Carto

Militant pour l’environnem­ent, métier à risque

-

Protéger la planète n’est pas un métier de tout repos, bien au contraire. C’est même une activité à haut risque. L’année 2017 a ainsi été la plus meurtrière pour les militants de l’environnem­ent, avec 207 assassinat­s, selon l’ONG Global Witness. Ces morts sont en réalité difficiles à calculer et restent en majorité impunies, car elles ont lieu dans des endroits isolés ou sous contrôle d’une compagnie privée ou des forces gouverneme­ntales. Il est néanmoins possible d’établir une cartograph­ie des zones les plus dangereuse­s : le Brésil arrive en tête avec 57 meurtres en 2017, puis les Philippine­s avec 48, sachant que, globalemen­t, l’Amérique latine concentre 60 % des morts. Les principaux secteurs incriminés sont l’agrobusine­ss (46 assassinat­s), l’extraction minière (40) et l’abattage de forêts (23). Le rapport de Global Witness est télécharge­able sur : www.globalwitn­ess.org / en /campaigns/ environmen­tal-activists/defenders-annual-report/

Newspapers in French

Newspapers from France