Ve­nise, sau­vée des eaux et des pa­que­bots ?

En no­vembre 2017, le co­mi­té in­ter­mi­nis­té­riel pour Ve­nise a in­ter­dit aux énormes ba­teaux de croi­sière de s’ap­pro­cher trop près de la Sé­ré­nis­sime à par­tir de 2019, es­pé­rant ain­si pro­té­ger son pa­tri­moine et alors que le tou­risme est un sec­teur clé. Tout na­vi

Carto - - SOMMAIRE - J. Ca­my

Ve­nise est consi­dé­rée comme l’une des plus belles villes du monde. Bâ­tie à che­val sur la terre ferme, une zone ma­ré­ca­geuse, la la­gune et des îles ar­ti­fi­cielles, elle a une to­po­gra­phie unique et com­plexe. La par­tie construite sur l’eau est la plus em­blé­ma­tique. Les Vé­ni­tiens uti­li­sèrent des pieux en chêne et en aulne en­fon­cés dans le sol sa­blon­neux comme fon­da­tions de leurs pa­laz­zi et mai­sons à par­tir du VIe siècle. La grande ex­pan­sion de la ci­té in­ter­vint au cours du XIVe siècle. Ve­nise, c’est 118 îles par­cou­rues par 177 ca­naux sur­mon­tés par 455 ponts. L’eau est par­tout, et les ha­bi­tants doivent vivre avec, no­tam­ment lors du phé­no­mène de l’ac­qua al­ta (eau haute), une com­bi­nai­son ma­rée haute/fort si­roc­co (vent chaud ve­nant d’Afrique) em­pê­chant la la­gune de se vi­der. Alors, ré­gu­liè­re­ment, la ville se re­trouve sub­mer­gée. En 1966, avec plus de 194 cen­ti­mètres au-des­sus du ni­veau de la mer, elle était presque re­cou­verte à 100 %. De­puis, si un phé­no­mène d’une telle am­pleur ne s’est pas re­pro­duit, ce­lui de haute ma­rée s’est ac­cen­tué, avec 174 épi­sodes entre 1966 et 2009, contre 21 entre 1926 et 1965.

MON­TÉE DES EAUX ET AF­FAIS­SE­MENT

Ve­nise est de plus en plus sou­vent sous les eaux, d’au­tant qu’elle s’af­faisse, en moyenne d’un mil­li­mètre par an. Les causes sont nom­breuses : à la fois na­tu­relles (éro­sion des fonds ma­rins, sol sa­blon­neux), hu­maines (construc­tions de bâ­ti­ments, agran­dis­se­ments de ca­naux, pom­page des nappes phréa­tiques, etc.). Des tra­vaux de ren­for­ce­ment des fon­da­tions des bâ­ti­ments tou­chés par l’éro­sion et l’ar­rêt du pom­page ont dé­jà ra­len­ti ce mou­ve­ment. Ce­pen­dant, des scien­ti­fiques es­timent que d’ici à 2100 Ve­nise pour­rait s’en­fon­cer de 17 à 53 cen­ti­mètres, alors que le centre his­to­rique n’est qu’à 90 cen­ti­mètres au-des­sus du ni­veau de la mer (1). Afin d’évi­ter des inon­da­tions à ré­pé­ti­tion, l’Ita­lie et l’ag­glo­mé­ra­tion de Ve­nise ont éla­bo­ré de­puis la dé­cen­nie 1970 le pro­jet « MOSE », dont les tra­vaux ont été lan­cés en

2003 après des di­zaines d’an­nées d’études et de concer­ta­tion. Ce pro­jet, qui de­vrait être opé­ra­tion­nel cou­rant 2018, a dé­jà coû­té 5,6 mil­liards d’eu­ros, soit près de quatre fois plus que le coût ini­tial, et l’ar­res­ta­tion d’un maire pour cor­rup­tion. Il consiste à ren­for­cer les plages, sur­éle­ver les rives ha­bi­tées, ins­tal­ler des digues mo­biles géantes dans les trois passes de la la­gune, vers l’Adria­tique. Celles-ci se sou­lè­ve­ront quand la pré­vi­sion de ma­rée dé­pas­se­ra 110 cen­ti­mètres, pré­ser­vant ain­si la ville d’une mon­tée trop éle- vée des eaux. Mais est-ce que ce sys­tème en- cou­ra­ge­ra les Vé­ni­tiens à re­ve­nir ?

