Inde-pa­kis­tan : vers un apaisement mé­mo­riel ?

Carto - - SOMMAIRE - N. Rouiaï

Le 14 août 2017, le 70e an­ni­ver­saire de la par­ti­tion entre la Ré­pu­blique is­la­mique du Pa­kis­tan et la Ré­pu­blique de l’Inde était cé­lé­bré. Le su­jet est sen­sible, car la mé­moire de cette dé­chi­rure com­mence à peine à se li­bé­rer. Le 17 août 2017, le pre­mier Mu­sée de la par­ti­tion ou­vrait ses portes à Am­rit­sar (Pend­jab in­dien). Avec ses mil­liers de té­moi­gnages pro­ve­nant de dif­fé­rentes com­mu­nau­tés, cette ins­ti­tu­tion se veut la pre­mière pierre d’une mé­moire apai­sée.

Si la par­ti­tion reste en­core le point né­vral­gique de la ri­va­li­té et des conflits entre l’Inde et le Pa­kis­tan, c’est que son bi­lan fut lourd. Dans la nuit du 14 au 15 août 1947, le Par­le­ment bri­tan­nique vo­tait l’In­dian In­de­pen­dence Bill. Cette loi en­té­ri­nait la par­ti­tion de l’an­cien ter­ri­toire des Indes bri­tan­niques en deux États sé­pa­rés. À la veille de cette dis­so­lu­tion, la co­lo­nie comp­tait 410 mil­lions d’ha­bi­tants, dont 281 mil­lions d’hin­dous, 115 mil­lions de mu­sul­mans, 7 mil­lions de chré­tiens et 6 mil­lions de si­khs, ré­par­tis sur 4 mil­lions de ki­lo­mètres car­rés. Cinq se­maines plus tard, 6 000 ki­lo­mètres de fron­tières furent tra­cés, di­vi­sant l’Union in­dienne de Ja­wa­har­lal Neh­ru (1889-1964), à ma­jo­ri­té hin­doue, et le Pa­kis­tan mu­sul­man de Mu­ham­mad Ali Jin­nah (1876-1948). Dans les mois qui sui­virent, des cen­taines de vil­lages furent ra­sés, des di­zaines de mil­liers de femmes vio­lées, kid­nap­pées. Le bi­lan hu­main des mas­sacres com­mu­nau­taires est es­ti­mé entre 200 000 et 2 mil­lions de morts, se­lon les sources. La par­ti­tion fut à l’ori­gine de l’une des plus im­por­tantes mi­gra­tions de po­pu­la­tion de l’his­toire, avec près de 15 mil­lions de dé­pla­cés.

