Mi­li­tant pour l’en­vi­ron­ne­ment, mé­tier à risque

Carto - - INFOGÉO -

Pro­té­ger la pla­nète n’est pas un mé­tier de tout re­pos, bien au contraire. C’est même une ac­ti­vi­té à haut risque. L’an­née 2017 a ain­si été la plus meur­trière pour les mi­li­tants de l’en­vi­ron­ne­ment, avec 207 as­sas­si­nats, se­lon l’ONG Glo­bal Wit­ness. Ces morts sont en réa­li­té dif­fi­ciles à cal­cu­ler et res­tent en ma­jo­ri­té im­pu­nies, car elles ont lieu dans des en­droits iso­lés ou sous contrôle d’une com­pa­gnie pri­vée ou des forces gou­ver­ne­men­tales. Il est néan­moins pos­sible d’éta­blir une car­to­gra­phie des zones les plus dan­ge­reuses : le Bré­sil ar­rive en tête avec 57 meurtres en 2017, puis les Phi­lip­pines avec 48, sa­chant que, glo­ba­le­ment, l’Amé­rique la­tine concentre 60 % des morts. Les prin­ci­paux sec­teurs in­cri­mi­nés sont l’agro­bu­si­ness (46 as­sas­si­nats), l’ex­trac­tion mi­nière (40) et l’abat­tage de fo­rêts (23). Le rap­port de Glo­bal Wit­ness est té­lé­char­geable sur : www.glo­bal­wit­ness.org / en /cam­pai­gns/ en­vi­ron­men­tal-ac­ti­vists/de­fen­ders-an­nual-re­port/

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.