MOINS D’HA­BI­TANTS, PLUS DE TOU­RISTES

Ve­nise mo­gra­phique su­bit de­puis im­por­tante. les an­nées La com­mune 1970 une chute comp­tait dé- 367 832 ha­bi­tants en 1968 ; en 2017, ils sont 261 905. Dans le centre his­to­rique, le dé­clin est en­core plus an­cien puis­qu’il dé­bu­ta dès le dé­but des an­nées 1950, la po­pu­la­tion pas­sant de 174 808 ha­bi­tants à 53 976 en 2017. Par­mi les causes, il y a sur­tout l’aug­men­ta­tion des loyers due aux lo­ca­tions sai­son­nières et un mar­ché du tra­vail uni­que­ment soit tour­né pers­pec­tives La fai­sant pro­fit à chaque plus ville un de de ha­bi­tant fer­mer vers an­née est bou­tiques 20 en dans le (28 mil­lions les tou­risme, ef­fet pour d’autres mil­lions com­merces en­va­hie de 400 le sou­ve­nirs. n’of­frant sec­teurs. nombre en tou­ristes. 2016) par de les proxi­mi­té de que dans On L’UNES­CO tou­ristes, tou­ristes peu es­time la ci­té, de au avait qui de l’hu­ma­ni­té. met­tait dé­jà aler­té en Une dan­ger en par­tie 2016 ce pa­tri­moine des sur cette vi­si­teurs si­tua­tion mon­dial ar­rive par peuvent la mer s’ap­pro­cher dans des pa­que­bots de la place de Saint-Marc, croi­sière qui en pas­sant de la Giu­dec­ca, en­suite bou­chant par le ca­nal com­plè­te­ment Saint-Marc et la ligne ce­lui d’ho­ri­zon, dé­pas­sant en hau­teur les pa­lais et im­meubles. On comp­ta­bi­lise 530 es­cales par an. Le res­sac et les mou­ve­ments de l’eau cau­sés par les ma­noeuvres de ces monstres des mers font même vi­brer la ba­si­lique Saint-Marc. Pour faire face à ce­la, les ba­teaux de plus de 96 000 tonnes avaient été in­ter­dits en 2013, une dé­ci­sion an­nu­lée en 2015. Mais en no­vembre 2017, un co­mi­té in­ter­mi­nis­té­riel a dé­ci­dé que les ba­teaux de plus de 130000 tonnes ne ver­ront plus le pa­lais des Doges et de­vront ac­cos­ter de l’autre cô­té de la la­gune, dans le port in­dus­triel et com­mer­cial de Mar­ghe­ra, en em­prun­tant le che­min des pé­tro­liers et na­vires de commerce. Ceux in­fé­rieurs à 96000 tonnes sui­vront le même che­min, mais pour­ront ac­cos­ter au ter­mi­nal de croi­sières de la ville si­tuée à l’ouest, tan­dis que la des­cente du ca­nal de la Giu­dec­ca ne se­ra au­to­ri­sée que pour les ba­teaux in­fé­rieurs à 55 000 tonnes. Se­lon l’As­so­cia­tion in­ter­na­tio­nale des com­pa­gnies de croi­sière (CLIA), la pre­mière in­ter­dic­tion avait fait perdre un de­mi-mil­lion de pas­sa­gers à la ville (1,8 mil­lion en 2013 contre 1,4 mil­lion en 2017). L’in­dus­trie de la croi­sière ap­porte 283 mil­lions d’eu­ros dé­pen­sés à Ve­nise et dans les alen­tours, as­su­rant l’em­ploi di­rect de 4300 per­sonnes et l’ac­ti­vi­té de 200 com­pa­gnies. L’équi­libre est ain­si dé­li­cat à trou­ver entre les en­jeux éco­no­miques, éco­lo­giques, so­ciaux et vi­taux pour cette ville ul­tra­dé­pen­dante du tou­risme.

NOTE

(1) Luigi To­si, Pie­tro Tea­ti­ni et Ta­zio Stroz­zi, « Na­tu­ral ver­sus an­thro­po­ge­nic sub­si­dence of Ve­nice », in Na­ture, Scien­ti­fic Re­ports 3: 2710, 26 sep­tembre 2013.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.