Thuès-Entre-Valls (66)

Camping-Car Magazine - - Sommaire -

Si­tué à une qua­ran­taine de ki­lo­mètres de Font-Ro­meu, le pe­tit village ca­ta­lan de Thuès-Entre-Valls consti­tue le point de dé­part de cette belle ran­don­née de 5 ou 8 heures. Le par­cours ne peut s’ef­fec­tuer que l’été. Il vous of­fri­ra de belles sen­sa­tions du fait de ses dif cultés – qui, ras­su­rez-vous, ne sont pas in­sur­mon­tables –, et de ses pay­sages à cou­per le souf e que vous dé­cou­vri­rez tout du long. La ran­don­née étant plus ou moins longue, nous vous conseillon­s un dé­part ma­ti­nal. Les cam­ping-ca­ristes, en ce sens, sont pri­vi­lé­giés parce que la com­mune de Thuès-Entre-Valls a mis à leur dis­po­si­tion une belle aire de ser­vices om­bra­gée, juste à l’en­trée des gorges.

Que vous op­tiez pour le par­cours le moins long, qui vous mè­ne­ra jus­qu’à un pont de pierre, ou pour la “grande” ran­don­née qui vous mè­ne­ra jus­qu’au re­fuge de la Ca­ran­ça, le dé­but de la pro­me­nade est le même : une belle grim­pette en la­cets !

Après cette pe­tite mise en jambe, vous bi­fur­que­rez sur la gauche pour abor­der le che­min de la cor­niche. Ce sen­tier a été creu­sé en 1943 pour des­ser­vir le chan­tier du per­ce­ment du tun­nel qui capte les eaux de la Ca­ran­ça. Dont une par­tie est dé­tour­née pour ali­men­ter l’usine hy­dro­élec­trique de Thuès. En lon­geant cette cor­niche, vous sur­plom­bez la ver­ti­gi­neuse val­lée du même nom. Pour votre sé­cu­ri­té, il est re­com­man­dé de ne pas lâ­cher le lin d’acier ar­ri­mé à la pa­roi de la fa­laise. Au bout de la cor­niche, vous ar­ri­vez sur la tur­bine hy­dro­élec­trique et… sur le pre­mier pont de singe. Jus­qu’au pont de pierre (ran­do courte), vous en fran­chi­rez une bonne di­zaine. Vous se­rez aus­si ap­pe­lé à ar­pen­ter des pas­se­relles ar­ri­mées au anc de la pa­roi ro­cheuse de la mon­tagne, sur­plom­bant le ot conti­nue et to­ni­truant du torrent. On se croi­rait presque dans In­dia­na Jones. A la dif­fé­rence que vous êtes dans la réa­li­té et que le hé­ros ex­plo­ra­teur, c’est bien vous. At­ten­tion tou­te­fois à ne pas jouer les té­mé­raires : le pas­sage des pas­se­relles et ponts de corde né­ces­site de la pru­dence car pas sans dan­ger. Ar­ri­vé au pont de pierre, deux op­tions s’offrent à vous. Soit re­brous­ser che­min,

soit pour­suivre en di­rec­tion du re­fuge de la Ca­ran­ça. Vous n’au­rez plus qu’à mon­ter sans obs­tacle vers ce haut et vert pâ­tu­rage où paît tran­quille­ment le bé­tail. Seuls les ran­don­neurs ma­ti­naux pour­ront at­teindre le re­fuge, car le re­tour est aus­si long que l’al­ler. A moins d’avoir ré­ser­ver un lit et un re­pas pour y pas­ser la nuit… Au cours de cette ran­don­née aven­tu­reuse et pal­pi­tante, les ama­teurs de pêche pour­ront faire quelques étapes pour ten­ter de ta­qui­ner les belles truites sau­vages qui peuplent le lac, en contre­bas du re­fuge, et la ri­vière fou­gueuse.

Quelle que soit la lon­gueur de la ran­don­née, les gorges de la Ca­ran­ça vous lais­se­ront un sou­ve­nir im­pé­ris­sable.

Pour fran­chir la ri­vière, le cir­cuit est ja­lon­né de plu­sieurs ponts de singe.

Vous de­vrez aus­si ar­pen­ter des pas­se­relles ac­co­lées aux pa­rois des gorges.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.