DES INI­TIA­TIVES NOM­BREUSES

La mé­moire de l’évé­ne­ment est de­ve­nue un en­jeu po­li­tique ma­jeur. Elle est le ter­reau des ten­sions ac­tuelles entre les deux États et des re­ven­di­ca­tions ter­ri­to­riales concer­nant le Ca­che­mire no­tam­ment, pro­vince à ma­jo­ri­té mu­sul­mane qui cris­tal­lise les an­ta­go­nismes entre l’Inde, le Pa­kis­tan et la Chine. Dans les ma­nuels sco­laires, les élèves in­diens ap­prennent une tout autre his­toire de la par­ti­tion que les étu­diants pa­kis­ta­nais. Face à cette vi­sion an­ti­thé­tique et an­ta­go­niste des évé­ne­ments, des ini­tia­tives voient le jour pour mettre en avant une his­to­rio­gra­phie plus dé­ta­chée des en­jeux po­li­tiques ac­tuels. Au Pa­kis­tan, l’as­so­cia­tion The His­to­ry Pro­ject pro­pose aux élèves de por­ter un re­gard cri­tique en com­pa­rant les ré­cits de la par­ti­tion pré­sen­tés dans les ma­nuels in­diens et pa­kis­ta­nais. En Inde, l’ou­vrage The Other Side of Si­lence (2010), d’Ur­va­shi Bu­ta­lia, qui évoque les vio­lences com­mises par des hin­dous, fait par­tie du pro­gramme d’his­toire au ly­cée. C’est dans cette pers­pec­tive que plu­sieurs ini­tia­tives, vi­sant non seule­ment à ar­chi­ver, mais aus­si à trans­mettre l’hé­ri­tage et les en­sei­gne­ments de la par­ti­tion, voient le jour. Les as­so­cia­tions The Ci­ti­zens Archive of Pa­kis­tan (fon­dée en 2007) et The 1947 Par­ti­tion Archive (2010) ont été pion­nières dans cette vo­lon­té d’en­re­gis­trer, de nu­mé­ri­ser et de par­ta­ger les dif­fé­rents ré­cits du conflit, et de faire en­tendre des voix et des ré­cits plu­riels. L’ou­ver­ture, le 17 août 2017, du Mu­sée de la par­ti­tion à Am­rit­sar est un pas de plus dans la mise en va­leur de la mé­moire du conflit in­do-pa­kis­ta­nais. Plus de 5000 té­moi­gnages sur les vio­lences com­mises en 1947 entre les com­mu­nau­tés hin­doue, sikh et mu­sul­mane consti­tuent le fonds de cette ins­ti­tu­tion. Cô­té pa­kis­ta­nais, The Ci­ti­zens Archive of Pa­kis­tan, qui a dé­jà re­cueilli plus de 1 000 té­moi­gnages, pré­voit éga­le­ment de les pré­sen­ter dans le cadre d’une exposition au Mu­sée na­tio­nal de La­hore. L’uni­ver­si­té amé­ri­caine Stan­ford a mis en ligne 4 300 ré­cits de sur­vi­vants (1). Toutes ces ini­tia­tives ont un in­té­rêt à la fois his­to­rique, mais éga­le­ment hau­te­ment po­li­tique. Les re­la­tions entre l’Inde et le Pa­kis­tan res­tent par­ti­cu­liè­re­ment conflic­tuelles. En juillet 2016, des heurts entre ma­ni­fes­tants et forces de sé­cu­ri­té ont écla­té lors­qu’une fi­gure du mou­ve­ment sé­pa­ra­tiste ca­che­mi­rien, Bu­rhan Wa­ni, a été tuée par les

forces in­diennes. Les vio­lences se sont ra­vi­vées en avril 2017 à l’oc­ca­sion des élec­tions par­tielles au Ca­che­mire. Alors que les deux pays sont do­tés de l’arme nu­cléaire et se sont af­fron­tés au cours de trois guerres (oc­tobre 1947dé­cembre 1948, août-sep­tembre 1965 et dé­cembre 1971), que le Ca­che­mire est l’une des ré­gions les plus mi­li­ta­ri­sées au monde et qu’elle de­meure l’épi­centre du conflit, les ini­tia­tives cultu­relles, ar­tis­tiques ou sym­bo­liques pour mettre en avant l’exis­tence d’un dia­logue entre les deux frères en­ne­mis sont im­por­tantes.

LE POIDS DES SYM­BOLES FACE À LA CRISE

À l’oc­ca­sion de l’an­ni­ver­saire de la par­ti­tion, les ha­bi­tants d’Am­rit­sar (Inde) et de La­hore (Pa­kis­tan) ont été té­moins d’une cé­ré­mo­nie co­or­ga­ni­sée par les au­to­ri­tés in­diennes et pa­kis­ta­naises. Le 14 août 2017, au cou­cher du so­leil, plu­sieurs mil­liers de per­sonnes ont conver­gé de part et d’autre du poste fron­ta­lier. Les haut-par­leurs de chaque pays di­ri­gés vers le ter­ri­toire voi­sin, les sol­dats in­diens et pa­kis­ta­nais se sont prê­tés à la mise en scène d’un af­fron­te­ment pa­trio­tique abou­tis­sant au sa­lut de son ri­val. En no­vembre 2014, un at­ten­tat-sui­cide à ce même poste fai­sait 57 morts et une cen­taine de bles­sés, lors de la cé­ré­mo­nie quo­ti­dienne du bais­ser de dra­peau, à Wa­gah. Cette ac­tion conjointe, toute sym­bo­lique soit-elle, ap­pa­raît comme un signe d’apaisement no­table, alors que le pro­ces­sus de paix en­ga­gé en 2004 entre New Del­hi et Is­la­ma­bad concer­nant leurs dif­fé­rends fron­ta­liers n’est toujours pas ache­vé.

NOTE

(1) Le tra­vail de l’uni­ver­si­té Stan­ford est consul­table sur : https://sheg.stan­ford.edu/in­dia-par­ti­tion

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.