États-Unis : on meurt de plus en plus jeune

Carto - - L’ACTUALITÉ - J. Des­rous­seaux

L’aug­men­ta­tion de l’es­pé­rance de vie est le sens de l’his­toire, une évo­lu­tion ob­ser­vée à tra­vers le globe. Pour­tant, elle di­mi­nue dans un pays riche, les États-Unis, un ren­ver­se­ment in­édit par­mi les membres de l’OCDE, et il ne s’agit pas d’un ac­ci­dent, mais d’une ten­dance, confir­mée pour la deuxième an­née consé­cu­tive : elle était de 78,6 ans en 2017, contre 78,7 ans en 2016 et 78,8 ans en 2015, se­lon les don­nées of­fi­cielles pu­bliées en no­vembre 2018. De­puis les an­nées 1980, dans un contexte éco­no­mique où elles ne sont pas com­pen­sées par un État-pro­vi­dence fort, les in­éga­li­tés, ain­si que la mau­vaise ali­men­ta­tion et l’ac­cès coû­teux à la san­té, ont creu­sé l’écart entre l’es­pé­rance de vie dans la pre­mière puis­sance éco­no­mique mon­diale et dans la moyenne des pays de l’OCDE (80,1 ans en 2016). Mais ces élé­ments ne suf­fisent pas à ex­pli­quer le ren­ver­se­ment de la courbe. Cette hausse de la mor­ta­li­té s’ob­serve dans une tranche spé­ci­fique de la po­pu­la­tion : les hommes blancs âgés de 15 à 44 ans, et en­core plus en mi­lieu ru­ral, alors que celle de chaque tranche d’âge des autres ori­gines eth­niques a chu­té. Sur la même pé­riode, la mor­ta­li­té en zone ru­rale a aug­men­té de 6%, alors qu’elle a bais­sé de 2 à 20% dans les ré­gions ur­baines. L’aug­men­ta­tion de ces dé­cès pré­ma­tu­rés s’ex­plique par une sur­con­som­ma­tion de drogues (+ 137 % d’over­doses mor­telles de 2000 à 2014) et d’al­cool, et le sui­cide (+33% entre 1999 et 2017. En Ca­li­for­nie, les hommes de 25 à 34 ans meurent quatre fois plus des suites d’une in­toxi­ca­tion al­coo­lique en 2015 qu’en 2000, et leurs aî­nés (40-64 ans) 12 fois plus. Les mi­no­ri­tés eth­niques conti­nuent de faire face à des si­tua­tions so­cio-éco­no­miques en moyenne plus dé­fa­vo­rables, mais c’est le plus grand nombre de morts pré­ma­tu­rées des Blancs qui tire l’es­pé­rance de vie vers le bas. Pour­quoi ? Les ex­perts es­timent que la ré­ponse est com­plexe et qu’elle ré­side dans un désen­chan­te­ment en­vers le rêve amé­ri­cain. Les « wor­king class » blanches sont sou­mises à un stress so­cioé­co­no­mique que n’ont pas connu leurs pa­rents ou grands-pa­rents, en­cou­ra­geant les conduites de com­pen­sa­tion à risque, d’au­tant plus dans des ré­gions moins connec­tées aux op­por­tu­ni­tés éco­no­miques et aux ré­seaux de sou­tien mé­di­co-so­cial. Au­tre­ment dit, le sys­tème a créé de nou­velles poches d’ex­clu­sion chez les ru­raux et les Blancs. Alors que les mé­dias sont concen­trés sur la consom­ma­tion d’opia­cés, ils ne sont que la par­tie émer­gée de l’ice­berg. Les ex­perts notent que des po­li­tiques de com­pen­sa­tion spé­ci­fiques (aide à l’ar­rêt de sti­mu­lants) ne se­ront ef­fi­caces que si elles s’ac­com­pagnent de me­sures pour em­pê­cher, si­non stop­per, le ren­for­ce­ment des ex­clu­sions : in­ves­tir dans l’édu­ca­tion, l’em­ploi, les sa­laires et l’ac­cès aux soins de ces com­mu­nau­tés de plus en plus mar­gi­na­li­sées. L’ad­mi­nis­tra­tion Trump (de­puis 2017) en­ten­dra-t-elle le déses­poir de ceux qui consti­tuèrent lar­ge­ment son ter­reau élec­tif ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.