La ré­vo­lu­tion a bien eu lieu

Causette - - ÉDITO -

Comment re­gar­de­rons-nous, avec les an­nées et le sage re­cul qu’elles nous ap­por­te­ront, la vague de li­bé­ra­tion de la pa­role des femmes qui a sub­mer­gé le monde ces der­nières se­maines ? Je n’en sais rien de plus que vous, en vrai, mais, pour une fois, je vais faire mon édi­to­ra­liste-qui-sait-mieux-que-les-autres : nous ver­rons la ré­vé­la­tion, par quelques cou­ra­geuses, des af­faires Wein­stein, comme nous avons vu l’as­sas­si­nat de l’ar­chi­duc Fran­çois Fer­di­nand par un ac­ti­viste anar­chiste, dé­clen­chant la Pre­mière Guerre mon­diale, le re­fus de Ro­sa Parks de lais­ser sa place à un Blanc, un 1er dé­cembre 1955, dé­clen­chant la ré­bel­lion des Noir·es amé­ri­cain·es pour leurs droits, ou l’af­faire des in­ter­nats non mixtes dé­clen­chant l’in­sur­rec­tion de Mai 68. Ou comment d’hé­roïques actes iso­lés peuvent chan­ger la face du monde. La so­cié­té mon­diale a vi­bré. Quelque chose s’est pas­sé. On par­lait dé­jà, en mai 1968, d’une « pa­role li­bé­rée » qui, dans presque toutes les couches de la so­cié­té, ex­pri­ma d’un coup d’un seul le re­jet d’un « vieux monde ». Alors de­main, ou plu­tôt après-de­main, la norme qui avait cours jus­qu’à ces mois de la fin 2017, celle des re­marques sexistes non re­le­vées, des mains au cul même pas broyées, du viol tu et re-tu, des yeux b­ais­sés bles­sant la di­gni­té et du si­lence bien confiné sous une chape de plomb même pas bri­sée, nous sem­ble­ra bien­tôt aus­si in­ac­cep­table que le fut, un jour, la main­mise du cu­ré sur la vie du vil­lage.

De­puis 2009, je n’ai eu de cesse de dé­non­cer les vio­lences – sexuelles et autres – in­fli­gées aux femmes à l’uni­ver­si­té, dans les guerres, dans les hô­pi­taux, dans la rue, dans les ins­ti­tu­tions pu­bliques... Jusque dans l’ar­mée fran­çaise (sou­ve­nez-vous de notre en­quête La Guerre in­vi­sible, grande fier­té édi­to­riale !). Dé­non­cia­tion n’est pas dé­la­tion. Aus­si, je ne peux pas m’em­pê­cher, comme mille autres mi­li­tant·es de longue date pour les droits des femmes, de pen­ser : en­fin, en­fin, en­fin !

Et si c’est bien par­ti et très en­cou­ra­geant, tout ça, ne croyons pas les ac­quis trop vite ac­quis. Le com­bat conti­nue et ne fait même que com­men­cer. Soyez fortes en­core, et en­core plus même, parce que vous l’êtes plus que ce que l’on croit !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.