de ne pas avoir as­sez de temps pour réa­li­ser tout ce que j’ai en tête.

D’où vient cette pas­sion pour la sculp­ture ?

L’en­vie de créer des ob­jets en bois me vient sans doute des arts pre­miers qui me fas­cinent, m’ins­pirent et m’in­triguent de­puis toujours. Les mys­tères et les his­toires que ra­content ces ob­jets (of­frandes, ob­jets de culte, masques…) sont une source in­épui­sable d’ins­pi­ra­tion. Peut-être qu’à ma fa­çon, je m’in­vente un peuple an­cien, dont ces ob­jets se­raient les ves­tiges. En es­sayant tou­te­fois d’y ap­por­ter une touche de mo­der­ni­té. Je suis toujours très amu­sé

de la ré­ac­tion du pu­blic qui dé­couvre mon tra­vail, sou­vent convain­cu que ces ob­jets pro­viennent d’une contrée loin­taine.

Pour­quoi avoir choi­si le bois comme moyen d’ex­pres­sion ? Quel est votre rap­port avec cette ma­tière ?

J’ai vé­cu sur l’île de la Réunion pen­dant dix ans. Mon be­soin de créer s’est axé sur le mé­tal. L’en­vie de sculp­ture est née là-bas. À mon re­tour, après plu­sieurs an­nées loin de chez moi, à res­sen­tir le manque de cette na­ture si par­ti­cu­lière des Landes, le choix du bois m’est ap­pa­ru comme une évi­dence. Et, contrai­re­ment aux idées re­çues, il n’y a pas que des pins, dans les Landes. Je tra­vaille prin­ci­pa­le­ment le chêne, le pla­tane et le châ­tai­gnier.

En quoi la proxi­mi­té avec la na­ture in­fluence-t-elle votre tra­vail ?

La na­ture offre mon ma­té­riau de pré­di­lec­tion : le bois. Mais elle m’ap­porte sur­tout le calme dont j’ai be­soin pour créer et me res­sour­cer. Elle fait par­tie de mes ins­pi­ra­tions pro­fondes, de mes ra­cines. Je m’y sens bien, chez moi.

Quels sont vos pro­jets en cours et à ve­nir ?

En ce mo­ment, j’ex­pose cer­taines sculp­tures à la ga­le­rie Wi­lo&Grove, rue Ma­dame à Pa­ris. Si­non, j’ai­me­rais construire une pe­tite mai­son au coeur des Landes, avec un ate­lier qui ac­cueille­ra ma pro­chaine ac­qui­si­tion : un tour à bois. Pour ne ja­mais ces­ser d’ex­pé­ri­men­ter et de créer…

La na­ture offre mon ma­té­riau de pré­di­lec­tion : le bois. Mais elle m’ap­porte sur­tout le calme dont j’ai be­soin pour créer et me res­sour­cer.

— Pho­tos : Gaelle Le Bou­li­caut

COM­PO­SI­TION ONI­RIQUE Lucas de­vant la porte de son ate­lier, dans les Landes. Le sculp­teur tra­vaille dif­fé­rentes es­sences qu’il grave, taille et brûle pour abou­tir à des oeuvres in­so­lites.

INS­PI­RA­TION D’AILLEURS L’ate­lier de Lucas, où le sculp­teur en­tre­pose ses ou­tils. Les trois ta­bleaux au mur sont d’an­ciennes portes de pe­tits temples.

TRA­VAIL D’OR­FÈVRE Lucas réa­lise ses sculp­tures à la main, à l’aide d’ou­tils mé­ca­niques : per­ceuse, pon­ceuse, meu­leuse et cha­lu­meau pour brû­ler cer­taines pièces et faire res­sor­tir le grain du bois.

dans la clai­rière Four à bois tra­di­tion­nel que l’on trou­vait au­tre­fois sur chaque ai­rial, et qui ser­vait à faire cuire le pain. Il fonc­tionne en­core pour les grandes oc­ca­sions.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.