ZONES GRISES : QUAND LES ÉTATS PERDENT LE CONTRÔLE

Gaïdz Mi­nas­sian, CNRS Édi­tions, Pa­ris, 2018, 280 p.

Carto - - À LIRE, À VOIR -

Ob­jet d’étude des re­la­tions in­ter­na­tio­nales do­mi­nées par les États et les flux trans­na­tio­naux, les zones grises sont là pour rap­pe­ler l’im­por­tance des ter­ri­toires. L’au­teur les dé­fi­nit ain­si : « es­paces dé­ré­gu­lés, zones de non-droit ou contrô­lées par les ma­fias, ter­ri­toire à l’aban­don ou dont les pou­voirs pu­blics ont dé­mis­sion­né ». Pour illus­trer son pro­pos, il aborde suc­ces­si­ve­ment des exemples : la Co­lom­bie des FARC, le Haut-Ka­ra­bagh, la So­ma­lie, la bande de Ga­za, les zones ma­ri­times de Chine, le Pa­kis­tan. Avec des cartes en noir et blanc, ce­la en fait un pe­tit ou­vrage à lire pour af­fi­ner ses connais­sances de la scène mon­diale. Mais on se doit d’ap­por­ter le bé­mol sui­vant : ce livre est l’édi­tion poche d’une pre­mière pa­ru­tion en 2011, qui n’a pas été ac­tua­li­sée pour l’oc­ca­sion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.